Aller au contenu

Dominique Potier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dominique Potier
Illustration.
Dominique Potier en 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(12 ans et 26 jours)
Élection 17 juin 2012
Réélection 18 juin 2017
19 juin 2022
7 juillet 2024
Circonscription 5e de Meurthe-et-Moselle
Législature XIVe, XVe, XVIe et XVIIe (Cinquième République)
Groupe politique SRC (2012-2016)
SER (2016-2017)
NG (2017-2018)
SOC (depuis 2018)
Coalition NUPES (depuis 2022)
Prédécesseur Philippe Morenvillier
Maire de Lay-Saint-Remy

(13 ans et 18 jours)
Élection 18 mars 2001
Réélection 16 mars 2008
Prédécesseur Michel Jager
Successeur Clément Verdelet
Biographie
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Toul (France)
Nationalité Française
Parti politique PS
Profession Agriculteur
Religion Catholicisme[1],[2],[3]
Site web dominiquepotier.com

Dominique Potier
Maires de Lay-Saint-Remy

Dominique Potier, né le à Toul, est un agriculteur et homme politique français.

Membre du Parti socialiste, il est élu député dans la 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle depuis les élections législatives de 2012[4].

Situation personnelle

[modifier | modifier le code]

Dominique Potier naît le à Toul dans une famille paysanne sur plusieurs générations[2].

Il suit d'abord des études agricoles, prolongées par des études de géographie[5]. Il s’engage dans sa jeunesse dans l’éducation populaire et notamment au sein du Mouvement rural de jeunesse chrétienne[6].

Carrière professionnelle

[modifier | modifier le code]

Il crée le GAEC du Sillon, coopérative fondée avec quatre autres agriculteurs dans le village de Lay-Saint-Rémy et convertie au bio en 1992[réf. nécessaire].

Carrière politique

[modifier | modifier le code]

Mandats locaux

[modifier | modifier le code]

Il est maire de Lay-Saint-Remy de 2001 à 2013 et prend la présidence de la communauté de communes du Toulois de 2008 à 2013. Il est président du Pays Terre de Lorraine depuis 2004, coopérative qui réunit les communautés de communes des Terres Touloises, de Colombey et du sud toulois, de Moselle et Madon et du pays du Saintois[7].

Députation

[modifier | modifier le code]
Sous la XIVe législature
[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives de 2012 dans la 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle[8], Dominique Potier se place en tête au premier tour, devant l'ancienne ministre Nadine Morano[9]. Dans une circonscription réalisant le meilleur taux de participation du département, il remporte l'élection avec plus de 55 % des voix[10],[11].

En réaction aux catastrophes humaines et environnementales impliquant des entreprises multinationales, Dominique Potier élabore, avec un collectif de représentants d’ONG, de syndicalistes et de juristes, une proposition de loi de responsabilisation instituant un devoir de vigilance. Au terme de près de cinq années d'engagement, la loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et entreprises donneuses d'ordre est adoptée le 27 mars 2017.

À l'écart de la majorité socialiste sur les sujets de société, il est l'un des rares députés de gauche à ne pas voter en faveur du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe en 2013[12],[13].

Sous la XVe législature
[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives de 2017, il est réélu avec 63 % des suffrages au second tour, face à la candidate de La République en marche Marion Buchet[14]. Il est le seul député socialiste de la région Grand Est.

Co-rapporteur en 2017 de la mission d’information parlementaire sur le foncier agricole[15], Dominique Potier plaide pour une grande loi de partage et de protection de la terre. Il est à l’origine des 9 propositions portées par des parlementaires, les syndicats agricoles, des ONG et des associations de collectivités territoriales. Selon lui, il faut « une justice foncière pour qu'il y ait un renouvellement des générations et un développement de l'agroécologie »[16].

Engagé pour la justice sociale, il plaide face à l'ampleur de la crise sanitaire pour l'instauration d'une limite décente aux écarts de revenus[17]. Prenant appui sur les réflexions de Gaël Giraud et de Dominique Méda[18], il est à l'initiative d’une proposition de loi fixant l’écart acceptable des rémunérations à une échelle de 1 à 12[19].

Il a, par ailleurs, des positions conservatrices en matière sociétale et de bioéthique, où il vote contre le projet de loi du Gouvernement[20], après avoir exprimé son inquiétude face au « risque d’une marchandisation accrue du vivant »[21]. Il s'oppose également à l'allongement du délai de recours à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) de 12 à 14 semaines[22],[23].

En , il annonce sa candidature pour un troisième mandat, souhaitant l'émergence d'une « troisième gauche » fidèle à son positionnement social-démocrate[24],[25]. En mai 2022, il est investi par le Parti socialiste, pour la coalition Nouvelle Union populaire écologique et sociale, dans la cinquième circonscription de Meurthe-et-Moselle[26]. Après avoir pris publiquement ses distances avec cet accord[27],[28], il se présente aux élections législatives de 2022 comme candidat divers gauche[29].

Dans le classement « ParlemenTerre » de l'association Agir pour l'environnement, il est le troisième député le plus écologiste de la XVe législature[30].

Sous la XVIe législature

[modifier | modifier le code]

Le , il fait partie des six députés du groupe socialistes et apparentés (membre de l'intergroupe NUPES) à ne pas voter la motion de censure (mais le seul à ne pas en avoir signé le dépôt) déposée par la NUPES à l'encontre du gouvernement Borne[31].

Le 24 novembre 2022, il est le seul membre du groupe socialistes et apparentés (membre de l'intergroupe NUPES) à s'abstenir lors du scrutin public sur la proposition de loi constitutionnelle visant à protéger et à garantir le droit fondamental à l'interruption volontaire de grossesse[32].

En 2024, il fait partie des six élus de gauche à s'opposer au projet de loi sur l'aide à mourir, considérant qu'il ne s'agit pas d'une loi progressiste mais libérale[33],[34].

Engagement associatif

[modifier | modifier le code]

Dominique Potier a fondé « Esprit Civique », une association qui réunit des personnalités de la société civile, du monde politique, de l’entreprise autour d’une culture humaniste. Ce laboratoire d’idées (think tank) organise chaque année une université populaire à Cluny[35].

  • Dominique Potier, Pierre Blanc et Benoît Grimonprez, La terre en commun : plaidoyer pour une justice foncière, Paris : Fondation Jean-Jaurès, 2019, 100 p. (ISBN 978-2362441233)

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Lionel Madella, « Potier, le catholique de gauche », Vosges Matin, (consulté le )
  2. a et b Béatrice Bouniol, « Dominique Potier, un catholique en terre socialiste », La Croix, (ISSN 0242-6056, consulté le )
  3. Philippe Bohlinger, « Dominique Potier, un député fidèle à ses valeurs chrétiennes », Réforme, (consulté le )
  4. Fiche de Dominique Potier sur le site de l'Assemblée nationale.
  5. « Nourrir la terre, l’agriculture face aux défis du monde : une table ronde pour relever notre défi », Radio chrétienne francophone, (consulté le )
  6. Marie-Hélène Massuelle, « Dominique Potier, un député qui défend une 3e voie humaniste dans la mondialisation », Mouvement chrétien des cadres et dirigeants, (consulté le )
  7. « En transition - Terres de Lorraine », sur www.terresdelorraine.org (consulté le )
  8. « Le Toulois ne voulait pas le changement », Le Républicain lorrain,‎ (lire en ligne)
  9. Christian Jougleux, « Dominique Potier, de la terre à la Une », Le Républicain lorrain,‎ (lire en ligne)
  10. « Potier éjecte Morano », Le Républicain lorrain,‎ (lire en ligne)
  11. « Législatives : Nadine Morano battue en Meurthe-et-Moselle », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Analyse du scrutin n° 259 - Première séance du 12/02/2013 », Assemblée nationale, (consulté le )
  13. « Analyse du scrutin n°511 - Deuxième séance du 23/04/2013 », Assemblée nationale, (consulté le )
  14. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le ).
  15. « Mission d'information commune sur le foncier agricole », sur Assemblée nationale (consulté le )
  16. « Les syndicats agricoles, des députés et des ONG unis pour demander une loi foncière », L'Express,‎ (lire en ligne)
  17. Dominique Potier et Boris Vallaud, « Il est temps de poser une limite décente aux écarts de revenus », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. Cécile Amar, « « Le PDG de Carrefour gagne 300 fois le salaire des caissières qui ont risqué leur vie pendant le confinement » », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  19. Dominique Potier et al., « Proposition de loi nº 3094 pour une limite décente des écarts de revenu », sur Assemblée nationale (consulté le )
  20. « Analyse du scrutin n° 3855 », sur Assemblée nationale, première séance du 29 juin 2021 (consulté le )
  21. Dominique Potier, « Bioéthique, le risque d'une nouvelle servitude », La Vie,‎ (lire en ligne)
  22. « Analyse du scrutin n° 4204 - Deuxième séance du 30/11/2021 », Assemblée nationale, (consulté le )
  23. « Analyse du scrutin n° 4414 - Première séance du 23/02/2022 », Assemblée nationale, (consulté le )
  24. Dominique Potier, « Pour une troisième gauche », Esprit,‎ (lire en ligne)
  25. Pierre Taribo, « Législatives en Meurthe-et-Moselle : Dominique Potier se bat pour un territoire vivant », La Semaine,‎ (lire en ligne)
  26. « Les candidats », sur La NUPES (consulté le )
  27. Jean-Christophe Panek et C. Gomond, « Législatives 2022 : refus d'étiquette Nupes pour le député sortant PS Dominique Potier, l'absence d'Europe et Mélenchon posent problème », France 3 Grand Est,‎ (lire en ligne)
  28. Valérie RICHARD, « Législatives 2022 | Dominique Potier, candidat dans la 5e circonscription, s’invite malgré lui sur France Inter » Accès libre, sur www.estrepublicain.fr, (consulté le )
  29. « Législatives 2022 : découvrez la liste officielle des candidats dans votre circonscription », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. Guylaine Idoux, « INFO JDD : Quel député a le plus voté en faveur de l’écologie ? », Le Journal du dimanche, (consulté le )
  31. Anne-Charlotte Dusseaulx, « Votée par 146 députés, la motion de censure de la Nupes contre le gouvernement est rejetée », Le Journal du dimanche, (consulté le )
  32. « Analyse du scrutin n° 629 - Deuxième séance du 24/11/2022 - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  33. « Fin de vie: l’opposition de gauche est-elle sous-estimée? », sur l'Opinion, (consulté le )
  34. Carine JANIN, « Projet de loi fin de vie : ils sont de droite comme de gauche et s’opposent à l’aide à mourir », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  35. Catherine Saliceti, « Flora Gruau : « La culture transcende les divisions » », La Vie,‎

Liens externes

[modifier | modifier le code]