Caudrot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caudrot
La mairie (janv. 2010).
La mairie (janv. 2010).
Blason de Caudrot
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton L'Entre-deux-Mers
Intercommunalité Communauté de communes du Réolais en Sud Gironde
Maire
Mandat
Jean-Pierre Jausserand
2014-2020
Code postal 33490
Code commune 33111
Démographie
Gentilé Caudrotais
Population
municipale
1 182 hab. (2014)
Densité 193 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 34′ 39″ nord, 0° 08′ 33″ ouest
Altitude Min. 6 m – Max. 111 m
Superficie 6,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Caudrot

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Caudrot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Caudrot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Caudrot
Liens
Site web www.caudrot.fr

Caudrot est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le confluent de la Garonne et du Dropt (janv. 2010).

Située à la confluence de la Garonne et du Dropt, la commune de Caudrot se trouve à 52 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 9,5 km à l'est de Langon, chef-lieu d'arrondissement et à 7 km à l'est de Saint-Macaire, ancien chef-lieu de canton[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Sainte-Foy-la-Longue au nord, Casseuil à l'est et Saint-Martin-de-Sescas à l'ouest. Sur la rive gauche (sud) de la Garonne, se trouvent les communes de Barie au sud-est et de Castets et Castillon au sud (anciennement Castets-en-Dorthe).

Communes limitrophes de Caudrot
Sainte-Foy-la-Longue
Saint-Martin-de-Sescas Caudrot Casseuil

                   Rive gauche de la Garonne
Castets et Castillon


Barie

Communications et transports[modifier | modifier le code]

Le pont Eiffel dit de Castets, sur la Garonne - Au premier plan, Caudrot (mai 2009)

La principale voie de communication qui traverse la commune est la route départementale 1113, ancienne route nationale 113 (Bordeaux-Marseille), qui mène à Saint-Martin-de-Sescas et Langon vers l'ouest et à Casseuil et La Réole vers l'est.
Voie de communication fort empruntée pour le franchissement de la Garonne, la route départementale 15 qui commence dans le village conduit vers le sud en direction d'Auros en empruntant le pont dit de Castets.

L'autoroute la plus proche est l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) dont l'accès no 4, dit de La Réole, est distant de 10 km par la route vers le sud-est. L'accès no 3, dit de Langon, se trouve à 11 km vers l'ouest-sud-ouest.
L'accès no 1, dit de Bazas, à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 21 km vers le sud-sud-ouest.

Le territoire communal est traversé par la ligne SNCF Bordeaux-Sète du TER Aquitaine et bénéficie d'une gare (halte avec abri mais sans bâtiment).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Caudrot doit son nom à l'un des affluents de la Garonne, le Dropt (Dròt en gascon), qui s'y jette. À l'époque des Carolingiens, le lieu porte en effet le nom latin de Codo Droti[2], puis on trouve le roman Cauderot (1017)…

Ce toponyme peut s'analyser comme composé du mot latin cauda qui signifie 'queue' et de Dròt le nom de la rivière, ce qui donne 'confluence du Drot'[3].

Mais les formes latines ultérieures diffèrent : Calsdrotium (1079-1095), Causdrocum (1273), Causdrotum (1274), Calciodroto (XIVe siècle)[4]… Ces réfections savantes optent pour un premier terme basé sur le latin calx 'talon' d'où le gascon cauç 'souche'[5]. Cette interprétation aurait donné un système cohérent Cap Dròt pour la source (tête) - Cauç Dròt pour la confluence (pied)[4]. Mais les formes les plus anciennes ne cautionnent pas cette approche.

Son nom gascon est Caudròt [kawˈdrɔt].

Ses habitants sont appelés les Caudrotais[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la paroisse Saint-Christophe de Caudrot forme la commune de Caudrot[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Roland Laporte UMP Président des eaux de Caudrot
mars 2014 en cours Jean-Pierre Jausserand DVG Retraité de l'enseignement
Président de la CC des Coteaux Macariens (2014-)
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Porano (Italie) depuis 1976[8]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 182 habitants, en augmentation de 6,2 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 392 1 329 1 223 1 269 1 307 1 367 1 350 1 352 1 286
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 316 1 293 1 236 1 284 1 266 1 326 1 245 1 230 1 144
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 107 1 074 1 007 950 953 902 825 779 789
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
783 814 809 844 945 933 942 1 113 1 182
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

Le village dispose d'une boulangerie-pâtisserie, d'une superette, d'un tabac-presse, de trois restaurants, d'un café et de trois salons de coiffure.

Artisans[modifier | modifier le code]

Plusieurs artisans exercent dans le village, spécialisés en réparation de matériel agricole, électricité, fermetures, mécanique automobile, maçonnerie, multi-services, conditionnement et filtration du vin et un taxi.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est exploité essentiellement par quatre entreprises de viticulture produisant premières-côtes-de-bordeaux et entre-deux-mers.

Autres activités[modifier | modifier le code]

La commune dispose de cinq assistantes materneles agréées, de chambres d'hôtes et d'une maison d'accueil pour personnes âgées.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg Le 17 septembre 1847, la foudre endommagea une bonne part de l'édifice. À l'occasion de la restauration qui s'ensuivit, la nef et le sanctuaire furent repeints et le chœur fut décoré de peintures en trompe-l'œil par des peintres bordelais, MM. Vincent et Bonnet ; elles sont aujourd'hui la principale attraction de l'église[14] et sont classées au titre objet aux monuments historiques[15] depuis 1983.
  • Caudrot bénéficie d'un bord de Garonne adapté aux balades et randonnées. C'est le cas de l'emplacement de l'ancien port fluvial, pavé à l'ancienne.
  • Présence de quelques architectures de type moderniste des années 1950.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Caudrot se blasonnent ainsi : De gueules au chevron d’argent accompagné de trois étoiles d’or, au chef aussi de gueules soutenu aussi d'argent, chargé de trois abeilles aussi d’or[16].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 45,2 km pour Bordeaux, 8,9 km pour Langon et 6,8 km pour Saint-Macaire. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 18 juin 2011.
  2. Histoire locale - Première époque sur le site officiel de la commune, consulté le 25 janvier 2010.
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 193), , 1869 p. (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne), n° 5151.
  4. a et b Jacques Boisgontier, Nouvelle revue d'onomastique n° 23-24, 1994, p. 236
  5. Gerhard Rohlfs, Le gascon : Études de philologie pyrénéenne, Tübingen; Pau, Verlag Max Niemeyer ; Marrimpouey Jeune, coll. « Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie », , 2e éd. (1re éd. 1935), 252 p. (ISBN 9783484520257 et 3484520256, OCLC 3345494, lire en ligne), n° 218.
  6. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 18 juin 2011.
  7. Historique des communes, p. 14, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 30 mars 2013.
  8. Annuaire des villes jumelées, consulté le 23 janvier 2010.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. Patrimoine - Église Saint-Christophe sur le site officiel de la commune, consulté le 23 janvier 2010.
  14. Patrimoine - Église Saint-Christophe, Peintures en trompe-l'œil sur le site officiel de la commune, consulté le 23 janvier 2010.
  15. « Classement des peintures murales », notice no PM33000462, base Palissy, ministère français de la Culture, consulté le 23 janvier 2010.
  16. Histoire locale - Écusson sur le site officiel de la commune, consulté le 23 janvier 2010.