Henri Laurens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laurens.
image illustrant un sculpteur image illustrant français image illustrant un dessinateur ou un illustrateur
image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur français, un dessinateur ou un illustrateur et un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Henri Laurens
Jean Vincent de Crozals et Henri Laurens.jpg

Henri Laurens (à gauche) et Jean Vincent de Crozals
(vers 1950), photographie anonyme.

Naissance
Décès
(à 69 ans)
Paris
Nationalité
Activité
sculpteur, peintre et dessinateur
Mouvement
Œuvres réputées

Henri Laurens, né le à Paris, où il meurt le , est un sculpteur, peintre et dessinateur cubiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Éprouvé par une tuberculose osseuse qui le touche en 1902, il se fait amputer d'une jambe sept ans plus tard. D’abord tailleur de pierre, il devient artisan sculpteur. En 1899, il étudie le dessin où se perçoit l'influence d'Auguste Rodin. Par la suite, il est attiré par le groupe des artistes à Montparnasse, et à partir de 1911, il commence à sculpter dans le style cubiste. Ami de Juan Gris et de Pablo Picasso, qui reconnaîtra son influence, il influence aussi Georges Braque qui le considère comme un frère.

« La sculpture de Laurens est pour moi, plus que toute autre, une véritable projection de lui-même dans l'espace, un peu comme une ombre à trois dimensions. Sa manière même de respirer, de toucher, de sentir, de penser devient objet, devient sculpture », déclare Alberto Giacometti en [1].

La tombe d'Henri Laurens au cimetière du Montparnasse à Paris.

Il est enterré à Paris au cimetière du Montparnasse. Sa tombe est décorée de l’une de ses œuvres, La Douleur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Baigneuse (fragment, 1938), Londres, Tate Modern.
L'Automne (1948), Londres, Tate Modern.
  • 1914-1918 : La guitare, au musée Ludwig à Cologne ;
  • 1915 : Le Clown, bois polychrome, hauteur 53 cm, au Moderna Museet à Stockholm[2] ;
  • 1918 :
    • Guitare, verre et pipe, au musée Ludwig à Cologne ;
    • Compotier aux raisins, métal et bois polychrome, hauteur 68 cm, collection de M. et Mme Claude Laurens[2] ;
    • Bouteille et verre, tôle et bois polychromes, au musée national d'art moderne à Paris ;
  • 1918-1919 : Tête, pierre polychrome, musée national d'art moderne à Paris ;
  • 1920 : La Guitare, à la Kunsthalle de Bielefeld ;
  • 1921 : Femme à l'éventail, terre cuite, 41 x 33 cm, collection particulière[3] ;
  • 1922 : Panier de fruits, terre cuite polychrome, 27 x 38 cm, musée national d'art moderne à Paris[4] ;
  • 1932 : Grande Maternité, bronze, Fondation Pierre Gianadda, parc de sculptures, Martigny, Suisse
  • 1938 : La Grande Musicienne, Rotterdam ;
  • 1940-1941 : L'Adieu, au musée Ludwig à Cologne ;
  • 1946-1947 : Bouteille de rhum, bois et tôle polychromes, musée de Grenoble ;
  • 1948 : L'Automne, musée national d'art moderne à Paris.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait de Labyrinthe, no 4, cité dans Beaux Arts magazine, no 68, mai 1989, p. 64.
  2. a et b Reproduction dans Beaux Arts magazine, no 68, mai 1989, p. 64
  3. Reproduction dans Beaux Arts magazine, n°68, mai 1989, p. 60
  4. Reproduction dans Beaux Arts magazine, no 68, mai 1989, p. 62

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :