Cerisy-Belle-Étoile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cerisy-Belle-Étoile
Cerisy-Belle-Étoile
Les ruines du château du mont de Cerisy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Flers-1
Intercommunalité Flers Agglo
Maire
Mandat
Alain Mauger
2014-2020
Code postal 61100
Code commune 61078
Démographie
Gentilé Ceriséens ou Estoliens
Population
municipale
730 hab. (2015 en diminution de 1,22 % par rapport à 2010)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 52″ nord, 0° 37′ 35″ ouest
Altitude Min. 102 m
Max. 256 m
Superficie 13,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Cerisy-Belle-Étoile

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Cerisy-Belle-Étoile

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cerisy-Belle-Étoile

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cerisy-Belle-Étoile

Cerisy-Belle-Étoile (anciennement[1] Cerisi-Belle-Étoile) est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 730 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le Bocage flérien, partie du Bocage normand. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie la place au nord-est de l'unité des hauts pays de l’ouest ornais et du Mortainais située majoritairement au nord-ouest du département de l'Orne et caractérisée par un « paysage rude, marqué par un relief complexe modelé par les cours d’eau qui en divergent comme d’un château d’eau »[2]. Son bourg est à 7,5 km au nord-ouest de Flers, à 8,5 km au sud-est de Vassy, à 9,5 km au sud-ouest de Condé-sur-Noireau et à 11 km au nord-est de Tinchebray[3].

Le bourg est traversé par la route départementale no 18 qui offre l'accès le plus commun, menant à Saint-Pierre-d'Entremont et Vassy au nord-ouest et à La Lande-Patry et Flers au sud-est. Utilisant une section commune à cette dernière dans le bourg, la D 257 permet au sud de rejoindre Landisacq et au nord-ouest Caligny. Au nord, la D 806 relie le bourg à la route Condé-sur-Noireau - Tinchebray (ancienne route nationale 811). Au sud du bourg, le centre du territoire est traversé d'ouest en est par la D 265 qui relie Montsecret à la D 18 vers Flers.

Cerisy-Belle-Étoile est dans le bassin de l'Orne, par son sous-affluent le Noireau qui délimite le territoire au nord. Les eaux de la commune sont collectées par l'un de ses affluents, le Doinus, qui borde le bourg à l'est.

Le point culminant (256 m) se situe à l'ouest, au château en ruine, sur le mont de Cerisy. La cote de 250 m est également dépassée en limite sud-ouest, près du lieu-dit Épivent. Le point le plus bas (102 m) correspond à la sortie du Noireau du territoire, au nord. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Caen-Carpiquet, à 45 km[4]. Le Bocage flérien s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, à Cerisy-Belle-Étoile, avoisine les 950 mm[5].

Les lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire : le Bourg, Cazault, le Vivier, la Monnerie, le Moulin de Cerisy (au nord), le Harivel, la Sellerie, la Morlandière, la Croute, la Perrière, la Maltotière, la Vallerie, le Village au Brun, les Loges, la Jehannière, la Rairie (à l'est), la Buslerie, le Village Compagnon, l'Aisnière, la Bazirée, la Forestrie Caillot, Visance, le Val Hue, la Hagrie, l'Abbaye de Belle Étoile, la Crière, la Mâlière (au sud), Épivent, Bourg Lopin, la Gaumonnière, les Fontenelles, Bainville, la Huberdière, le Hamel, la Meslerie, les Haies (à l'ouest), la Bistière et Sur le Mont[6].

Communes limitrophes de Cerisy-Belle-Étoile[7]
Saint-Pierre-d'Entremont Caligny Caligny
Montsecret-Clairefougère (comm. dél. de Montsecret)
Tinchebray-Bocage (comm. dél. de Frênes)
Cerisy-Belle-Étoile La Bazoque
Landisacq Landisacq Caligny
La Lande-Patry

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Cereseio en 1213[8].

Cerisy semble formé à partir d'un nom de personne gallo-romain (Ceratus, Cesarius…) et du suffixe -acum[9]. Ce suffixe désigne des zones géographiques ayant connu un peuplement de langue celtique.

Cérès, déesse romaine de l'agriculture, des moissons, de la fécondité est également évoquée pour l'origine de ce toponyme, notamment pour l'ancien nom de la paroisse, Saint-Jean de Cerisie en Bocage[réf. à confirmer][10]. L'église du bourg est consacrée à saint Jean-Baptiste, tout comme nous le rappelle la sculpture XVIIIe dans le chœur de l'église représentant le saint.

Belle-Étoile est le nom d'une abbaye sur le territoire de la commune, attestée sous la forme latinisée Bella Stella en 1228[11]. La forme déterminée du toponyme apparaît sur divers documents au XVIIIe siècle (Cerisy Belle Étoile 1736[12], Cerisy Belle Etoille 1753/1785)[13].

Le gentilé est Ceriséen ou Estolien.

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'histoire de Cerisy semble indissociable du mont. Colline granitique du Massif armoricain, elle s'élève à 264 m. Des traces de vie humaine datant du Néolithique ont été mises au jour sur le site du mont.

Une campagne de fouilles a été menée par des historiens amateurs — dont l'éminent historien local Auguste Surville (1853 - 1926) — au XIXe siècle. Ces derniers mirent en évidence des traces d'habitations, d'outils, notamment des silex (matière naturellement absente de la région). De nos jours subsistent encore quelques traces pour qui sait les trouver.

Henry de Beaufou établit en 1216 l'abbaye de Belle-Étoile. Abbaye de prémontrés, elle adhère en 1630, à la suite de l'abbaye des Prémontrés de Pont-à-Mousson, à la réforme de l'ordre (réforme dite de Lorraine)[14].

Les abbés étaient barons de Cerisy et de nombreux aveux de leurs vassaux sont conservés aux archives de l'Orne[15].

À la suite de la Révolution française éclatent en de nombreux lieux de la France de l'époque des contre-révolutions nourries par le pourrissement des idées de la Révolution et par la déception majeure du peuple laissé-pour-compte après avoir soutenu les nombreuses réformes du nouveau gouvernement.

Ce conflit, non officiel à la différence de la Vendée (guerre de Vendée), prendra la forme d'une résistance armée connue sous le nom de chouannerie.

Cerisy n'est pas en reste dans la lutte des classes défavorisées face aux nouveaux maîtres de la France. Tout le bocage normand est touché par la contestation.

Les « bleus », soldats républicains, se battront sur le territoire de la commune sous forme d'escarmouches et tenteront sans succès d'éteindre la rébellion.

Les chouans utilisent les souterrains de l'abbaye comme caches d'hommes et comme entrepôts d'armes. Des otages sont également détenus dans ces caches. L’existence de ces souterrains est attesté par les comptes-rendus de l'époque, puis relevés par l'historien local Auguste Surville dans ses ouvrages. Malgré la campagne de fouilles des années 1980, menée dans l'enceinte de l'ancienne abbaye, les passages secrets restent introuvables.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989[16] mars 2008 Jean-Claude Bourdon   Commerçant
mars 2008[17] mars 2014 Martine Desramé   Agricultrice
mars 2014[18] en cours Alain Mauger   Technicien
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[18].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[20].

En 2015, la commune comptait 730 habitants[Note 2], en diminution de 1,22 % par rapport à 2010 (Orne : -1,72 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Cerisy-Belle-Étoile a compté jusqu'à 1 671 habitants en 1861.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1171 1121 0431 2401 3511 3801 4981 5561 626
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6131 6711 5751 5401 5161 4081 3971 2121 164
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
988867818702683644634600614
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
556596585639704688734733721
2015 - - - - - - - -
730--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Jean-Baptiste (XVIIIe siècle).
  • Le mont de Cerisy, localement appelé le « mont aux rhodos », géré depuis 2006 par Flers Agglo. Il est en grande partie couvert de plantations de rhododendrons arborescents, qui seraient au nombre de 25 000 pieds[24]). De mai à juillet, la floraison de ces arbres est un phénomène unique qui attire des visiteurs de toute la région. Le rhododendron est devenu le symbole de la localité.
  • Au sommet du mont aux rhodos se dressent les ruines d'un château. En fait, il s'agissait d'un manoir surmonté d'une tour crénelée, construit en style néo-Tudor dans les années 1870 à l'initiative d'un riche avocat londonien, lord Burkingyoung, puis repris par un industriel local, Isidore Corbière. Utilisé par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale comme centre de transmissions de la Luftwaffe, le bâtiment a été bombardé par l'aviation anglaise en 1944 et n'a été restauré que partiellement.

Activités et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Union sportive du Rhodo-Foot Cerisy-Saint-Paul a fait évoluer jusqu'en 2010 deux équipes de football en divisions de district[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La graphie Cerisy (avec un y) a été préférée à Cerisi (avec un i) par la commission de révision du nom des communes (CRNC), selon Communes d'hier et d'aujourd'hui de Claude Motte, Isabelle Séguy et Christine Théré, p. 195 ; lire (consulté le 2 juillet 2011).
  2. « Les unités de paysage : Unité 7.4.2 : Les hauts pays de l’ouest ornais et du Mortainais » [PDF], sur donnees.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr, Dreal Basse-Normandie (consulté le 20 octobre 2016)
  3. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  4. Distance orthodromique selon le site Lion 1906
  5. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 3 août 2014) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  6. Géoportail, « Cerisy-Belle-Étoile » .
  7. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  8. Dans les archives de l'Orne, H 498.
  9. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 89
  10. « Cerisy-Belle-Étoile », sur nonagones.info depuis le défunt quid.fr (consulté le 22 octobre 2014)
  11. Jean Adigard des Gautries et Fernand Lechanteur, « Les noms de communes de Normandie », in Annales de Normandie XVII/1 (mars 1967), § 619.
  12. Bernard Jaillot, Carte topographique du diocèse de Bayeux, Paris, 1736 [BNF, Collection d’Anville, cote 00260 B].
  13. Carte de Cassini.
  14. Dr Jean Fournée : L'Abbaye de Belle-Étoile dans Le Pays bas-normand
  15. Les archives départementales de l'Orne ont conservé une très belle série d'aveux des familles de Cerisy-Belle-Étoile depuis 1332 : Lemonnier, Martin, Dupont, Caillet, Compagnon, Fournil, Halbout, Huard, Lebrun… (Archives départementales, Orne, Série H, H 91 à 139).
  16. « Jean-Claude Bourdon élu président des Anciens maires de l'Orne », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 3 août 2014)
  17. « Martine Desramé est élue maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 3 août 2014)
  18. a et b « Cerisy-Belle-Etoile (61100) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 mai 2014)
  19. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  23. « Ancienne abbaye de Belle-Étoile », notice no PA00110762, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Cerisy-Belle-Étoile dans l'Orne, racontée par son maire »
  25. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – US du Rhodo F Cerisy St-Paul » (consulté en 4 juin 2010 et le 9 février 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :