Aller au contenu

Farges (Ain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Farges
Farges (Ain)
L'église Saint-Brice de Farges.
Blason de Farges
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Gex
Intercommunalité Pays de Gex Agglo
Maire
Mandat
Monique Graziotti
2020-2026
Code postal 01550
Code commune 01158
Démographie
Population
municipale
1 058 hab. (2021 en augmentation de 5,91 % par rapport à 2015)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 04″ nord, 5° 54′ 19″ est
Altitude Min. 360 m
Max. 1 527 m
Superficie 14,28 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Péron
(banlieue)
Aire d'attraction Genève - Annemasse (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Thoiry
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Farges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Farges
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
Farges
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Farges
Liens
Site web mairie-farges.fr

Farges est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune fait partie du parc naturel régional du Haut-Jura. Outre le chef-lieu, Farges, la commune compte les hameaux d'Airans, d'Asserans et de Ferruaz.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Péron Rose des vents
Chézery-Forens N Pougny
O    Farges    E
S
Confort Collonges

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Jura, caractérisée par une forte pluviométrie en toutes saisons (1 000 à 1 500 mm/an), des hivers rigoureux et un ensoleillement médiocre[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 18,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 407 mm, avec 11,5 jours de précipitations en janvier et 8,9 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Bellegarde », sur la commune de Valserhône à 9 km à vol d'oiseau[3], est de 11,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 184,6 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Farges est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de Péron, une agglomération intra-départementale dont elle est une commune de la banlieue[8],[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[9]. Cette aire, qui regroupe 158 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (64,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (67 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (62,3 %), zones agricoles hétérogènes (14,5 %), prairies (11,8 %), terres arables (6 %), zones urbanisées (3,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,9 %)[12].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Farges

Les armes de Farges se blasonnent ainsi[13] : D'argent au sautoir ancré d'azur.
Ces armes sont celles des Gribaldi qui furent seigneurs puis conseigneurs de Farges.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Farges : su mot latin Făbrĭca, avec métathèse, « atelier d'artisan », à l'origine de notre « fabrique », a principalement désigné une forge.

Faits historiques[modifier | modifier le code]

En 1534, Mathieu Gribaldi, un théologien italien originaire de Chieri (en français Quiers), ville du Piémont qui appartenait alors au duché de Savoie comme le pays de Gex, épouse Georgine Carrax (ou Carrat), dame de Farges, et devient le seigneur de ce fief dont le château lui est cédé par le noble sieur Bon Trombert[14].

En 1536 les Bernois s'emparent de la contrée dont ils entreprennent de convertir la population au protestantisme.

En 1601, le pays de Gex est rattaché par le traité de Lyon au royaume de France. Les anciens fiefs sont rétablis, et celui de Farges est remis la même année aux deux fils survivants de Mathieu Gribaldi, Pompée de Gribald et son frère Jean-Antoine (qui avaient francisé leur patronyme)[15]. Le fief s'étend alors des sommets du Jura jusqu'au Rhône et du Fort l'Écluse jusqu'à la rivière l'Annaz[15].

En 1639, Jean-Antoine de Gribald vend sa moitié indivise à maître Gaspard Desprez, notaire royal, tandis que Vespasien de Gribald, fils de Pompée, avait hérité de la part de son père décédé[14]. En 1663, l'un des deux conseigneurs de Farges est un avocat protestant, Jean-François de Bons[16].

La municipalité est créée en 1793 (an II de la République) sous le nom de Farge ; elle est rattachée au canton de Collonges. L'orthographe officielle Farges apparaît en 1801[17]. Au XIXe siècle la filleule de Napoléon Ier, Napoléone de Montholon, achète de château de Farges.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Asserens[modifier | modifier le code]

Ancienne paroisse (Curatus priora-tus d'Asserenz, Asserans) aujourd'hui supprimée. Les religieux de Nantua y possédaient un prieuré (prieuré d'Asserens), qui fut ruiné par les Bernois au commencement du XVIIe siècle[18].

L'occupation allemande et l'incendie d'Asserans

En , à l'heure de la libération gessienne, le petit hameau d'Asserans connaît un triste épisode de la Seconde Guerre mondiale. Comme à Valleiry le , où les troupes allemandes brûlent le village, la tragédie se poursuit à Farges le 18 avec des prises d'otages puis à Asserans le 19, où les habitants vont subir les violences de quelques officiers nerveux, voire revanchards car la France se libère définitivement. Le village sera incendié, les habitants brutalisés et terrorisés, et les frères Mathieu, deux jeunes hommes soupçonnés d'aider les maquisards, seront assassinés, l'un des deux ayant été torturé avant[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Farges est membre de l'intercommunalité Pays de Gex Agglo, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Gex. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[20].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Gex, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[9]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Thoiry pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[9], et de la troisième circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[21].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Daniel Juliet   Réélu en 2008
2014 En cours Monique Graziotti SE Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[23].

