Championnat du monde de hockey sur glace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est en cours de réécriture ou de restructuration importante (9 août 2016).

Un utilisateur prévoit de modifier cet article pendant quelques jours. Vous êtes invité(e) à en discuter en page de discussion et à participer à son amélioration de préférence en concertation pour des modifications de fond.
Bandeau apposé par Tiouic (d · c) le 9 août 2016.

 Ne doit pas être confondu avec Coupe du monde de hockey sur glace.
Championnat du monde
de hockey sur glace
Photographie d'un trophée argenté en forme de coupe.

Trophée du Championnat du monde

Généralités
Sport Hockey sur glace
Création 1920
Organisateur(s) IIHF
Éditions 80
Périodicité annuelle
Participants 16 équipes (Groupe élite)
Statut des participants professionnel
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Drapeau du Canada Canada
Plus titré(s) Drapeau : Russie Russie (27)[Note 1]

Navigation

1920 · 1924 · 1928 · 1930 · 1931 · 1932 · 1933 · 1934 · 1935 · 1936 · 1937 · 1938 · 1939 · 1947 · 1948 · 1949 · 1950 · 1951 · 1952 · 1953 · 1954 · 1955 · 1956 · 1957 · 1958 · 1959 · 1960 · 1961 · 1962 · 1963 · 1964 · 1965 · 1966 · 1967 · 1968 · 1969 · 1970 · 1971 · 1972 · 1973 · 1974 · 1975 · 1976 · 1977 · 1978 · 1979 · 1980 · 1981 · 1982 · 1983 · 1984 · 1985 · 1986 · 1987 · 1988 · 1989 · 1990 · 1991 · 1992 · 1993 · 1994 · 1995 · 1996 · 1997 · 1998 · 1999 · 2000 · 2001 · 2002 · 2003 · 2004 · 2005 · 2006 · 2007 · 2008 · 2009 · 2010 · 2011 · 2012 · 2013 · 2014 · 2015 · 2016 · 2017

Le championnat du monde de hockey sur glace est une compétition de hockey sur glace de la Fédération internationale de hockey sur glace, à ne pas confondre avec la Coupe du monde de hockey qui se joue avec les règles de la Ligue nationale de hockey.

Ce championnat a lieu chaque année aux environs des mois d'avril et mai. Comme le championnat coïncide avec le début des séries éliminatoires de la LNH, seuls les joueurs ne jouant pas au sein de la LNH, ou dont l'équipe a été éliminée, peuvent être sélectionnés pour composer une équipe nationale.

Historique[modifier | modifier le code]

Origines de la compétition[modifier | modifier le code]

La Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF), la fédération sportive régulant le hockey sur glace au niveau international, est créée sous l'impulsion de Louis Magnus le 15 mai 1908 à Paris en France sous le nom de Ligue internationale de hockey sur glace[1]. En 1908, le hockey organisé est encore relativement nouveau. La première rencontre organisée a lieu le 3 mars 1875 au Victoria Skating Rink de Montréal[2]. En 1887, quatre équipes de Montréal forment l'Association de hockey amateur du Canada (AHAC) et mettent en place un calendrier de rencontres. En 1893, Lord Stanley fait donation de la Coupe Stanley. Celle-ci est remise pour la première fois au AAA de Montréal, champion de l'AHAC, avant d'être contestée au cours de défis lancés par des clubs approuvés par les administrateurs du trophée[3]. En 1905, l'Eastern Canada Amateur Hockey Association (ECAHA) est formée[4], celle-ci mélangeant joueurs amateurs et professionnels au sein de ses équipes[5]. Sa dissolution en 1909 entraîne la formation de l'Association nationale de hockey. La professionnalisation du sport continue, La Ligue nationale de hockey (LNH), la plus importante ligue professionnelle du monde, voyant le jour en 1917[6].

En Europe, le hockey commence à se développer à partir de 1897 avec les premières véritables rencontres jouées en 1902[7]. Un an plus tard, une ligue de cinq équipes, la première du continent, est établie au Royaume-Uni sous la direction de B.M. « Peter » Patton[8]. Le premier tournoi international se tient à Berlin en Allemagne en novembre 1908[9]. Le Championnat d'Europe, prédécesseur du Championnat du monde, est le premier tournoi officiel destiné aux équipes nationales. Il est organisé pour la première fois en janvier 1910 aux Avants en Suisse. La Grande-Bretagne remporte le titre aux dépens de l'Allemagne, de la Belgique et du pays hôte[10],[11]. Le Championnat est organisé cinq années consécutives avant d'être suspendu en raison de la Première Guerre mondiale[12].

Débuts olympiques (1920-1928)[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc de personnes sur le pont d'un navire.
Les Falcons de Winnipeg, représentant le Canada, remportent le premier tournoi olympique en 1920.

En 1920, lors des Jeux olympiques d'été d'Anvers, se tient le premier tournoi olympique de hockey sur glace[13]. Celui-ci oppose pour la première fois des sélections nord-américaines aux Européens en compétition officielle[14]. Organisé sous la direction d'un comité comprenant entre autres Paul Loicq, future président de l'IIHF, il a lieu du 23 au 29 avril. Sept équipes y participent : le Canada, la Belgique, les États-Unis, la France, la Suède, la Suisse et la Tchécoslovaquie[15]. Les Canadiens, représentés par les Falcons de Winnipeg, remportent l'or, dominant leurs adversaires 29-1 sur l'ensemble de leurs trois parties jouées. Les États-Unis et la Tchécoslovaquie s'adjugent respectivement les médailles d'argent et de bronze[13]. En 1983, l'IIHF décide de reconnaitre ce tournoi comme le premier Championnat du monde officiel[14].

Lors du congrès de l'IIHF qui a lieu à l'occasion des Jeux d'Anvers, la Suède se voit confier l'organisation d'un Championnat du monde pour l'année suivante mais seule la Tchécoslovaquie se présente, réduisant à une partie l'événement reclassé en Championnat d'Europe[16]. Décidé lors du Congrès olympique de 1921 tenu à Lausanne en Suisse[17], les premiers Jeux olympiques d'hiver sont organisés à Chamonix en France, bien qu'ils ne soient reconnus comme tel par le Comité international olympique (CIO) que l'année suivante[18]. L'année précédente, l'IIHF décide de classer le tournoi de Chamonix comme Championnat du monde[19]. Par la suite, chaque tournoi olympique jusqu'aux Jeux olympiques d'hiver de 1968 comptera également comme Championnat du monde[12]. Mené par Harry Watson, auteur de 36 buts, le Canada remporte la médaille d'or, devançant les Américains et les Britanniques[20]. Ils confirment quatre ans plus tard, la Suède at la Suisse montant quant à elles pour la première fois le podium d'un tournoi mondial[21].

Domination canadienne (1930-1953)[modifier | modifier le code]

Premiers Championnats séparés (1930-1939)[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc d'une partie de hockey sur glace
Rencontre entre la Tchécoslovaquie et l'Allemagne lors du Championnat du monde 1938.

Lors du Congrès de Budapest en 1929, l'IIHF met un place un Championnat du monde annuel à partir de l'année suivante, remplaçant le Championnat d'Europe existant[19]. Le titre continental est alors attribué à la meilleure équipe européenne du tournoi mondial, une pratique conservée jusqu'en 1991[22]. Ce premier tournoi mondial organisé en dehors des Jeux se tient en février 1930. Prévu à Chamonix, certaines parties sont finalement relocalisées en raison d'un climat trop doux à Vienne en Autriche et à Berlin en Allemagne. Représenté par les CCM de Toronto, le Canada gagne le titre aux dépens de l'Allemagne tandis que la Suisse prend la troisième place[23],[24]. Ce tournoi voit également la première participation d'une équipe asiatique, le Japon[25]. Les Canadiens poursuivent leur domination en s'adjugeant l'or en 1931 et 1932[12]. Lors du Championnat du monde 1933 à Prague en Tchécoslovaquie, les États-Unis, entraîné par Walter Brown, infligent en finale la première défaite en compétition des sextuple tenants du titre, devenant ainsi la première équipe non-canadienne à remporter le Championnat. Cetee médaille d'or reste depuis la seule gagnée par les Américains en dehors de tournois olympiques[26]. Les Canadiens récupèrent la couronne mondiale en 1934 et 1935[12].

Deux jours avant le débuts Jeux d'hiver de 1936 à Garmisch-Partenkirchen en Allemagne, les dirigeant canadiens protestent que deux joueurs de la sélection britannique, James Forster et Alex Archer, ont évolué au Canada mais sont partis jouer dans l'English National League sans permission. L'IIHF supporte la position canadienne mais la Grande-Bretagne menace de se retirer s'ils ne peuvent évoluer avec leurs deux joueurs. Les Canadiens retirent finalement leur plainte avant le début des Jeux. Invaincue au cours du tournoi, la Grande-Bretagne devient la première équipe non-canadienne à remporter l'or olympique et la première équipe européenne à gagner un tournoi mondial, devançant Canadiens et Américains sur le podium[27],[28]. Le Canada gagne le reste des Championnats de la décennie[12]. Le 1939 voit la première participation de la Finlande[29]. La Seconde Guerre mondiale entraîne l'annulation des Jeux olympiques d'hiver de 1940 et de 1944 ainsi que du Championnat du monde jusqu'en 1946[7].

La Tchécoslovaquie, un concurrent coupé en plein vol (1947-1953)[modifier | modifier le code]

Après la guerre, l'équipe de Tchécoslovaquie devient plus compétitive. Elle remporte à domicile en 1947 le premier Championnat d'après-guerre en l'absence des Canadiens qui ne sont pas engagés en raison d'une dispute sur la définition de l'amateurisme alors prévalant sur la scène internationale[30]. Avant le début des Jeux d'hiver de 1948 à Saint-Moritz, un conflit entre deux organisations régissant le hockey amateur aux États-Unis , l'Amateur Athletic Union (AAU) et l'Amateur Hockey Association (AHA), atteint son sommet. L'AAU, soutenue par le Comité olympique américain et son président Avery Brundage, accuse l'AHA, qui a pris la place d l'AAU au sein de l'IIHF l'année précédente, de payer ouvertement ses joueurs alors que les Jeux sont strictement réservés à l'époque aux amateurs. Un compromis est éventuellement trouvé permettant à l'équipe de l'AHA de participer de manière non officielle et donc ne pouvant prétendre à une médaille[31]. À la fin du tournoi, les Américains se classent quatrième, un résultat maintenu dans le cadre du Championnat du monde[32]. De leur côté, la Tchécoslovaquie et le Canada terminent à égalité avec sept victoires et un nul chacun. Le titre est alors déterminé par la moyenne de buts[Note 2]  : les Nord-Américains l'emportent avec une moyenne de 13,8 contre 4,4 aux Tchécoslovaques[33]. Ces derniers prennent leur revanche l'année suivante et deviennent la troisième équipe à s'adjuger le titre mondial en présence des Canadiens malgré la perte de plusieurs joueurs lors d'un accident d'avion en novembre 1948[34]. Le tournoi est également marqué par le score le plus large de l'histoire de la compétition, un cinglant 47-0 infligé par les Canadiens aux néophytes danois[35].

Photographie en noir et blanc d'une action de jeu de hockey sur glace.
La Suède, ici face à l'Allemagne de l'Ouest, gagne son premier Championnat du monde en 1953 lors d'un tournoi réduit à trois équipes.

Les Tchécolslovaques ne peuvent cependant défendre leur titre en 1950 à Londres. Les autorités de leur pays les empêchent de participer, craignant de nouvelles défections à l'image de la vedette Jaroslav Drobný. Les Canadiens, représentés par les Mercurys d'Edmonton, reprennent la couronne mondiale[36]. Le Championnat du monde 1951, gagné par le Canada, voit une nouveauté. Les équipes sont partagées en deux groupes, le premier rassemblant les meilleures équipes pour le titre tandis que les moins fortes sont placées dans le second pour le classement[37]. Aux Jeux olympiques de 1952 à Oslo en Norvège, le Canada remporte sa sixième médaille d'or olympique en sept tournois, la dernière pour les 50 années à venir[38]. Exaspéré par le jeu violent des équipes nord-américaines à Oslo, le président de l'IIHF Fritz Kraatz déclare ne plus vouloir les voir. Les deux équipes décident alors de ne pas se rendre au Championnat du monde 1953 organisé en Suisse, le pays de Kraatz. Le tournoi élite réduit à quatre équipes se voit amputer durant son cours de la Tchécoslovaquie, rentrée au pays à la suite du décès de son président Klement Gottwald. La Suède remporte dans ces conditions son premier titre mondial face aux équipes ouest-allemande et suisse[39].

Débuts de l'ère moderne du hockey international (1954-1962)[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc d'une rencontre de hockey sur glace.
L'Union soviétique bat le Canada et remporte le Championnat du monde dès sa première participation en 1954.

Le Championnat du monde 1954 est décrit par l'IIHF comme le « début de l'ère moderne du hockey international[40] ». L'Union soviétique participe pour la première fois à une compétition internationale[41]. Les Soviétiques pratiquent le hockey depuis l'établissement d'un championnat national en 1946, s'étant jusqu'alors concentrés sur le Bandy[40],[42]. Dirigés par Arkadi Tchernychiov et menés par Vsevolod Bobrov, les Soviétiques restent invaincus lors de leur six premières parties avant d'affronter pour la première fois le Canada, également sans défaite. L'équipe néophyte remporte la rencontre sur la marque de 7-2 et devient la sixième équipe championne de monde[41]. Un an plus tard, les deux équipes se retrouvent de nouveau pour la dernière partie du tournoi, décisive pour le titre. Habituellement peu intéressé par cette compétition, la rencontre attire l'attention du public et de la presse canadienne, Foster Hewitt faisant le voyage en Allemagne pour commenter la rencontre. Les Canadiens, représentés par les Vees de Pendicton, s'imposent 5-0 et reprennent la couronne mondiale[43],[44]. Aux Jeux olympiques de 1956 à Cortina d'Ampezzo en Italie, le Canada s'incline face à l'Union soviétique et aux États-Unis et se contente de la médaille de bronze. Les Soviétiques remportent toutes leurs parties et gagnent leur première médaille d'or olympique[45],[46].

Photographie d'un stade
Le Stade central Lénine, aujourd'hui Stade Loujniki (ici en 2009), accueille la dernière partie du Championnat du monde 1957, établissant un record du monde d'affluence au hockey qui tient jusqu'en 2001.

Le Championnat 1957 se déroule à Moscou en Union soviétique. Le Canada et les États-Unis ainsi que plusieurs pays européens ne s'y rendent pas en réaction à l'occupation soviétique de la Hongrie suivant la Révolution de 1956[47]. La plupart des parties sont jouées au Palais des sports Loujniki mais les autorités locales décident d'organiser l'ultime rencontre au Stade central Lénine, un stade de football situé à proximité[48]. Le match est suivi par 55 000 spectateurs, établissant alors un record du monde d'affluence pour une rencontre de hockey pour plus de 40 ans[49]. Emmenés par Sven « Tumba » Johansson, les Suédois tiennent les hôtes en échec pour un résultat nul et remportent leur second titre mondial avec un point d'avance sur leurs adversaires[47]. Les Canadiens reviennent à la compétition l'année suivante et remportent le titre avec un effectif comprennant Sid Smith, triple vainqueur de la Coupe Stanley, et Harry Sinden. Meilleur pointeur du tournoi, leur coéquipier Connie Broden finit par la suite la saison avec les Canadiens de Montréal et gagne avec eux la Coupe Stanley, devenant le seul joueur de l'histoire à remporter les deux compétitions la même année[50],[51]. Aux Jeux olympiques de 1960 à Squaw Valley aux États-Unis, le Canada, l'Union soviétique, la Suède et la Tchécoslovaquie se présentent en tant que favoris pour le podium. Ils sont cependant tous battus par les Américains qui remportent leur premier titre olympique[52].

En 1961, la Tchécoslovaquie bat l'URSS et fait match nul avec le Canada, mettant les trois équipes en position de remporter l'or avant la dernière journée. Représentés par les Smoke Eaters de Trail, les Canadiens dominent les Soviétiques lors de l'ultime partie et s'adjugent leur 19e titre mondial. Le titre de 1961 sera le dernier gagné par l'équipe à la feuille d'érable pour les 33 années à venir[53]. Le Championnat 1961 est également l'occasion de la mise en place pour la première fois d'un troisième niveau mondial, dans lequel concourt pour la première fois une sélection africaine, l'Afrique du Sud[54]. En 1962, le Championnat est organisé pour la première fois sur le sol nord-américain en dehors d'un contexte olympique, se déroulant à Denver au Colorado. Les autorités américaines refusent d'accorder un visa à la sélection est-allemande en réaction à la construction du Mur de Berlin l'année précédente, entraînant le boycott de l'Union soviétique et de la Tchécoslovaquie[55]. La Suède s'impose pour la première fois face au Canada en compétition et s'adjuge son troisième titre mondial[56].

Hégémonie soviétique (1963-1976)[modifier | modifier le code]

L'« armée rouge » sans partage (1963-1969)[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc d'un homme avec un maillot frappé d'un M majuscule.
Le Pére David Bauer (ici en 1944) est à l'origine de la mise en place d'une véritable sélection canadienne.

L'Union soviétique remporte le Championnat du monde 1963 à Stockholm en Suède à la différence de buts avec le pays hôte, marquant le début d'une série de neuf titres consécutifs. Le Canada, de nouveau représenté par les Smoke Eaters, manque pour la première fois de repartir avec une médaille[57]. Habitué à engager le vainqueur de la Coupe Allan de champion amateur du pays, le Canada ne rivalise plus avec les meilleurs Européens. Un programme d'équipe nationale est alors mis en place sous la direction du Père David Bauer en vu des Jeux olympiques de l'année suivante[58]. Aux Jeux d'Innsbruck, les Soviétiques gagnent la médaille d'or avec un bilan de sept victoires en autant de parties. Le Canada, la Suède et la Tchécoslovaquie terminent à égalité avec cinq victoires et deux défaites chacun. Dans un premier temps, seules les rencontres entre les quatre premiers devaient être prises en compte pour les départager, donnant le bronze aux Nord-Américains devant les Tchécoslovaques. Cependant, le comité directeur du tournoi décident peu de temps avant la fin des rencontres de tenir compte de tous les matchs. Cette décision place les Tchécoslovaques en troisième position avec une différence de buts de +19 contre +15 pour les hommes de Bauer[59]. En avril 2005, l'IIHF admet qu'une erreur a été commise et, ayant réviser la décision, compte décerner la médaille de bronze du Championnat du monde aux Canadiens. Ces derniers réclament que la médaille soit olympique. L'IIHF finalement revient sur sa décision puis rejette en septembre 2005 l'appel interjetté par Hockey Canada[60].

L'Union soviétique domine le reste des années 1960. Après le Championnat 1963, l'équipe au maillot rouge frappé du CCCP reste invaincue en compétition officielle pendant cinq ans. La série est interrompue par la Tchécoslovaquie lors des Jeux de 1968[61]. Malgré cette défaite, l'URSS conserve son titre olympique[62]. En 1969, la Tchécoslovaquie et l'Union soviétique disputent les « parties les plus chargées émotionellement de l'histoire du hockey international ». L'organisation du tournoi avait été donnée aux Tchécoslovaques. Mais ils sont forcés d'y renoncer suivant l'invasion du pays en août 1968 par les troupes du Pacte de Varsovie, menées par les Soviétiques, en réaction au Printemps de Prague. Le Championnat est alors organisé à Stockholm. Dans ces conditions de tensions internationales, les Tchécoslovaques sont déterminés à battre les Soviétiques. Ils remportent leur double confrontation sur les marques de 2-0 puis 4-3. Mais, battus par la Suède à deux reprises, ils doivent se contenter de la troisième place tandis que l'URSS rajoute un nouveau titre à son palmarès[63],[64].

Retrait canadien de la scène internationale (1970-1976)[modifier | modifier le code]

Photographie d'un homme
Vladislav Tretiak (ici en 2008) est l'un des joueurs vedettes de la sélection soviétique durant les années 1970.

Alors que les équipes européennes composées de joueurs en apparence amateurs continuent de s'améliorer, l'Association canadienne de hockey amateur considèrent que ses joueurs amateurs ne peuvent être compétitifs et pousse pour la possibilité de sélectionner des joueurs Professionnels. À son congrès de 1969, l'IIHF permet au Canada d'utiliser neuf joueurs professionnels n'évoluant pas en LNH au Championnat du monde 1970[65]. Les droits d'organisation du tournoi sont également attribués au Canada pour la première fois, avec Winnipeg et Montréal comme villes hôtes[66]. Mais Le président du CIO Avery Brungage est opposé à l'idée de compétitions rasssemblant amateurs et professionnels et déclare que le statut du hockey en tant que sport olympique serait remis en cause si la décision était appliquée. La décision sur l'usage de joueurs professionnels est inversée en janvier 1970. En réaction, las Canadiens se retirent des compétitions internationales et ne participent pas aux deux olympiades suivantes. De plus, ils renoncent à accuellir le Championnat, Stockholm servant de solution de rechange pour la seconde fois consécutive[65],[67].

Comprenant le gardien Vladislav Tretiak et les attaquants Valeri Kharlamov, Aleksandr Iakouchev, Vladimir Petrov et Boris Mikhaïlov, les Soviétiques continuent leur domination avec leurs victoires en 1970 et 1971 ainsi qu'aux Jeux olympiques de 1972[68]. Mais les Jeux ne font plus office de Championnat du monde suite à une décision prise par le congrès de l'IIHF en 1970 et, pour la premiére fois, le tournoi mondial est organisé séparérent la même année[69]. À domicile, la Tchécoslovaquie met fin au règne soviétique et remporte son premier titre depuis 1949[70]. Cependant, l'URSS retrouve rapidement ses habitudes et s'impose lors des trois Championnats suivants[12]. Mais, au cours du Championnat 1974, elle enregistre l'une des plus lourdes défaites en compétition en s'inclinant 7-2 face aux Tchécoslovaques[68]. Le tournoi est également marqué par les premiers cas de dopage de la compétition avec les contrôles positifs à l'éphédrine du Suédois Ulf Nilsson et du Finlandais Stig Wetzell[71]. En 1976, le Championnat se déroule à Katowice en Pologne. Lors du premier jour de compétition, l'équipe hôte crée la sensation en battant sur la marque de 6-4 les tenants du titre, grâce entre autres à un triplé de Wiesław Jobczyk et une grande performance du gardien Andrzej Tkacz. Il s'agit d'un des résultats les plus surprenants de l'histoire du hockey international ; deux mois auparavant, les Polonais s'étaitent inclinés 16-1 face aux Soviétiques durant les Jeux olympiques de 1976[72]. L'URSS perd deux nouvelles fois par la suite et termine deuxième, la Tchécoslovaquie reprenant le titre mondial. Malgré ce résultat, la Pologne termine septième et est reléguée dans le Groupe B, le second échelon mondial[73].

Fin de l'ère soviétique (1977-1992)[modifier | modifier le code]

Ouverture aux joueurs professionnels (1977)[modifier | modifier le code]

En 1975, Günther Sabetzki devient président de l'IIHF et a pour objectif de résoudre le différent avec les Canadiens. L'IIHF ouvre le Championnat du monde aux professionnels et repousse le tournoi plus tard dans la saison afin de permettre aux joueurs non engagés dans les séries de la LNH d'y participer. Cet arrangement ne s'étent cependant pas aux Jeux olympiques en raison de la non-volonté de la LNH de suspendre ses activités en milieu de saison et la politique du CIO de ne permettre seulement aux amateurs d'y participer. L'IIHF accepte également de soutenir la Coupe Canada, une compétition opposant les meilleurs joueurs des principaux pays de hockey, quel que soit leur statut[74].

Le Championnat 1976 est le premier à comprendre des professionnels, bien que seul les États-Unis font usage de la règle en retenant sept joueurs des North Stars du Minnesota de la LNH et des Fighting Saints du Minnesota de l'Association mondiale de hockey (AMH)[73]. Le premier Championnat du monde entièrement ouvert aux professionnels se tient en 1977 à Vienne en Autriche. Il voit la première participation de joueurs canadiens actifs en LNH, parmi lesquels Phil Esposito, deux fois récipiendaire du trophée Hart du meilleur joueur de la ligue. La Suède et la Finlande renforcent également leurs effectifs avec quelques joueurs des ligues majeures nord-américaines. Bon nombre de joueurs canadiens ne sont pas préparés pour le tournoi et sont peu familliés avec les règlements internationaux. Particulièrement indiscipliné, l'équipe à la feuille d'érable termine quatrième, enregistrant entre autres deux défaites sur le score combiné de 19-2 face aux Soviétiques[75]. La Tchécoslovaquie conserve son titre et devient la troisième équipe à remporter deux Championnats consécutifs[76].

Avec la participation de joueurs de la LNH, les dirigeants de l'IIHF commencent à craindre que les amateurs et les jeunes joueurs perdent leur place. Cela amène à l'officialisation du Championnat du monde des moins de 20 ans, organisé depuis 1974. Appelé couramment Championnat du monde junior, son format est calqué sur celui du Championnat du monde sénior mais est réservé aux joueurs âgés de moins de 20 ans[77].

Supériorité soviétique (1978-1987)[modifier | modifier le code]

À partir de 1978, les Soviétiques remportent cinq titre consécutifs et restent invaincus en compétition entre 1981 et 1985[78]. En 1983, ils remportent leur 19e titre mondial, égalisant le record détenu par les Canadiens, et battent également leur record d'invincibilité en compétition[79]. La domination et la qualité de la sélection d'URSS se reflète dans l'équipe d'étoiles du tournoi avec la présence de six joueurs soviétiques — le gardien Tretiak, les défenseurs Viatcheslav Fetissov et Alekseï Kassatonov, et les attaquants Vladimir Kroutov, Igor Larionov et Sergueï Makarov — la seule fois qu'un seul pays y est représenté[80]. Durant cette période, le Canada glane ses premières médailles depuis son retour avec trois de bronze en 1978, 1982 et 1983[12]. Suite au Congrès de l'IIHF en 1978, les Championnats du monde ne se tiennent pas durant les années olympiques[81]. En 1985, la Tchécoslovaquie se présente une fois pour mettre fin à la domination soviétique tandis que le Canada, emené par Mario Lemieux, gagne face à l'URSS pour la première fois en compétition en 24 ans. Les Soviétiques se contentent du bronze et terminent le tournoi avec un match contre les Américains marqué par des comportements violents et résultant à la suspension d'entraîneurs et joueurs des deux camps ainsi que de l'arbitre. La Suède, finaliste de la Coupe Canada quelques mois auparavant, termine sixième, sa plus mauvaise performance depuis 1937[82]. L'année suivante, l'Union soviétique reprend la couronne mondiale grâce à un but de Viatcheslav Bykov à cinq minutes de la fin lors de la rencontre décisive face aux Suédois. Battue par la Pologne et l'Allemagne de l'Ouest en ouverture du tournoi, la Tchécoslovaquie doit jouer la poule de maintien et manque de remporter une médaille mondiale pour la première fois depuis 1967[83],[84].

Le Championnat du monde 1987 organisé à Vienne est marqué par plusieurs controverses. Au début du tournoi, la sélection ouest-allemande comprend Miroslav Sikora, un attaquant germano-polonais qui a joué pour la Pologne lors du Championnat du monde junior 1977. Naturalisé Allemand, Sikora prend part aux trois premières parties pour son pays d'adoption, inscrivant un but lors de la victoire sur la Finlande. Après le match, les Finlandais déposent une réclamation, demandant que le résultat soit inversé car les Allemands ont utilisé un joueur non-éligible. Les joueurs ne peuvent alors changer d'équipe nationale au cours de leur carrière quel que soit les circonstances et l'IIHF accède à la demande, donnant les deux points de la victoire à la Finlande. Irrités par cette décision, les dirigeants allemands déposent une plainte auprès de la justice autrichienne. Celle-ci supporte la position allemande et inverse la décision de l'IIHF, leur permettant de conserver les points gagnés sur la glace. Ces démêlés affectent le classement du tournoi. Si la Finlande avait obtenu gain de cause, elle se serait qualifiée pour la phase finale aux dépens de la Suède. Au lieu, elle dispute la poule de maintien, laissant ses voisins en route pour leur premier titre depuis 25 ans[85],[86]. Le format du tournoi est également remis en cause car l'URSS, bien qu'étant la seule équipe invaincue du tournoi, termine deuxième tandis que la Suède, battue à trois reprises lors de la phase préliminaire, remporte la couronne mondiale à la différence de but grâce un large succès 9-0 sur le Canada[87].

Chute du Rideau de fer (1989-1992)[modifier | modifier le code]

Avant 1989, les joueurs vivants en Union soviétique, en Tchécoslovaquie ou dans les autres pays derrière le Rideau de fer n'étaient pas autorisés à partir pour aller jouer en LNH[88]. En mars 1989, Sergueï Priakhine devient le premier membre de la sélection soviétique à recevoir la permission de quitter pour l'Amérique du Nord[89]. Plusieurs autres joueurs, tels que Larionov et Fetissov, souhaitent également jouer en LNH. Les autorités éventuellement acceptent de leur donner la permission s'ils disputent un dernier tournoi avec l'équipe nationale. Les joueurs acceptent et mènent l'URSS à son 21e titre mondial. Peu de temps après, les joueurs soviétiques commencent à débarquer en LNH parmi lesquels la « Ligne verte » : Fetissov, Kassatonov, Krotov, Larionov et Makarov[90]. L'année suivante, la sélection soviétique, bien que démunie de certaines de ses vedettes, conserve sa couronne, la dernière qu'elle remporte[91]. En 1991, Mats Sundin, premier européen sélectionné en première position d'un repêchage d'entrée dans la LNH, méne la Suède au titre mondial[92]. Les Soviétiques se contentent du bronze, leur dernière médaille mondiale, mais s'adjugent le titre européen, décerné pour la dernière fois[93].

L'URSS se dissout en décembre 1991. Neuf anciennes républiques soviétiques deviennent membre de l'IIHF et commencent à participer aux compétitions internationales parmi lesquels la Biélorussie, le Kazakhstan, la Lettonie et l'Ukraine. La Russie est désignée comme successeur de l'URSS. Avec l'afflut de nouvelles équipes, l'IIHF passe le Championnat du monde de huit à douze participants[94]. Entre 1963 et 1991, seules quatre équipes ont remportés une médaille mondiale : l'Union soviétique, la Tchécoslovaquie qui ne manquent que trois podiums durant cette période, la Suède et le Canada. Les Soviétiques ont gagnés à chacune de leurs 34 participations en Championnat du monde entre 1954 et 1991[12]. En 1992, la Suéde remporte son second titre consécutif en battant en finale la Finlande, qui gagne sa première médaille mondiale dans la compétition. Devant son public, la Tchécoslovaquie s'adjugent le bronze aux dépens des Suisses, le dernier podium avant la partition du pays quelques mois plus tard[95].

De 1970 à la fin de la Guerre froide[modifier | modifier le code]

En 1970, l'IIHF permet au Canada d'aligner neuf professionnels venus des rangs de la LNH ou des ligues mineures affiliées (mais le tournoi se déroulant pendant la Coupe Stanley, seulement une poignée peuvent participer). Cependant, cette règle est rapidement annulée, à la suite de nombreuses plaintes d'officiels. En réaction, le Canada boycotte les championnats du monde pendant sept ans, durant lesquels l'IIHF retire les championnats des jeux Olympiques de 1972 et 1976 pour essayer de résoudre la crise.

En 1976, un nouveau président à la tête de l'IIHF autorise les joueurs professionnels dans toutes les équipes et le Canada revient dans la compétition. Pendant ce temps, la qualité du jeu européen s'est grandement améliorée et, bien que pouvant aligner des joueurs de la LNH éliminés des séries, le Canada n'arrive plus à dominer. Il faudra attendre 33 ans, c'est-à-dire en 1994, pour voir le Canada gagner à nouveau le tournoi.

On notera le score impressionnant de 34 médailles en 34 participations de l'URSS.

Après la guerre froide[modifier | modifier le code]

Aux débuts des années 1990, la chute de l'Union soviétique, qui domina les trois dernières décennies, succédant au Canada, et la partition de la Tchécoslovaquie, qui gagna la plupart des années où l'URSS ne le fit pas, provoquent un chamboulement important au niveau du hockey international, pour deux raisons :

  1. Les joueurs originaires d'URSS et de Tchécoslovaquie ont maintenant la liberté de jouer au sein de la LNH. De ce fait, beaucoup des meilleurs joueurs européens ne peuvent plus participer au championnat pour leur pays, étant liés sous contrat avec la LNH pendant cette période.
  2. Les pays provenant de l'URSS et de la Tchécoslovaquie, c'est-à-dire la Russie et la République tchèque, ont moins de joueurs talentueux à leur disposition.

L'éclatement de l'URSS et de la Tchécoslovaquie posent un nouveau défi pour la Fédération : beaucoup de nouvelles équipes nationales, comme la Biélorussie, la République tchèque, le Kazakhstan, la Lettonie, la Russie ou la Slovaquie veulent participer aux championnats du monde au plus haut niveau, le Groupe A. L'IIHF décide tout d'abord d'autoriser la Russie et la République tchèque à entrer directement dans le groupe élite, les autres atterrissant dans le Groupe C. Il apparaît alors que beaucoup de ces nouvelles équipes sont meilleures que certaines du Groupe A. On court alors le risque de voir des pays, traditionnellement établis au plus haut niveau, être rétrogradés par ces nouvelles équipes. La IIHF, dépendant des recettes publicitaires de ces pays, décide donc d'augmenter le nombre d'équipes dans le Groupe A, afin de contenter à la fois les anciennes équipes de ce groupe et les nouvelles.

Récemment, les deux nations provenant de l'ancienne Tchécoslovaquie ont obtenu de bons résultats au niveau international, remportant quatre championnats de suite entre 1999 et 2002, les trois premiers par la République tchèque et le dernier par la Slovaquie (la République tchèque a également remporté la médaille d'or aux jeux olympiques de 1998 à Nagano et l'édition 2005 des championnats du monde). Le Canada est revenu depuis peu au premier plan, en remportant les championnats de 2003, 2004 et 2007 (ainsi que la médaille d'or aux jeux de 2002 et à la coupe du monde de hockey 2004).

La malédiction[modifier | modifier le code]

Depuis 1986, aucun pays organisateur n'avait réussi à remporter les championnats du monde à domicile, y compris les équipes favorites. Les derniers exemples en date étaient la Russie en 2007 et le Canada en 2008. Ce phénomène surprenant a été nommé de façon dramatique malédiction du pays hôte ou home ice curse[96] en anglais.

La malédiction prit fin le 19 mai 2013 avec la victoire de la Suède lors du championnat du monde organisé en collaboration avec la Finlande. La finale en question s'est déroulée au Ericsson Globe de Stockholm, l'équipe nationale de Suède était alors opposée à la Suisse qui s'est inclinée sur le score de 5-1.

Organisation[modifier | modifier le code]

Dans sa forme moderne, un championnat du monde regroupe un minimum de 40 équipes : 16 dans la « Division élite » qui regroupe les meilleurs nations, puis 6 dans les Divisions inférieures : IA, IB, IIA et IIB. Si d'autres nations participent, elles s'affrontent en Division III.

Division Élite[modifier | modifier le code]

La division élite regroupe 16 équipes, divisées en 2 groupes (8 équipes chacun).

Lors du tour préliminaire, chaque équipe affronte une fois les équipes situées dans le même groupe (7 matchs par équipe). À l'issue de cette phase, le dernier de chaque groupe est relégué au niveau inférieur (Division IA). Les quatre premières équipes de chaque groupe se rencontrent en quarts de finale croisés (1er du groupe A contre 4e du groupe B, 2e du groupe A contre 3e du groupe B, etc.).

Les vainqueurs avancent en demi-finales, puis les vainqueurs des demi-finales s'affrontent pour la médaille d'or, les perdants s'affrontant eux pour la médaille de bronze.

Division IA[modifier | modifier le code]

Les équipes sont regroupées dans une poule unique de six. Chaque équipe affronte les autres une fois (5 matches) et le deux premières sont promues en division élite tandis que la moins bonne est reléguée en division IB.

Division IB et II (A et B)[modifier | modifier le code]

Chaque division comprend 6 équipes. L'organisation de la compétition est la même pour ces 3 divisions : chaque équipe les autres une fois (5 matches) et la meilleure est promue en division supérieure tandis que la moins bonne est reléguée dans la division inférieure.

Division III[modifier | modifier le code]

La division III fonctionne de la même façon que les autres divisions à deux différences près : il n'existe qu'un seul groupe avec un nombre variable d'équipes (par forcément 6) et il n'y a pas de relégation possible.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Les résultats des championnats du monde sont présentés dans le tableau ci-dessous.

  •      jusqu'en 1968, il n'y avait pas de Championnat du monde les années olympiques. Le tournoi olympique de hockey sur glace faisait alors office de championnat du monde.
Année Gold medal icon.svg Or Silver medal icon.svg Argent Bronze medal icon.svg Bronze Site
1920 Drapeau du Canada Canada Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Anvers (Belgique)
1924 Drapeau du Canada Canada Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne Chamonix (France)
1928 Drapeau du Canada Canada Drapeau : Suède Suède Drapeau : Suisse Suisse Saint-Moritz (Suisse)
1930 Drapeau du Canada Canada Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau : Suisse Suisse Chamonix (France), Vienne (Autriche) et Berlin (Allemagne)
1931 Drapeau du Canada Canada Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau : Autriche Autriche Krynica (Pologne)
1932 Drapeau du Canada Canada Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau de l'Allemagne Allemagne Lake Placid (États-Unis)
1933 Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau du Canada Canada Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Prague (Tchécoslovaquie)
1934 Drapeau du Canada Canada Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau de l'Allemagne Allemagne Milan (Italie)
1935 Drapeau du Canada Canada Drapeau : Suisse Suisse Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne Davos (Suisse)
1936 Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne Drapeau du Canada Canada Drapeau des États-Unis États-Unis Garmisch-Partenkirchen (Allemagne)
1937 Drapeau du Canada Canada Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne Drapeau : Suisse Suisse Londres (Royaume-Uni)
1938 Drapeau du Canada Canada Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Prague (Tchécoslovaquie)
1939 Drapeau du Canada Canada Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau : Suisse Suisse Zurich et Bâle (Suisse)
Aucun championnat 1940-1946 (Seconde Guerre mondiale)
1947 Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau : Suède Suède Drapeau : Autriche Autriche Prague (Tchécoslovaquie)
1948 Drapeau du Canada Canada Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau : Suisse Suisse Saint-Moritz (Suisse)
1949 Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau du Canada Canada Drapeau des États-Unis États-Unis Stockholm (Suède)
1950 Drapeau du Canada Canada Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau : Suisse Suisse Londres (Royaume-Uni)
1951 Drapeau du Canada Canada Drapeau : Suède Suède Drapeau : Suisse Suisse Paris (France)
1952 Drapeau du Canada Canada Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau : Suède Suède Oslo (Norvège)
1953 Drapeau : Suède Suède Drapeau de l'Allemagne RFA Drapeau : Suisse Suisse Zurich et Bâle (Suisse)
1954 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau du Canada Canada Drapeau : Suède Suède Stockholm (Suède)
1955 Drapeau du Canada Canada Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Krefeld, Dortmund, Cologne et Düsseldorf (Allemagne)
1956 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau du Canada Canada Cortina (Italie)
1957 Drapeau : Suède Suède Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Moscou (URSS)
1958 Drapeau du Canada Canada Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Suède Suède Oslo (Norvège)
1959 Drapeau du Canada Canada Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Prague[97] (Tchécoslovaquie)
1960 Drapeau : États-Unis États-Unis Drapeau du Canada Canada Drapeau : URSS Union soviétique Squaw Valley (États-Unis)
1961 Drapeau du Canada Canada Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau : URSS Union soviétique Genève et Lausanne (Suisse)
1962 Drapeau : Suède Suède Drapeau du Canada Canada Drapeau : États-Unis États-Unis Denver (États-Unis)
1963 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Suède Suède Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Stockholm (Suède)
1964 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Suède Suède Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Innsbruck (Autriche)
1965 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau : Suède Suède Tampere (Finlande)
1966 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau du Canada Canada Ljubljana (Yougoslavie)
1967 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Suède Suède Drapeau du Canada Canada Vienne (Autriche)
1968 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau du Canada Canada Grenoble (France)
1969 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Suède Suède Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Stockholm (Suède)
1970 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Suède Suède Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Stockholm (Suède)
1971 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau : Suède Suède Berne et Genève (Suisse)
1972 Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Suède Suède Prague (Tchécoslovaquie)
1973 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Suède Suède Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Moscou (URSS)
1974 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau : Suède Suède Helsinki (Finlande)
1975 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau : Suède Suède Munich et Düsseldorf (Allemagne)
1976 Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Suède Suède Katowice (Pologne)
1977 Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau : Suède Suède Drapeau : URSS Union soviétique Vienne (Autriche)
1978 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau du Canada Canada Prague (Tchécoslovaquie)
1979 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau : Suède Suède Moscou (URSS)
1980 Pas de championnat du monde en raison des Jeux olympiques d'hiver
1981 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Suède Suède Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Göteborg et Stockholm (Suède)
1982 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau du Canada Canada Helsinki et Tampere (Finlande)
1983 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau du Canada Canada Düsseldorf, Dortmund et Munich (Allemagne)
1984 Pas de championnat du monde en raison des Jeux olympiques d'hiver
1985 Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Drapeau du Canada Canada Drapeau : URSS Union soviétique Prague (Tchécoslovaquie)
1986 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Suède Suède Drapeau du Canada Canada Moscou (URSS)
1987 Drapeau : Suède Suède Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Vienne (Autriche)
1988 Pas de championnat du monde en raison des Jeux olympiques d'hiver
1989 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau du Canada Canada Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Stockholm et Södertälje (Suède)
1990 Drapeau : URSS Union soviétique Drapeau : Suède Suède Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Berne et Fribourg (Suisse)
1991 Drapeau : Suède Suède Drapeau du Canada Canada Drapeau : URSS Union soviétique Turku, Helsinki et Tampere (Finlande)
1992 Drapeau : Suède Suède Drapeau : Finlande Finlande Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Prague et Bratislava (Tchécoslovaquie)
1993 Drapeau : Russie Russie Drapeau : Suède Suède Drapeau : République tchèque République tchèque Dortmund et Munich (Allemagne)
1994 Drapeau du Canada Canada Drapeau : Finlande Finlande Drapeau : Suède Suède Bolzano, Canazei et Milan (Italie)
1995 Drapeau : Finlande Finlande Drapeau : Suède Suède Drapeau du Canada Canada Stockholm et Gävle (Suède)
1996 Drapeau : République tchèque République tchèque Drapeau du Canada Canada Drapeau : États-Unis États-Unis Vienne (Autriche)
1997 Drapeau du Canada Canada Drapeau : Suède Suède Drapeau : République tchèque République tchèque Helsinki, Turku et Tampere (Finlande)
1998 Drapeau : Suède Suède Drapeau : Finlande Finlande Drapeau : République tchèque République tchèque Zurich et Bâle (Suisse)
1999 Drapeau : République tchèque République tchèque Drapeau : Finlande Finlande Drapeau : Suède Suède Oslo, Lillehammer et Hamar (Norvège)
2000 Drapeau : République tchèque République tchèque Drapeau : Slovaquie Slovaquie Drapeau : Finlande Finlande Saint-Pétersbourg (Russie)
2001 Drapeau : République tchèque République tchèque Drapeau : Finlande Finlande Drapeau : Suède Suède Cologne, Hanovre et Nuremberg (Allemagne)
2002 Drapeau : Slovaquie Slovaquie Drapeau : Russie Russie Drapeau : Suède Suède Göteborg, Karlstad et Jönköping (Suède)
2003 Drapeau du Canada Canada Drapeau : Suède Suède Drapeau : Slovaquie Slovaquie Helsinki, Tampere et Turku (Finlande)
2004 Drapeau du Canada Canada Drapeau : Suède Suède Drapeau : États-Unis États-Unis Prague et Ostrava (République tchèque)
2005 Drapeau : République tchèque République tchèque Drapeau du Canada Canada Drapeau : Russie Russie Innsbruck et Vienne (Autriche)
2006 Drapeau : Suède Suède[98] Drapeau : République tchèque République tchèque Drapeau : Finlande Finlande Riga (Lettonie)
2007 Drapeau du Canada Canada Drapeau : Finlande Finlande Drapeau : Russie Russie Mytichi et Moscou (Russie)
2008 Drapeau : Russie Russie Drapeau du Canada Canada Drapeau : Finlande Finlande Halifax et Québec (Canada)
2009 Drapeau : Russie Russie Drapeau du Canada Canada Drapeau : Suède Suède Berne et Zurich (Suisse)
2010 Drapeau : République tchèque République tchèque Drapeau : Russie Russie Drapeau : Suède Suède Cologne et Mannheim (Allemagne)
2011 Drapeau : Finlande Finlande Drapeau : Suède Suède Drapeau : République tchèque République tchèque Bratislava et Košice (Slovaquie)
2012 Drapeau : Russie Russie Drapeau : Slovaquie Slovaquie Drapeau : République tchèque République tchèque Helsinki (Finlande) et Stockholm (Suède)
2013 Drapeau : Suède Suède Drapeau : Suisse Suisse Drapeau : États-Unis États-Unis Stockholm (Suède) et Helsinki (Finlande)
2014 Drapeau : Russie Russie Drapeau : Finlande Finlande Drapeau : Suède Suède Minsk (Biélorussie)
2015 Drapeau du Canada Canada Drapeau : Russie Russie Drapeau : États-Unis États-Unis Prague et Ostrava (République tchèque)
2016 Drapeau du Canada Canada Drapeau de la Finlande Finlande Drapeau : Russie Russie Moscou et Saint-Pétersbourg (Russie)
2017 Cologne (Allemagne) et Paris (France)
2018 Copenhague et Herning (Danemark)
2019 Bratislava et Košice (Slovaquie)
2020 Zurich et Lausanne (Suisse)

