Castets-en-Dorthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castets.
Castets-en-Dorthe
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton Le Sud-Gironde
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Gironde
Statut Commune déléguée
Maire délégué Daniel Flipo
2017-2020
Code postal 33210
Code commune 33106
Démographie
Gentilé Casteriots
Population 1 169 hab. (2014 en diminution de 5,95 % par rapport à 2009)
Densité 135 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 46″ nord, 0° 09′ 07″ ouest
Altitude Min. 6 m
Max. 56 m
Superficie 8,69 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Castets et Castillon
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 15.svg
Castets-en-Dorthe

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 15.svg
Castets-en-Dorthe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Castets-en-Dorthe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Castets-en-Dorthe

Castets-en-Dorthe est une ancienne commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

La Garonne et l'extrémité du canal de Garonne à Castets-en-Dorthe.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Castets-en-Dorthe se situe au sud (rive gauche) de la Garonne, à 53 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 8,5 km à l'est de Langon, chef-lieu d'arrondissement et de canton[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Barie au nord-est, Castillon-de-Castets à l'est, Bieujac au sud, Saint-Loubert au sud-ouest et Saint-Pardon-de-Conques à l'extrême ouest. Sur la rive droite de la Garonne, se trouvent les communes de Saint-Pierre-d'Aurillac à l'extrême nord-ouest, Saint-Martin-de-Sescas au nord et Caudrot au nord-est.

Communes limitrophes de Castets-en-Dorthe
Saint-Pierre-d'Aurillac Saint-Martin-de-Sescas

Rive droite de la Garonne
Caudrot


Barie
Saint-Pardon-de-Conques Castets-en-Dorthe Castillon-de-Castets
Saint-Loubert Bieujac

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les principales routes départementales traversant le village sont la D15 qui relie Caudrot au nord à Auros au sud et la D224 qui mène à Castillon-de-Castets puis Pondaurat vers l'est et à Langon vers l'ouest.

L'autoroute la plus proche est l'autoroute A62 dont l'accès no 3, dit de Langon, est distant de 9,5 km par la route vers l'est-sud-est.
L'accès no 1, dit de Bazas, à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 19 km vers le sud-sud-ouest.

La gare SNCF la plus proche est celle, distante de 3 km par la route vers le nord, de Caudrot sur la ligne Bordeaux - Sète du TER Aquitaine. La gare de Langon proposant plus de trafic se trouve à 9 km vers l'est-sud-est.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le nord-ouest du territoire communal est bordé par la Garonne. Ses deux affluents locaux sont la Bassanne qui fait office, au nord-est, de limite communale avec Barie puis se jette dans la Garonne à proximité de la fin du canal de Garonne, et le Beuve, qui fait office, à l'ouest, de limite communale avec Saint-Loubert puis qui pénètre sur le territoire de cette dernière.

Le territoire communal est traversé d'est en ouest par le canal de Garonne et abrite trois écluses, la no 51 dite de Mazérac, la no 52 dite des Gares et la no 53 — et dernière — dite de Castets.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est documenté sous les formes médiévales Castrum Andorta (1274), Castrum en Dorte / Castet en Dorta (1307-1317), Redorta (1307-1317)…

Ces formes montrent que :

  1. le premier terme, l'actuel Castets, est le gascon castèth 'château' (du latin castellum 'château fort', diminutif de castrum 'place forte') ; la palatale [t͡ɕ], notée -th en gascon, est souvent transcrite en -ts par les cartographes ;
  2. le second terme est un ancien toponyme, Andorta victime d'une mécoupure : sa première syllabe a été analysée comme une préposition, d'où l'interprétation du toponyme sous la forme « en Dorta »[Note 1] ; le nom Andorta correspond au gascon endorte ou andòrta[2] (du latin intorta) qui désignait le lien souple servant à attacher les fagots de bois ou les sarments de vigne, fait à partir d'une branche souple comme celle du saule ou de l'osier (appelé aujourd'hui vime)[Note 2] ; ce nom réfère vraisemblablement à la palissade du château originel[3].

Noter que le terme Redorta signifie 'redoute, fortification'[4].

En gascon, le nom de la commune est Castèth Andòrta.

Ses habitants sont appelés les Casteriots[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la Révolution, une partie de la paroisse Saint-Loubert-et-Saint-Louis de Castets et la paroisse Saint-Romain de Mazerac forment la commune de Castets. Le 13 juillet 1957, la commune de Castets devient Castets-en-Dorthe[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 2001 Jean-Pierre Sart   Médecin
mars 2001 mars 2008 Guy Furton PS Receveur
mars 2008 mars 2014 Jean-Pierre Sart UMP Médecin
mars 2014 en cours Daniel Flipo DVD Retraité

Communauté de communes[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2014, la communauté de communes du Pays de Langon ayant été supprimée, la commune de Castets-en-Dorthe s'est retrouvée intégrée à la communauté de communes du Sud Gironde siégeant à Mazères.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2014, la commune comptait 1 169 habitants[Note 3], en diminution de 5,95 % par rapport à 2009 (Gironde : +6,37 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 002 974 1 088 1 002 1 082 1 180 1 207 1 309 1 343
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 355 1 320 1 441 1 355 1 274 1 237 1 202 1 163 1 120
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 099 1 111 1 124 950 934 815 853 876 980
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
953 920 889 829 996 1 124 1 221 1 233 1 184
2014 - - - - - - - -
1 169 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il n’est donc pas nécessaire, pour expliquer Dorthe, d'invoquer le latin hortus qui signifie « jardin » ou le pays de « l'Orthe » et qui comprenait Castets, Castillon, Bieujac , Saint-Loubert et une partie de Brannens et de Savignac.
  2. Aujourd'hui encore, un certain nombre d'oseraies existent dans la plaine alluviale que constitue la portion de territoire communal entre canal de Garonne et Garonne ainsi que dans les communes voisines de Barie et Bassanne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 45,9 km pour Bordeaux et 7,7 km pour Langon. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 20 juin 2011.
  2. andòrta sur Gasconha.com, consulté le 11 mars 2015.
  3. Bénédicte Boyrie-Fénié, Institut occitan, Dictionnaire toponymique des communes de Gironde, Pau, Éditions Cairn, , 402 p. (ISBN 978-2-35068-012-5), p. 107.
  4. Simin Palay, Escole Gastoû Febus, Dictionnaire du gascon et du béarnais modernes, Paris, CNRS, , 3e éd. (1re éd. 1932-1934), 1053 p. (ISBN 2-222-01608-8).
  5. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 20 juin 2011.
  6. Historique des communes, p. 4, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 7 avril 2013.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  11. Gallica-BnF : Le château de Castets dans Œuvres, Jean Froissart, éd. Biblio Verlag, Osnabrück, 1967, tome 24, p.174, vue 194, consulté le 27 août 2011.
  12. « Classement MH du château », notice no PA00083511, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 20 juin 2011.
  13. « Classement MH du chevet de l'église », notice no PA00083512, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 20 juin 2011.
  14. Présentation > François Mauriac sur le site de la mairie, consulté le 11 mars 2015.