CKAC

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
CKAC
Description de l'image CKAC 730 circulation.gif.
Présentation
Pays Drapeau du Canada Canada
Siège social Montréal, Québec
Propriétaire Cogeco Média
Slogan La circulation, en tout temps.
Langue Français
Statut commerciale privée, spécialisée
Site Web radiocirculation.net
Historique
Création
Diffusion
AM 730 kHz
Satellite Bell Télé : 973
Shaw Direct : 878
Câble Illico télé numérique : 557
Streaming  Oui
Logo de la CKAC à partir de 1931.
Lily Pons en entrevue ().
Feuilleton radiophonique Nazaire et Barnabé ().
Deux jeunes filles, en costume folklorique, participent à l'enregistrement de l'émission Radio Petit Monde sur les ondes de CKAC le .

CKAC est une station de radio AM de Montréal au Québec qui diffuse actuellement sous le nom de Radio Circulation 730 (précédemment CKAC 730, CKAC sports). Propriété de Cogeco Média, elle diffuse à la fréquence de 730 kHz, ainsi que sur internet, de l'information en temps réel sur le trafic routier de h à h (pré-matinale du lundi au vendredi de 4 h 30).

Cette station de classe A diffuse sur la fréquence 730 kHz avec une puissance de 50 000 watts via un émetteur situé à Saint-Joseph-du-Lac qui pointe vers l'est de Montréal.

Histoire[modifier | modifier le code]

CKAC fut la première radio francophone d'Amérique du Nord et fut fondée par le journal La Presse le . Elle commença à émettre des programmes régulièrement à partir du , soit moins d'un an après Radio Tour Eiffel (qui diffusa régulièrement à partir du ).

Création de CKAC[modifier | modifier le code]

Le quotidien La Presse annonça la création de CKAC le avec le journaliste et technicien Jacques-Narcisse Cartier, soit quelques années après la création de la radio anglophone CFCF de Montréal (l'une des premières au monde à diffusion régulière)[1]. L'inauguration officielle de CKAC (Canada Kilocycle America-Canada) eut lieu le avec un concert[2]. À la création de la station en 1922, il y avait seulement 2 000 récepteurs radios au Québec.

Médéric Martin, en 1924 pour les élections municipales de Montréal, et Mackenzie King, pour les élections fédérales en 1925, se servent (... semble manquer quelque chose ici (peut-être "de ses ondes")...) pour s'adresser directement à leur électorat. En , CKAC diffusa son premier match de hockey sur glace entre les Canadiens de Montréal et les Bruins de Boston.

Joseph-Arthur Dupont devient le directeur de programmes pour l'est du Canada.

En 1929, la station s'affiliait au réseau CBS, ce qui lui permit de diffuser des concerts de grand orchestres américains. La même année, la station de radio créa son propre orchestre qui se produit lors de concerts qui furent repris sur les stations américaines deux fois par semaine jusqu'en 1933. Elle conservera son affiliation avec CBS jusqu'à la fin des années 1940.

C'est aussi à cette époque, durant la Grande Dépression des années 1930, que Juliette Béliveau, Gratien Gélinas, Hector Pellerin, Rolland Bédard et Ovila Légaré firent leurs début à la radio dans les premiers radioromans diffusés au Québec par CKAC dès 1935, notamment dans Le Curé du village de Robert Choquette.

Le , CKAC diffusa le rapatriement des cendres de Calixa Lavallée — le compositeur de hymne national « Ô Canada. » Elle diffusa également le l'entretien entre Lomer Gouin et Maurice Duplessis, qui discutèrent pendant une heure de la fusion annoncée de l'Action libérale nationale et du Parti conservateur du Québec qui formeront l'Union nationale.

En 19??, CKAC attirait 126 700 auditeurs par semaine, comparativement à 122 000 pour Radio-Canada, le radio-diffuseur publique. La mesure des cotes d'écoutes est maintenant possible grâce au nouveau Bureau of Broadcast Measurement (BBM). Lors de la Seconde Guerre mondiale, la station transmettra quotidiennement des nouvelles sur la guerre: Henri Letondal, Ferdinand Biondi et Roger Baulu prêtèrent leurs voix pour informer l'auditoire sur les événements tragiques qui survenaient en Europe.

En 1947, Raymond Lévesque y interprèta ses premières chansons à l'âge de quinze ans.

En 1950, CKAC diffusait 24 heures sur 24 et la puissance de l'émetteur fut augmentée pour passer à 10 000 watts le jour, la puissance restant inchangée la nuit à 5 000 watts.

Le cardinal Paul-Émile Léger récite le chapelet dans son émission le « Chapelet en famille » diffusée depuis la cathédrale Marie-Reine-du-Monde. Ce programme fut si populaire et la progression de l'audience si forte, que la concurrence demanda en vain de diffuser à son tour le programme.