En 2021, la commune comptait 1 058 habitants[Note 2], en augmentation de 5,91 % par rapport à 2015 (Ain : +4,96 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
433552631637732714792767723
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
720654640628615609627573726
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
509454436383408385388317335
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
365415456480559594779795854
2015 2020 2021 - - - - - -
9991 0531 058------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La pierre à Baptiste[modifier | modifier le code]

La pierre à cupules dite pierre à Baptiste, datant du néolithique, est un bloc erratique glaciaire (Würmien), d'origine alpine, présentant une série de cupules reliées par une rigole. D'après certains auteurs ces ensembles cupules-rigoles servaient à recueillir le sang lors de sacrifices en guidant celui-ci vers la déesse mère afin de la féconder. Dans des cas révélés la disposition des cupules représente des éléments de la voûte céleste.

Les gouffres[modifier | modifier le code]

Entrée du gouffre de la Rasse.

On trouve sur le versant est du Grand Crêt d'Eau de nombreux gouffres dont le gouffre de la Rasse, le plus profond (690 m) du Jura français et suisse, le gouffre Lévrier, le gouffre Bouchet, le gouffre du Charmy, le gouffre des Grands Cerfs. Le gouffre de la Donde à la Dame tire son nom d'une histoire locale qui selon laquelle, un valet jaloux de sa maitresse précipita cheval et cavalière dans le précipice...

Un squelette d'aurochs (l'ancêtre des vaches) fut mis au jour au gouffre du Crâne par les spéléologues de Bellegarde, cette découverte permit après datation au carbone 14 de préciser qu'entre 5 et 225 apr. J.-C. le Jura était fréquenté par cet animal actuellement disparu[25].

Monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Brice[modifier | modifier le code]

L'église date du début du XVIIIe siècle. Son clocher, construit en bois en 1727[26] a été remplacé par un clocher en maçonnerie au début du XIXe siècle.

Le château de Farges[modifier | modifier le code]

Le château de Farges a été bâti pour partie au XIVe siècle. Occupé dans la deuxième moitié du XIXe siècle par Napoléone de Montholon puis par son fils Amblard de Lapeyrouse[27], il a été transformé au XXe siècle en un hôtel-restaurant réputé. Abandonné à la fin des années 1990, il a été racheté en 2012 par un promoteur immobilier[28].

Place Barack-Obama[modifier | modifier le code]

La place Barack-Obama[29], au lieu-dit du parking-derrière-l'église, est la première du nom en France.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Mathieu Gribaldi[modifier | modifier le code]

Mathieu Gribaldi, ayant dû quitter l'Italie à cause de ses opinions religieuses, s'est installé au château de Farges vers 1535. Rejetant le dogme de la Trinité et niant la divinité du Christ, il se brouille avec Calvin, installé dans la Genève voisine, en 1553. Il est mort à Farges en 1564. Sa doctrine est encore d'actualité en Transylvanie, en Angleterre et aux États-Unis. Son ami Giovanni Valentino Gentile fut décapité pour avoir répandu les mêmes idées[30].

Napoléone de Montholon[modifier | modifier le code]

Napoléone de Montholon, née le à Longwood (Île de Sainte-Hélène), résidence d'exil de l'empereur, était la filleule de Napoléon Ier. Elle fut aussi une proche de Napoléon III. Veuve, Napoléone s'est remariée en 1846 avec le comte de Lapeyrouse, à 30 ans, et c'est en 1853 qu'elle achète le château de Farges. Elle y résidera jusqu'en 1888. Son fils, Amblard, sera maire éphémère de la commune de 1888 à 1890, date à laquelle le château sera vendu. Napoléone décédera ensuite à Aix-en-Provence en 1907, mais aura marqué la vie fargeoise durant 35 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Farges et Valserhône », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Bellegarde », sur la commune de Valserhône - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Bellegarde », sur la commune de Valserhône - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Péron », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  9. a b c et d Insee, « Métadonnées de la commune ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. « Farges »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Banque de blason, section “communes de France” puis “01” puis “Farges”.
  14. a et b divers auteurs, Bulletin de l'Institut national genevois, Genève, Kessmann, , p. 88-94.
  15. a et b Joseph Brossard, Histoire politique et religieuse du pays de Gex, Bourg-en-Bresse, Milliet-Bottier, , p. 413.
  16. Théodore Claparède, Histoire des églises réformées du pays de Gex, Genève, Joël Cherbuliez, , p. 337.
  17. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Marie-Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, A. Brun, Lyon, 1873, p. 15 (lire en ligne).
  19. « Mairie de Farges - Tragédie d'Asserans »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur mairie-farges.fr (consulté le ).
  20. « Pays de Gex Agglo - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur banatic.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur politiquemania.com (consulté le ).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  25. Dépôt MHNGE. CHAIX, L. & B. VALTON. 1984. Note sur un aurochs (Bos primigenius BOJANUS) subatlantique du Jura gessien (Ain, France). Revue de Paléobiologie 3(2): 185-190.
  26. « Commune de Farges (Ain) -1727- », sur Les actes insolites des registres d'état-civil (consulté le ).
  27. « Napoléone de Montholon », sur Société des Études Historiques Révolutionnaires et Impériales (consulté le ).
  28. Le Dauphiné libéré (édition Bellegarde et Pays de Gex) du .
  29. Place « Barack Obama » sur france3.fr consulté le 18 novembre 2008
  30. « Gentile Valentino » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne..

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]