Henri Letondal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Letondal.
Henri Letondal
Music. Henri Letondal BAnQ P48S1P07019.jpg
Henri Letondal (?) en septembre 1941.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
BurbankVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Henri Letondal (29 juin 1901 à Montréal - 15 février 1955 à Hollywood aux États-Unis) était un comédien, animateur de radio, critique, musicien et homme de théâtre québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Letondal a appris le violoncelle avec Gustave Labelle. Il devint, en 1921, critique des spectacles et de concerts à La Patrie, quotidien montréalais dont il sera le correspondant à Paris entre 1925 et 1929[1].

Il commença sa carrière artistique au Monument national au début dans les années 1920 en créant des troupes de théâtre proposant un répertoire francophone moderne. Entre autres, il amena la création en 1922 et 1923 de pièces de Charles Vildrac à Montréal. Ces tentatives, jugées trop modernes[2], déplurent fortement aux spectateurs et aux critiques,

À la radio (CKAC), il anime l'émission L'Heure provinciale avec Juliette Béliveau de 1929 à 1938. Cette émission sera commanditée par le gouvernement du Québec et vouée à la promotion des musiciens et compositeurs québécois. Devenu le directeur des relations publiques de France-film, il fonda en 1930 un cabaret de chanson sur la rue Saint-Denis à Montréal, Le Chat botté, devenu Mon Paris en 1937, où des chanteurs classiques donnaient parfois des récitals.

Il se produit aussi, entre 1930 et 1945, comme comédien et metteur en scène sur la plupart des scènes montréalaises, notamment au Stella, au Monument national, au His Majesty's et à L'Arcade[3].

Il eut un rôle important dans la création de l'Orchestre symphonique de Montréal en militant publiquement pour sa création au début des années 1930.

En 1938, débute à la station de radio montréalaise CKAC, la très importante série Le théâtre de chez nous où Henri Letondal signera plus de 200 pièces durant les neuf années de l'émission (1938-1947)[3]. Il sera aussi l'auteur de quelques feuilletons radiophoniques, dont La Famille Gauthier (1939-1940) et Le Capitaine Bravo (1940-1944)[3].

En 1941, Henri Letondal fut un des premiers artisans (scripteur et animateur) de l'émission Les Joyeux Troubadours (radio de Radio-Canada). Il y tiendra un rôle actif jusqu'à ce qu'il décide de tenter sa chance à Hollywood. Clément Latour le remplacera aux Joyeux Troubadours.

Il vécut la fin de sa carrière à Hollywood qui sera ponctuée de nombreux séjours à Montréal. Il y tiendra des rôles de soutien dans une vingtaine de films. Sa collaboration la plus significative fut pour le film Le Fil du rasoir (The Razor's Edge) (1946).

Il mourut en Californie en 1955.

Il était le fils d'Arthur Letondal (pianiste, organiste, professeur, musicographe) et le petit-fils de Paul Letondal (pianiste, organiste, violoncelliste, professeur), originaire de Franche-Comté (France) et qui arrive à Montréal en 1852. Vraisemblablement le premier musicien aveugle à se fixer au Canada, Paul Letondal a eu un rôle important dans le développement de la musique classique à Montréal au XIXe siècle.

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Pagé, Le comique et l'humour à la radio québécoise, Vol. 2, Fides, 1976, P.13
  2. André-G. Bourassa et Jean-Marc Larrue, Les nuits de la "Main", 1993, p. 100 et 101
  3. a, b et c Pierre Pagé, Le comique et l'humour à la radio québécoise, Vol. 2, Fides, 1976, P.14