Les Avants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Avants (Montreux)
Les Avants
Vue générale des Avants sous la neige
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Riviera-Pays-d'Enhaut
Commune Montreux
Démographie
Gentilé Montreusien
Population
permanente
450 hab. (2010)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 27′ 12″ nord, 6° 56′ 35″ est
Altitude 1 000 m
Superficie 4,598 65 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du canton de Vaud
City locator 14.svg
Les Avants (Montreux)
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Les Avants (Montreux)
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Les Avants (Montreux)
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Les Avants (Montreux) est un village situé à Montreux, dans le canton de Vaud, Suisse. L'accès est possible soit par la route soit par le chemin de fer de montagne du MOB (Montreux-Oberland Bernois) à partir de Montreux ou de Zweisimmen.

À 10 km du Lac Léman, nichés sous la dent de Jaman et les Rochers de Naye, Les Avants est un lieu idéal pour la randonnée. De nombreux sentiers balisés, dont le Sentier des Narcisses, attirent les promeneurs, particulièrement au mois de mai, lorsque les collines sont couvertes par les fleurs blanches des narcisses.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue aérienne (1948)

Le village fut l'une des premières stations de ski de Suisse. Au XIXe siècle, la station connaît un certain développement touristique avec l'édification des premiers hôtels par la famille Dufour. Le percement du tunnel de Jaman en 1905, qui réalise la liaison ferroviaire avec le Pays d'Enhaut va permettre un fort développement touristique de la station jusqu'à la première guerre mondiale, notamment avec la collaboration de l'architecte Louis Villard. Desservi par l'un des premiers chemins de fer électrifiés à forte pente et sans crémaillère, le village est une destination prisée des Anglais. Il abrite également la première piste de bobsleigh de Suisse (qui deviendra ensuite piste de luge) ainsi qu'une patinoire. C'est sur celle-ci, qui était en fait des courts de tennis transformés en patinoire situés au contrebas du "Grand Hôtel des Avants" propriétés des frères Dufour dont Louis était le vice-président de la Fédération Suisse de Hockey, que se disputa le premier championnat d'Europe de hockey sur glace du 10 au et remporté par l'Angleterre devant l'Allemagne, la Belgique et la Suisse. D'ailleurs, Les Avants fut le premier endroit de Suisse où l'on assimila, en 1904, le hockey sur glace canadien grâce au Prince's Ice Hockey Club de Londres, club formés de Canadiens qui se produisit chaque hiver aux Avants jusqu'en 1914. Le HC Les Avants remporta deux titres de champion Suisse en 1912 et 1913[3]. Dès 1910, le funiculaire Les Avants - Sonloup (toujours en service, avec les deux voitures et la machinerie d'époque, rénovées entre et [4]) dessert le site de Sonloup et permet aux lugeurs de remonter en haut de la piste. En a lieu la préparation pour l'assemblée constitutive de la fédération internationale de bobsleigh par le Comte de la Frégioliaire avant l'assemblée définitive en à Paris.

Au printemps, la station est renommée pour ses narcisses qui recouvrent les champs d'un manteau blanc (d'où le surnom "neige de mai").

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La première guerre, puis surtout la crise de 29, vont stopper le développement et les grands hôtels vont peu à peu fermer. Concurrencés désormais par les nombreuses stations de sports d'hiver qui voient le jour après la guerre 39-45, Les Avants ne vont plus jamais connaître la fréquentation touristique du début du siècle. Ernest Hemingway a résidé peu avant le village (à La «Pension de la Forêt» à la sortie de Chamby) durant quelques mois de l'année 1922 et y a écrit ses expériences et plaisirs de la course en luge dans plusieurs chapitres de «L'Adieu aux armes».

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Vue du funiculaire Les Avants - Sonloup

Dans la deuxième moitié du siècle, le village se développe en un lieu d'habitation et connaît une activité touristique de randonnée et de quelques activités hivernales de moyenne montagne (luge, raquette, ski de fond, ski de randonnée).

Le village est peuplé d'environ 450 habitants et abrite une école privée pour jeunes filles, une gare, un funiculaire, un café avec petite restauration, une ferme d'élevage de montagne, un court de tennis en terre battue, un mur d'escalade. Il est également le centre des bûcherons de la commune de Montreux qui possède l'un des plus grands domaines forestiers du canton. Plusieurs alpages connaissent également une activité pastorale estivale.

Du au (pour autant que les conditions d'enneigement le permettent) la route conduisant des Avants à Sonloup est fermée à la circulation automobile (sauf pour les riverains). Elle devient une piste de luge (traîneau) de 2.5 km de long, agréable pour toute la famille. L'accès au début de la piste se fait par un chemin de fer funiculaire datant de 1910 - Les billets et cartes journalières sont en vente à la gare MOB (Montreux-Oberland Bernois) et des luges peuvent y être louées pour la journée.

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Chapelle. La chapelle a été construite en 1876 pour les hôtes de la station par la famille Dufour, alors propriétaire du Grand Hôtel. Utilisée pour les cultes protestants et anglicans, elle a permis à quatre communautés d’y célébrer régulièrement leurs offices : l’Église nationale vaudoise, l’Église évangélique libre, l’Église de langue allemande, et l’Église anglicane.

En 1937, la Société de la chapelle des Avants est constituée pour acquérir l’édifice, précédemment propriété de la Société du Grand Hôtel. En 1941, divers objets sont offerts par les responsables de la chapelle anglicane de Caux, promise à la démolition (qui n’a finalement pas eu lieu). Il s’agit de quatre anges et d’un autel. Deux anges et l’autel sont retournés à Caux en 1980, mais deux anges sont restés, accrochés à la retombée de la voûte lambrissée. Un vitrail signé en 1943 par en:Margaret Chilton, à Edimbourg, est placé dans la fenêtre du chœur. Il a été offert par Mrs Petrie, une paroissienne anglicane, qui y a fait représenter ses deux enfants, morts tous deux à 23 ans, Peter Petrie (1916-1939) et Audrey Wormald née Petrie (1921-1944), morte de diphtérie au Cachemire[5]. La chaire à prêcher sculptée, donnée en 1893, évoque la mémoire d’Elisabeth baronne Ashtown, tandis que la table de communion, dans le style gothique également, rappelle Edward Keith-Loach, 1954. Le porche est venu protéger l’entrée en 1946[6].


Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  2. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  3. http://www.cartonrouge.ch/actualite/hc-les-avants-la-ou-le-hockey-sur-glace-est-ne/
  4. http://www.lesavantsfuni.ch/
  5. Journal de Montreux, 7 août 1944.
  6. « Bienvenue à la chapelle des Avants » (édité par la Société de la Chapelle des Avants, 2017.