En 19??, Jen Roger faisait la promotion des artistes québécois par le biais de son émission « Le palmarès des chansons ». La CKAC reçut la médaille de l'Académie française.

Le , un nouvel émetteur directionnel pointant vers l'Est de Montréal au moyen de deux tours fut mis en place à Saint-Joseph-du-Lac (à l'Ouest de l'île de Montréal), ce qui permit de relever la puissance à 50 000 watts. À cette époque, ceci était tout à fait exceptionnel pour une station de radio privée, seule la station publique Radio-Canada/CBC étant dans cette situation.

En 1960, la station remit le Grand prix du disque canadien à Michel Louvain. Janette Bertrand anima l'émission Mon mari et nous pendant plusieurs années. Un sondage réalisé par CKAC en 1961 indiqua que l'opinion publique était favorable à la création d'une loterie provinciale.

Roger Lebel s'inspirait des radios américaines en lançant des discussions ouvertes sur les ondes. En 1965 et 1966, Pierre André Viau animait l'émission Plein air et camping qui portait (surprise!) sur le camping. Le manifeste du FLQ fut lu sur les ondes de la CKAC lors de la Crise d'octobre 1970.

Dans les années 19??, Réjean Tremblay était l'éditorialiste de la salle de nouvelles. Le journaliste Jean-Pierre Charbonneau et l'animateur Michel Desrochers travaillaient eux aussi pour la station. Jacques Proulx animait « Les Prouesses du matin » en semaine de h à h. Collaboraient notamment à cette émission Jacques Morency (nouvelles), Jacques Lebrun (météo) et Yves Létourneau (sports). Des émissions de fin de matinée étaient animées entre autres par Ghislaine Paradis et Robert Toupin, puis par Serge Laprade et plus tard par Suzanne Lévesque. Le retour à la maison était animé par Louis-Paul Allard. CKAC accordait aussi une grande place à l'humour avec des pastilles comme « Le tourbillon de l'actualité » (Claude Landré), « Le monde à l'envers » (Marcel Béliveau), « Les insolences d'un téléphone » (Yvan Ducharme suivi de Tex Lecor) et « Le coin du Newfie » (Louis-Paul Allard). L'émission « Le Festival de l'humour québécois » avec Louis-Paul Allard, Roger Joubert, Tex Lecor et Pierre Labelle (remplacé ensuite par Benoit Marleau) fut diffusé pendant plus de dix ans (1974-1995) tous les samedis à 10 heures. Michel Viens animait l'émission d'affaires publiques « Le premier jour » les dimanches matins.

Rachat par Télémédia[modifier | modifier le code]

En 1968 CKAC, toujours propriété du journal La Presse, fut vendue à Télémédia à la suite du rachat du journal par Power Corporation.

En 1972, CKAC 730 devint le diffuseur officiel de l'équipe de baseball des Expos de Montréal (devenue les Nationals de Washington en 2004). Jacques Doucet fut engagé par le réseau Télémédia pour commenter les parties. En 1977, la station sœur CITE-FM fut ouverte sur la bande FM.

Dans les années 1980, Jean Brulotte fut le reporter sur la circulation.

Rodger Brulotte anima les matchs des Expos à partir de 1986 et Claude Charron présentait les nouvelles régulières. André Pratte travaillait également à la station. Pierre Pascau animait « L'informateur » dans les années 1980.

René Lévesque, qui avait été journaliste avant d'entrer en politique, termina sa carrière à CKAC aux côtés de Jacques Proulx, peu avant son décès en 1987. André Arthur fut nommé pour le remplacer.

Jacques Proulx fut un chef d'antenne populaire et largement reconnu au Québec. Il avait pour collaborateurs Yves Létourneau (sports), Michel Viens (nouvelles), Claude Picher (économie), Jocelyne Cazin (première femme aux faits divers), Denis Ferland (politique), etc. Pierre Bouchard (ancien joueur de défense du Canadien de Montréal) animait l'émission « Les Amateurs de Sports. »

L'ère Radiomédia[modifier | modifier le code]

Logo de CKAC 730 de 1994 à 2005.

CKAC rencontra des difficultés financières suite à l'explosion du marché publicitaire et de la multiplication des canaux, notamment à la télévision. Pour contrer ces difficultés, Radiomédia mutualisa les programmes de ses six stations AM afin de constituer un réseau le . Radiomédia participa au capital de CKAC à hauteur de 50 % aux côtés de Télémédia pour former Radiomutuel.

La radio résista alors mieux face à la concurrence, notamment grâce à la force de son signal qui est plus élevé.