Table des médailles[modifier | modifier le code]

Pays Gold medal icon.svg
Or
Silver medal icon.svg
Argent
Bronze medal icon.svg
Bronze
Médailles Participations
Drapeau : Russie Russie
Drapeau : URSS Union soviétique
5
22
27
3
7
10
3
5
8
11
34
45
49
Drapeau du Canada Canada 26 13 9 48 62
Drapeau : République tchèque République tchèque
Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
6
6
12
1
12
13
5
16
21
12
34
46
67
Drapeau : Suède Suède 9 19 17 45 67
Drapeau : États-Unis États-Unis 2 9 7 18 67
Drapeau : Finlande Finlande 2 8 3 13 56
Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne 1 2 2 5 42
Drapeau : Slovaquie Slovaquie 1 2 1 4 14
Drapeau : Suisse Suisse 0 2 8 10 66
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau : Allemagne R.F.A.
0
0
0
1
1
2
2
0
2
3
1
4
32
Drapeau : Autriche Autriche 0 0 2 2 61

Records[modifier | modifier le code]

  • Plus grand écart de buts : le 15 mai 2010, les USA ont battu le Kazakhstan 10 à 0. Le 3 mai 2015, le Canada a battu l'Allemagne sur le même score.
  • Plus grand nombre de buts : le 13 mai 2012, la Norvège a battu l'Allemagne 12 à 4.
  • Buteur le plus âgé : à 43 ans, 2 mois et 15 jours, le tchèque Jaromír Jágr devient le buteur le plus âgé lors d'un Championnat du monde.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les statistiques de la Russie reprennent également celles de l'URSS.
  2. La moyenne de buts, à ne pas confondre avec la différence de buts, est déterminée en divisant le nombre de buts inscrits par le nombre de buts encaissés.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Story #50 — LIHG (precursor of the IIHF) formed by four members », sur www.iihf.com (consulté le 10 août 2016)
  2. Farrell 1899, p. 27
  3. Vigneault 1998, p. 13
  4. « La Ligue est formée », La Patrie,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  5. Diamond 1998, p. 210
  6. McFarlane 1998, p. 52
  7. a et b (en) « International hockey timeline », sur www.iihf.com (consulté le 10 août 2016)
  8. (en) « Hall of Fame — B.M."Peter"Patton », sur www.ihjuk.co.uk (consulté le 11 août 2016)
  9. Marc Branchu, « Matches internationaux 1908/09 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2016)
  10. (en) « Story #84 — A Swiss Alpine village sees the dawn of international hockey », sur www.iihf.com (consulté le 9 août 2016)
  11. Marc Branchu, « Championnats d'Europe 1910 », sur www.passionhockey.com (consulté le 9 août 2016)
  12. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « All Medallists — Men », sur www.iihf.com (consulté le 9 août 2016)
  13. a et b Marc Branchu, « Jeux Olympiques d'Anvers 1920 », sur www.passionhockey.com (consulté le 9 août 2016)
  14. a et b (en) « Winter Olympic Games: 1920 Antwerp Men's Hockey Summary », sur www.hhof.com (consulté le 9 août 2016)
  15. (en) « Story #21 — Ice hockey debuts at the Olympics », sur www.iihf.com (consulté le 9 août 2016)
  16. Hansen 1996, p. 26
  17. Monnin 2013, p. 12.
  18. Monnin 2013, p. 16.
  19. a et b (en) « The IIHF — Epochs — 1914-1933 », sur www.iihf.com (consulté le 10 août 2016)
  20. Marc Branchu, « Jeux Olympiques de Chamonix 1924 », sur www.passionhockey.com (consulté le 9 août 2016)
  21. Marc Branchu, « Jeux Olympiques de Saint-Moritz 1928 », sur www.passionhockey.com (consulté le 9 août 2016)
  22. (en) « It all started in Paris, 1908 », sur www.iihf.com (consulté le 10 août 2016)
  23. Holland 2008, p. 30-31
  24. Marc Branchu, « Championnats du monde 1930 », sur www.passionhockey.com (consulté le 10 août 2016)
  25. (en) Martin Merk, « Asian milestones », sur www.iihf.com,‎ (consulté le 10 août 2016)
  26. (en) « Story #78 — USA win its first and so far only Worlds in 1933, denying Canada for the first time », sur www.iihf.com (consulté le 9 août 2016)
  27. (en) « Story #15 — Great Britain wins Olympic gold », sur www.iihf.com (consulté le 9 août 2016)
  28. Marc Branchu, « Jeux Olympiques de Garmisch-Partenkirchen 1936 », sur www.passionhockey.com (consulté le 10 août 2016)
  29. Marc Branchu, « Championnats du monde 1939 », sur www.passionhockey.com (consulté le 10 août 2016)
  30. Marc Branchu, « Championnats du monde 1947 », sur www.passionhockey.com (consulté le 10 août 2016)
  31. MacDonald 1998, p. 43-60.
  32. Marc Branchu, « Jeux Olympiques de Saint-Moritz 1948 », sur www.passionhockey.com (consulté le 10 août 2016)
  33. Comité olympique suisse 1948, p. 69
  34. Marc Branchu, « Championnats du monde 1949 », sur www.passionhockey.com (consulté le 10 août 2016)
  35. (en) Lucas Aykroyd, « Canada overpowers Danes », sur u18worlds2016.iihf.com,‎ (consulté le 10 août 2016)
  36. Marc Branchu, « Championnats du monde 1950 », sur www.passionhockey.com (consulté le 10 août 2016)
  37. Marc Branchu, « Championnats du monde 1951 », sur www.passionhockey.com (consulté le 10 août 2016)
  38. Marc Branchu, « Jeux Olympiques d'Oslo 1952 », sur www.passionhockey.com (consulté le 10 août 2016)
  39. Marc Branchu, « Championnats du monde 1953 », sur www.passionhockey.com (consulté le 10 août 2016)
  40. a et b (en) « Story #4 — Soviets hammer Canada, win gold medal at their first Worlds », sur www.iihf.com (consulté le 11 août 2016)
  41. a et b Marc Branchu, « Championnats du monde 1954 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2016)
  42. Marc Branchu, « Championnat d'URSS 1946/47 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2016)
  43. (en) « Story #94 — Pendicton Vees defeat Soviets to reclaim World Championship crown », sur www.iihf.com (consulté le 11 août 2016)
  44. Marc Branchu, « Championnats du monde 1955 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2016)
  45. (en) « Story #25 — Soviet Union win their first Olympics, starting a new hockey era », sur www.iihf.com (consulté le 11 août 2016)
  46. Marc Branchu, « Jeux Olympiques d'Cortina d'Ampezzo 1956 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2016)
  47. a et b Marc Branchu, « Championnats du monde 1957 », sur www.passionhockey.com (consulté le 12 août 2016)
  48. (en) « Story #71 — Worlds final in front of 50,000 fans at soccer stadium », sur www.iihf.com (consulté le 12 août 2016)
  49. (en) Brandon Finsterwalder, « Outdoor Hockey Game », sur badgerherald.com,‎ (consulté le 12 août 2016)
  50. Marc Branchu, « Championnats du monde 1958 », sur www.passionhockey.com (consulté le 12 août 2016)
  51. (en) « Connie Broden, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 12 août 2016)
  52. (en) « Story #16 — USA's original but unheralded "Miracle on ice" », sur www.iihf.com (consulté le 12 août 2016)
  53. (en) « Story #66 — Trail Smoke Eaters' gold ends hockay's amateur era », sur www.iihf.com (consulté le 12 août 2016)
  54. Marc Branchu, « Championnats du monde 1961 », sur www.passionhockey.com (consulté le 12 août 2016)
  55. Marc Branchu, « Championnats du monde 1962 », sur www.passionhockey.com (consulté le 12 août 2016)
  56. (en) « Story #57 — Tre Kronor's win over Canada becomes sports lore in Sweden », sur www.iihf.com (consulté le 12 août 2016)
  57. Marc Branchu, « Championnats du monde 1963 », sur www.passionhockey.com (consulté le 16 août 2016)
  58. (en) « David Bauer, biography, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 16 août 2016)
  59. (en) « Russia Hockey Winner, Canada Finishes Fouth », The Montreal Gazette,‎ , p. 18 (lire en ligne)
  60. (en) William Houston, « IIHF backs off on giving Canadians 1964 bronze medal », sur www.theglobeandmail.com,‎ (consulté le 16 août 2016)
  61. (en) « Story #81 — Czechoslovakia snaps Soviet six-year winning streak », sur www.iihf.com (consulté le 19 août 2016)
  62. Marc Branchu, « Jeux Olympiques de Grenoble 1968 », sur www.passionhockey.com (consulté le 19 août 2016)
  63. (en) « Story #18 — Two games Czechoslovakia simply couldn't lose », sur www.iihf.com (consulté le 19 août 2016)
  64. Marc Branchu, « Championnats du monde 1969 », sur www.passionhockey.com (consulté le 19 août 2016)
  65. a et b (en) « Story #17 — Protesting amateur rules, Canada leaves international hockey », sur www.iihf.com (consulté le 21 août 2016)
  66. (en) « Story #40 — Finally, Canada to host the World Championship », sur www.iihf.com (consulté le 21 août 2016)
  67. Marc Branchu, « Championnats du monde 1970 », sur www.passionhockey.com (consulté le 21 août 2016)
  68. a et b (en) « Story #67 — The perfect game against the best team: Czechoslovaks-Soviets 7-2 », sur www.iihf.com (consulté le 21 août 2016)
  69. Comité international olympique 1984, p. 188
  70. (en) « Story #5 — 1972 - Soviets streak of nine straght World golds ends », sur www.iihf.com (consulté le 21 août 2016)
  71. Marc Branchu, « Championnats du monde 1974 », sur www.passionhockey.com (consulté le 21 août 2016)
  72. (en) « Story #39 — Poland scores biggest shocker in World Championship history », sur www.iihf.com (consulté le 21 août 2016)
  73. a et b Marc Branchu, « Championnats du monde 1976 », sur www.passionhockey.com (consulté le 21 août 2016)
  74. (en) « Story #6 — First Canada Cup opens up the hockey world », sur www.iihf.com (consulté le 22 août 2016)
  75. (en) « Story #13 — After a seven-year absensce, Canada returns to Worlds », sur www.iihf.com (consulté le 22 août 2016)
  76. Marc Branchu, « Championnats du monde 1977 », sur www.passionhockey.com (consulté le 22 août 2016)
  77. (en) « Story #91 — The World U20 Championship takes its place on the IIHF calendar », sur www.iihf.com (consulté le 22 août 2016)
  78. (en) « Story #62 — Soviets' revenge for Lake Placid - 13-1 over Sweden », sur www.iihf.com (consulté le 22 août 2016)
  79. Marc Branchu, « Championnats du monde 1983 », sur www.passionhockey.com (consulté le 22 août 2016)
  80. « Championnat mondial de hockey sur glace de l'IIHF — Équipe des étoile des médias », sur www.hockeycanada.ca (consulté le 22 août 2016)
  81. Comité international olympique 1984, p. 189
  82. Marc Branchu, « Championnats du monde 1985 », sur www.passionhockey.com (consulté le 22 août 2016)
  83. Marc Branchu, « Championnats du monde 1986 », sur www.passionhockey.com (consulté le 22 août 2016)
  84. (en) « Men's World Championship - 1986 Moscow Summary », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 22 août 2016)
  85. (en) « Story #29 — "Sikora case" - Vienna court decides the 1987 Worlds medal race », sur www.iihf.com (consulté le 22 août 2016)
  86. Marc Branchu, « Championnats du monde 1987 », sur www.passionhockey.com (consulté le 22 août 2016)
  87. (en) « Story #44 — Amid turmoil, Sweden wins first gold in a quarter of a century », sur www.iihf.com (consulté le 22 août 2016)
  88. Pincus 2006, p. 148
  89. (en) « N.H.L. Team Signs First Soviet Player, And He's a Surprise », The New Yor Times,‎ , B14 (lire en ligne)
  90. (en) « Story #65 — Igor Larionov openly revolts against coach, system », sur www.iihf.com (consulté le 23 août 2016)
  91. Marc Branchu, « Championnats du monde 1990 », sur www.passionhockey.com (consulté le 23 août 2016)
  92. (en) « Story #32 — Sundin's marvellous goalend Soviet Union's hockey era », sur www.iihf.com (consulté le 23 août 2016)
  93. Marc Branchu, « Championnats du monde 1991 », sur www.passionhockey.com (consulté le 23 août 2016)
  94. (en) « Story #42 — Breakup of old Europe creates a new hockey world », sur www.iihf.com (consulté le 23 août 2016)
  95. Marc Branchu, « Championnats du monde 1992 », sur www.passionhockey.com (consulté le 23 août 2016)
  96. (en) IIHF, « Dissecting the home ice curse »,‎ (consulté le 19 mai 2008)
  97. Seule la phase finale a lieu à Prague, les autres matchs ont lieu dans les villes de Bratislava, Brno, Ostrava, Kladno, Mladá Boleslav, Kolín et Plzeň.
  98. En gagnant le championnat du monde et les Jeux olympiques d'hiver 2006 la Suède devient la première nation à réaliser le doublé la même année.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Arthur Farrell, Hockey : Canada's Royal Winter Game, C.R. Corneil, , 122 p. (lire en ligne)
  • Comité olympique suisse, Rapport Général sur les Ves Jeux Olympiques D'hiver St. Moritz 1948, (lire en ligne)
  • Comité international olympique, « Hockey sur glace et l'Olympisme », dans Revue olympique N°197, (lire en ligne), p. 181-203
  • (en) Kenth Hansen, The birth of Swedish ice hockey - Antwerp 1920, (lire en ligne)
  • (en) Dan Diamond, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports, , 1879 p. (ISBN 978-0836271140)
    • (en) Michel Vigneault, « Chapter 3 — Out of the Mists of Memory », dans Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, , p. 10-14
    • (en) Brian McFarlane et al., « Chapter 14 — A Short History of the National Hockey League », dans Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, , p. 51-71
  • (en) Gordon MacDonald et al., « A Colossal Embroglio », dans Olympika: The International Journal of Olympic Studies — Volume VII, (lire en ligne), p. 43-60
  • (en) Dave Holland, Canada on Ice; The World Hockey Championships, 1920–2008, Canada on ice productions, , 189 p. (ISBN 978-0980893601)
  • Éric Monnin, De Chamonix à Sotchi : Un siècle d'olympisme en hiver, Éditions Désiris, , 224 p. (ISBN 978-2364030664)