Janette Bertrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Janette Bertrand (née le [1] à Montréal) est une journaliste, comédienne et écrivaine québécoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Fille de Hormisdas Bertrand, commis, et d'Alina Bédard, Janette Bertrand est née le [2], dans le quartier Centre-Sud, à l'angle des rues Ontario et Frontenac, à Montréal. Elle est la cadette d'une famille de quatre enfants. Elle étudie en lettres à l'Université de Montréal, ce qui l'amène à devenir journaliste en 1950. Au Petit Journal, elle se voit confier une chronique qui la sensibilise aux revendications des féministes[3],[4].

Carrière médiatique[modifier | modifier le code]

Par la suite, elle devient animatrice de radio pour l'émission quotidienne Mon mari et nous, diffusée par CKAC pendant plusieurs années.

À la fin des années 1950, elle écrit pour Radio-Canada le téléroman Toi et moi, mettant en scène les péripéties d'un couple où les rôles principaux sont joués par elle et son mari, Jean Lajeunesse. Toujours avec Jean Lajeunesse, elle anime ensuite le jeu questionnaire Adam ou Ève à Télé-Métropole où les participants sont des couples mariés.

Seule cette fois, elle devient la confidente des adolescents à Comment pourquoi ?, une émission où elle s'efforce de rassurer les jeunes et de répondre à leurs questions autant que le permet le contexte du début des années 60, c'est-à-dire en faisant totalement l'impasse sur les relations sexuelles. Puis, dans L'école du bonheur, le courrier qu'elle reçoit lui inspire des sketches où des couples sont aux prises avec divers problèmes matrimoniaux, problèmes qui chaque fois trouvent leur solution, le divorce étant encore trop mal vu à cette époque.

Vient ensuite Quelle famille! (diffusé entre 1969-1974 à Radio-Canada), une émission familiale qui faisait appel à plusieurs membres de sa propre famille, dont Jean Lajeunesse et leur chien Macaire. Cette émission a été diffusée en France sous le titre Les Tremblay. Cette comédie sera suivie d'une autre : Grand-Papa, où Jean Lajeunesse joue cette fois un rôle de composition, celui du grand-père d'une famille aux prises avec les problèmes des années 70.

Ensuite, elle anime un rendez-vous télévisé où des personnes sont invitées à s'exprimer sur différents sujets qui touchent les gens de près : la famille, le couple, la sexualité, etc. Pour cette émission, intitulée Parler pour parler, elle s'occupe tant de la recherche que du scénario. Parler pour parler a été créé par le réalisateur Gaëtan Lavoie.

Avec la série Avec un grand A, elle propose des dramatiques qui abordent des sujets encore tabous ou controversés à l’époque comme la violence conjugale, la détresse des aînés, l'homosexualité et le sida.

Depuis 2000[modifier | modifier le code]

En 2004, elle publie son autobiographie, Ma vie en trois actes[5] qui connaît un grand succès en librairie.

En , elle publie les Recettes de Janette, une édition augmentée d'un précédent succès de libraire au Québec (225 000 copies vendues en 1968). Suivent ensuite trois romans, soit Le bien des miens (2007), Le Cocon (2009) et Lit double (2012).

Elle a aussi écrit quelques pièces de théâtre dont deux pièces d'importance : Moi Tarzan, Toi Jane et Dis moi si j'dérange (avec Juliette Huot dans le rôle solo). Ces pièces ont marqué la dramaturgie québécoise tant par leurs sujets (sexisme et solitude de personnes âgées) que par l'interprétation de leurs comédiens. Son travail a permis de démystifier des thèmes modernes et délicats, certains tabous, faisant d'elle une exceptionnelle éducatrice populaire. Sa relation avec un homme d'une vingtaine d'années plus jeune qu'elle a aussi fait la manchette au Québec pendant quelques années.

En 2006, elle écrit les paroles d’une chanson pour Céline Dion intitulée Berceuse mises en musique par David Gategno. Cette chanson est parue sur l'album D'elles sorti le .

En 2013, elle cosigne, avec vingt autres femmes, une lettre d'opinion intitulée Une charte pour les femmes[6]. Elle y déclare son appui pour la charte des valeurs québécoises. À cette époque, certains propos de sa part, reliés à l'immigration musulmane, ont provoqué une controverse et amené les Québécois à débattre de ce sujet sensible.

En 2017, Janette Bertrand confie officiellement ses archives[7] à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle se marie en 1947 avec Jean Lajeunesse, qu'elle a rencontré lors de ses études à l'université de Montréal. L'année suivante, elle donne naissance à leur fille Dominique, donné en hommage d'une comédienne que Janette a rencontré au théâtre. Elle donne ensuite naissance à une autre fille Isabelle, en , ainsi qu'à Martin en . Le couple se sépare en 1981 après 36 ans de vie commune.

Depuis 1982, elle est en couple avec Donald Janson, de 22 ans son cadet.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

  • 2021 : Un homme, tout simplement, roman, Libre Expression
  • 2020 : Un viol ordinaire, roman, Libre Expression
  • 2016 : La vieillesse par une vraie vieille, autobiographie, Libre Expression,
  • 2012 : Lit double, roman, Libre Expression,
  • 2011 : Ma vie en trois actes, Autobiographie : réédition, format poche Collection 10/10, Stanké,
  • 2009 : Le cocon, roman, Libre Expression,
  • 2007 : Le bien des miens, roman, Libre Expression, (OCLC 82772191)
  • 2005 : Les Recettes de Janette, art culinaire, Libre Expression (OCLC 61216801)
  • 2004 : Ma vie en trois actes, Autobiographie, Libre Expression, (OCLC 56419824)
  • 1990 : Avec un grand A, roman, Libre Expression' (OCLC 22279316)
  • 1983 : Dis-moi si j'dérange (OCLC 15980256)
  • 1968 : Les Recettes de Janette, art culinaire, Éditions du Jour
  • 1946 : Mon cœur et mes chansons, Éditions Pascal.

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Téléséries[modifier | modifier le code]

Émission radio[modifier | modifier le code]

  • Mon mari et nous

Filmographie[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et liens externes[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Janette Bertrand, Chevalier (1992) », Secrétariat de l'Ordre national du Québec
  2. « Registres paroissiaux et Actes d’état civil du Québec (Collection Drouin), 1621 à 1968 », sur Ancestry.com
  3. Université de Sherbrooke, bilan du siècle: Janette Bertrand
  4. TV Hebdo, Souvenirs, vol. 1, n° 1, Les Éditions Télémédia Inc., 1989.
  5. http://www.edlibreexpression.com/janette-bertrand/auteur/bert1013
  6. « Une charte pour les femmes », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. « Janette Bertrand nous offre ses archives », sur La Fabrique culturelle (consulté le )
  8. http://www2.ordrepsy.qc.ca/fr/a-propos-de-l-ordre/evenements-et-prix/prix-de-l-ordre/liste-des-recipendaires.sn
  9. Janette Bertrand PGGAS de la réalisation artistique 2000, site de la Fondation des prix du gouverneur général pour les arts du spectacle
  10. « Bertrand, Janette », L'Encyclopédie canadienne
  11. « Janette Bertrand, O.C., C.Q. », site du gouverneur général du Canada
  12. Prix Condorcet 2003
  13. Hélène de Billy, « Bertrand, Janette : Prix Guy-Mauffette 2011 », Prix du Québec,‎ (lire en ligne).
  14. Jean-Philippe Denoncourt, « Plusieurs Québécois parmi les 114 nouvelles nominations à l’Ordre du Canada », sur Le Devoir, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]