La journaliste Nathalie Petrowski animait l'émission « Le décompte de l'actualité ». La tempête de verglas de 1998 reçut une large couverture médiatique. De plus, Gilles Proulx anima « Le journal du midi » de 1994 à 2001.

En 2002, Radiomédia fut rachetée par Astral Media et la grille des programmes mise en place était la suivante :

Logo de CKAC de 2005 à 2007.
  • de h 0 à h 30, Jacques Fabi animait « Montréal le matin » avec plusieurs collaborateurs;
  • de h 30 à 11 h 30, Guy Simard animait « Opinions »;
  • de 11 h 30 à 13 h 0, Pierre Trudel animait « Les Héritiers de la gloire »;
  • de 13 h 0 à 16 h 0, le psychiatre Pierre Mailloux animait « Mailloux à l'écoute » en compagnie de Janine Ross;
  • de 16 h 0 à 18 h 0, Michel Villeneuve animait « Les amateurs de sports »;
  • de 18 h 0 à 19 h 30, c'était « Les amateurs de sports en ligne » avec Christian Gauthier;
  • de 19 h 30 à 20 h 30, Jean Chartrand animait « Sports et loisirs d'aujourd'hui »;
  • La soirée se termine avec Ron Fournier qui anime l'émission « Bonsoir les sportifs » depuis 1987. Les soirs de matches de hockey, la programmation habituelle cède le pas à Martin MacGuire et Danny Dubé pour la présentation et l'analyse du match, suivi de l'émission de Ron Fournier.

Les autres animateurs de CKAC étaient Serge Plaisance, Roger Drolet, André Pelletier, Jean-Charles Lajoie, Jérémie Rainville, Rodger Brulotte et Martin Lemay.

L'avenir de la station est remise en doute en raison du déclin de l'audience de la radio AM, un certain nombre d'auditeurs se tournant vers la Première Chaîne de Radio-Canada (CBF-FM diffusée au 95,1 FM).

Le , Astral Media racheta l'ensemble du réseau Radiomutuel avec l'accord du CRTC[3]

Astral chercha un nouveau repreneur après être devenu son propriétaire via Radiomutuel.

L'ère Corus[modifier | modifier le code]

Québecor et RNC Media souhaitaient acheter la station, mais leurs offres sont bloquées par le CRTC pour éviter une trop grande concentration de la propriété des médias. En , un autre consortium composé par Gaétan Morin et Sylvain Chamberland proposa ensuite de reprendre la station, mais il se retira en à la suite de la démission des journalistes Paul Arcand (pour 98,5 FM à Montréal) qui couvrait le matin et de Jean Lapierre qui couvrait les après-midi de la station.

Finalement en , Corus Entertainment offrit d'acheter CKAC et les autres stations Radiomédia d'Astral pour le prix de 11 millions de dollars. Le CRTC approuva enfin cette transaction, qui fut effective en . Radiomédia est alors rebaptisée Corus Québec.

L'intention de Corus Québec était au départ de fermer la salle de nouvelles de la CKAC afin de réduire ses coûts et réorienter son contenu vers les sports et la santé. Cela fit réagir ses auditeurs, qui perçoivent le contenu traditionnel de CKAC comme une « institution culturelle québécoise. »

Un appel est lancé devant le gouvernement fédéral canadien pour annuler l'achat par Corus Québec, mais la salle de nouvelles ferma officiellement le et fut transférée vers Info 690. Puis, la station fut critiquée pour ses chroniques sur la sexualité à heures de grande écoute. À la suite de ces changements, CKAC continua à perdre des auditeurs pour tomber à moins de 500 000 auditeurs selon un sondage BBM.

Le , CKAC annonça qu'à compter du , la station deviendrait une radio consacrée aux sports.

Logo de CKAC sports de 2007 à 2010.

Programmation de CKAC sports : En semaine

Les mercredis

  • Parlons golf (pendant la saisons estivale).

Les vendredis

La fin de semaine

  • Prendre la route avec Jean-François Guay.
  • Revue de presse avec Jacques Thériault le samedi et Marc Bryson le dimanche.
  • Les Amateurs de sports – week-end avec Marc Bryson.
  • Sports amateurs avec Jean Chartrand.
  • Bonsoir les sportifs avec Marc Bryson.

Collaborateurs à l'antenne de 2007 à 2011 : Rodger Brulotte, Christian Tortora, Pierre Vercheval, Yvon Pedneault, Dany Dubé, Francis Millien, Jacques Demers, Benoît Dutrizac, Charles-André Marchand, Pat Burns, Martin McGuire et Michel Bergeron.

CKAC sports fut le diffuseur officiel de 2007 à 2011 (avant un report sur l'antenne du 98,5 FM) :

L'ère Cogeco : Radio Circulation 730 AM (aussi adopte un format « informations routières »)[modifier | modifier le code]

Le , Cogeco annonça l'achat de l'ensemble des stations de Corus Québec pour 80 millions de dollars et la transaction fut approuvée par le CRTC le [4]. Cogeco prit alors le contrôle de CKAC sports ainsi que de l'ensemble des stations de radio de Corus Québec le . À la suite de ce rachat, Corus Québec sera renommée « Cogeco diffusion ».

Le , Cogeco conclua une entente avec le Ministère des Transports du Québec afin de créer 2 stations dédiées à la circulation dans l'agglomération de Montréal, l'une en français et l'autre en anglais, sur les fréquences 690 AM et 940 AM[5]. Ces deux fréquences furent mises hors-service à la fin de par Corus Québec. mais les tours de transmission faisaient également partie de la transaction d'achat de Cogeco. Selon les termes du contrat, le ministère mettra les caméras de circulation à la disposition de Cogeco et il investira 1,5 millions de dollars par année par station jusqu'en 2014[6].

Logo de CKAC depuis 2011.

À la suite de l'opposition à la demande de licence de diffusion pour deux stations de radio AM dédiés à la circulation[7], Cogeco a retiré ses demandes de licence[8]. Le CRTC lança alors le un appel de demandes pour l'utilisation des deux fréquences 690 AM et 940 AM[9].

Ne pouvant honorer sur ces fréquences le contrat avec le Ministère, Cogeco décida de mettre fin à la vocation sportive de CKAC sports le à 10 h et de la transformer dès le mardi en « tout-circulation » et de diffuser l'état de la circulation et des travaux routiers de la grande région de Montréal toutes les cinq minutes et météo prévisions toutes les dix minutes pendant heures de diffusion en direct, avec des annonceurs en direct sur les ondes de 4H30 (en semaine) et 6H (week-ends / vacances) à 1H[10]. Si les annonceurs en direct ne sont pas en ondes, la station gère des informations préenregistrées sur les messages de construction et de sécurité durant la nuit. La majorité de la programmation sportive du soir fut alors transférée au 98,5 FM.

Entre temps, Cogeco déposa une demande pour créer une station de circulation anglophone[11] qui fut cependant rejetée en [12], privant Cogeco d'un revenu potentiel de 1,5 millions de dollars par année.

Format du trafic[modifier | modifier le code]

Radio Circulation 730 diffuse « info-circulation » toutes les cinq minutes, 24h/24. Aussi, pendant heures de diffusion en direct, la station diffuse météo tous les quarts d'heure. Dans le même temps, il y a deux personnes qui travaillent ensemble : l'une signalant le trafic aux auditeurs ; une autre téléphone reçoit un appel de la tipline (514-790-0231) et ils changent leur travail périodiquement. Il y a 170 caméras sur le studio.

Présenteurs[modifier | modifier le code]

  • Jean-Philippe Dionne
  • Daniel Evans
  • Pierre Lacasse
  • Maxime Lachance
  • Philippe Lague
  • Daniel Leduc
  • Frédérique Marie
  • Michel Millard
  • Michel Ménard
  • Brigitte Mondor
  • Pierre Olivier
  • Benoit Roger
  • Robert Savard
  • Pierre Shapiro

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Histoire de la radio au Québec », par Pierre Pagé, p. 27,  éd., Montréal, 2007.
  2. « Les débuts de la radio à Montréal et le poste CKAC », thèse de maîtrise de Bernard Montigny, Université de Montréal, pp. 21-22,26, 1979.
  3. Transfert de contrôle : Radiomutuel-Astral, « Avis Public CRTC 1999-145 », CRTC, 1999.
  4. Décision de radiodiffusion CRTC 2010-942.
  5. « Fin de la vocation sportive pour CKAC, qui se concentrera sur la circulation », 985fm.ca, 2011. Modèle {{Lien brisé}} : paramètres « url » et « titre » manquant. ,
  6. « Nouvelle station de radio à Montréal », journal Les affaires (édition du ), consulté le .
  7. « Avis de consultation de radiodiffusion CRTC 2011-336 », CRTC, consulté le .
  8. « Avis de consultation de radiodiffusion CRTC 2011-336-2 », CRTC, consulté le .
  9. « Avis de consultation de radiodiffusion CRTC 2011-453 », CRTC, consulté le .
  10. « CKAC sports devient une station de circulation », La Presse canadienne,‎ (lire en ligne).
  11. « Avis de consultation de radiodiffusion CRTC 2011-571 », CRTC, consulté le .
  12. « Décision de radiodiffusion CRTC 2011-721 », CRTC, consulté le .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Baulu, CKAC : Une histoire d'amour, Stanké, 1982.

Articles Connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :