La Lande-Patry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Lande-Patry
La Lande-Patry
Les deux ifs millénaires.
Blason de La Lande-Patry
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Flers-1
Intercommunalité Flers Agglo
Maire
Mandat
Patrick Lesellier
2014-2020
Code postal 61100
Code commune 61218
Démographie
Gentilé Landais
Population
municipale
1 777 hab. (2016 en augmentation de 0,4 % par rapport à 2011)
Densité 269 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 49″ nord, 0° 35′ 50″ ouest
Altitude Min. 177 m
Max. 232 m
Superficie 6,60 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
La Lande-Patry

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
La Lande-Patry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Lande-Patry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Lande-Patry
Liens
Site web lalandepatry.fr

La Lande-Patry est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 1 777 habitants[Note 1] (les Landais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est en Bocage flérien, partie du Bocage normand. Son bourg est à 3 km au nord-ouest de Flers et à 11 km à l'est de Tinchebray[1].

Communes limitrophes de La Lande-Patry[2]
Landisacq Cerisy-Belle-Étoile, Caligny Saint-Georges-des-Groseillers
Saint-Paul La Lande-Patry[2] Saint-Georges-des-Groseillers
Saint-Paul Flers Flers

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme La Lande traduit le caractère pauvre de la terre, tout comme celle de ses voisines Landisacq et Landigou[3]. Patry est un patronyme[4] : les Patry étaient compagnons d'armes de Guillaume le Conquérant et édifièrent une motte castrale[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Lande-Patry était le siège d'une baronnie qui s'étendait sur les paroisses de La Lande-Patry, Chanu et Larchamp[6].

En 1853, Saint-Paul est créée par démembrement de La Lande-Patry[7].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lande-Patry (La) Blason De gueules semé de besants d'or, à trois quintefeuilles d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et trois adjoints[8].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juillet 1904 Henri Émile Halbout Rallié Apiculteur-cirier
octobre 1950 Lucien Émile Halbout PDP Apiculteur-cirier, fils du précédent,
conseiller général de 1928 à 1940
novembre 1950 mai 1967 Émile Halbout MRP Apiculteur, conseiller général de 1945 à 1973,
député, fils du précédent
mai 1967 mars 1971 Bernard Laillé - Comptable
mars 1971 mars 1983 Jean-Pierre Leverrier - Gérant de graineterie
mars 1983 mars 1989 Jacques Jouguet - Cadre de banque
mars 1989 mars 2008 Daniel Dubois SE Enseignant
mars 2008 En cours Patrick Lesellier[8] SE Technicien sécurité sociale

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2016, la commune comptait 1 777 habitants[Note 2], en augmentation de 0,4 % par rapport à 2011 (Orne : -1,92 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Jusqu'en 1853, date de la création de la nouvelle commune, le tableau inclus les habitants de Saint-Paul.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7371 7771 8011 9002 0662 2402 5162 6222 750
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5641 5831 5361 5201 5241 5331 5761 5341 509
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4321 3041 2941 0501 0541 0461 0061 0031 124
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 3161 6431 7381 8171 7781 7571 7761 7791 781
2013 2016 - - - - - - -
1 7191 777-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Il est possible de ventiler les populations respectives de l'actuelle commune de La Lande-Patry et l'actuelle commune de Saint-Paul : septembre 1793 : 890 et 819 (total 1 709, source AD 61 L 2621), 1806 : 975 et 811 (total 1 786, source AD 61 E dépôt 431/7), septembre 1820 : 1 091 et 799 (total 1 890, AD 61 E dépôt 431/7), juin 1831 : 1 160 et 906 (total 2066, E dépôt 431/7), juin 1841 : 1 421 et 1 095 (total 2 516, E dépôt 431/8), avril 1851 : 1 552 et 1 198 (total 2 750, E dépôt 431/9). Difficile à départager pour 1836 (2 240 hab.) et 1846 (2 622 hab.).

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Des ifs millénaires poussent près de l'église Notre-Dame-de-l'Assomption. Ils ont entre 700 et 800 ans et sont considérés comme faisant partie des plus vieux ifs de France et des plus vieux arbres de Normandie. Ils sont cités dès 1784, Napoléon aurait pris un repas au pied de ces arbres[13].

Église Notre-Dame-de-l'Assomption : construite de 1877 à 1879, à la place de celle datant du XIIe siècle[14]. Une bannière de procession et un reliquaire sont classés à titre d'objets aux Monuments historiques[15]. L'église garde le souvenir de deux prêtres martyrs de la Révolution : Jean-Baptiste Lechevrel, guillotiné le 24 décembre 1793 et Jacques Tablet fusillé par les Bleus.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le Football club landais fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[16].

C'est dans le stade municipal Jean-Hooge que fut inaugurée la première tribune Guy-Roux, le 26 septembre 2014[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Julien du Mesnil du Buisson (La Lande-Patry 1746-Caen 1835), négociant, maître de forges, propriétaire du manoir du Buisson, conseiller général de l'Orne (de 1790 à 1792), fondateur de la chambre de commerce et d'industrie de Caen. Il est l'oncle au 4e degré du député Charles Ambroise Bertrand de La Hodiesnière.
  • Charles Ambroise Bertrand de La Hodiesnière (La Lande-Patry 1756 - La Carneille 1819), député de l'Orne à la Convention (1792-1793), député du Calvados au Conseil des Cinq-Cents (1798-1799).
  • Jean Baptiste Lechevrel, né à La Lande Patry, vicaire au Pré-d'Auge près de Lisieux. Pendant la Terreur, il se cache chez ses parents. Promené sur un âne après son arrestation à Flers le , il sera le premier prêtre de l'Orne guillotiné le à l'âge de 35 ans, à Alençon. La custode et les fioles de sainte huile qu'il avait sur lui lors de son arrestation sont des reliques (classées Monument historique). Un vitrail dans l'église rappelle son souvenir[14].
  • Jacques Tablet, ancien curé de La Lande-Patry, fusillé par les Bleus à Préaux (près de Chanu). L'église conserve un humérus percé par les balles[14].
  • Émile Halbout (La Lande-Patry 1905 - Saint-Georges-des-Groseillers 1997), député de l'Orne (1946-1973), conseiller général du canton de Flers (1945-1973), maire de La Lande-Patry (1950-1967), maire de Flers (1967-1973, 1977-1978).
  • Jean-Claude Décosse (né en 1949 à La Lande-Patry), athlète international, sélectionné quarante-sept fois en équipe de France, dont aux Jeux olympiques de Munich (1972).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[18].
  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, (ISBN 2-86253247-9), p. 79-80
  4. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 156
  5. le pays de flers, randonnées et promenades, flers, communauté d'agglomération du pays de Flers, fiche circuit 12
  6. Auguste Surville : La Baronnie de la Lande-Patry
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - La Lande-Patry », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 5 septembre 2009)
  8. a et b Réélection 2014 : « La Lande-Patry (61100) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 13 mai 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Jeroen Pater, Les arbres remarquables d'Europe, éditions du Rouergue, , 192 p., p. 148.
  14. a b et c Fiche explicative dans l'église Notre-Dame-de-l'Assomption, La Lande-Patry.
  15. « Œuvres mobilières à La Lande-Patry », base Palissy, ministère français de la Culture.
  16. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – FC Landais » (consulté le 16 septembre 2010)
  17. « Football. Notre vidéo : Guy Roux inaugure sa tribune à La Lande-Patry » (consulté le 10 juin 2015)
  18. « La Lande-Patry sur le site de l'Institut géographique national » [archive du ] (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :