Roger Drolet (CKVL)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Drolet et Roger Drolet.
Roger Drolet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Roger Drolet (né le a Trois-Rivières - )[1],[2] était un animateur de radio et conférencier québécois de langue française.

Carrière radiophonique[modifier | modifier le code]

Il était le fils de Armand Drolet et de Antoinette Massé. Il fait ses débuts en ondes à CHFA 680 Edmonton, radio francophone de l'Alberta, en 1955[R 1],[3]. Il travaille par la suite pour plusieurs petites stations régionales au Québec, dont CKRN 1400 Rouyn-Noranda, et CHLN 550 et CKTR 1150 (ensuite CJTR 1140) à Trois-Rivières[R 2].

Au milieu des années 1960, il entre dans le marché de Québec et anime, sur les ondes de CJLR 1060, une émission de type « Insolences d'un téléphone », qui obtient un tel succès qu'une série de compilations des meilleures insolences ont été publiées sous le nom « Moi j'ai du caractère »[R 3].

En 1968, il est embauché à CKVL (Verdun) parle propriétaire-fondateur, Jack Tietolman, impressionné par la dernière trouvaille de Drolet, intitulée « Moi j'ai pas dit ça », qui consiste à faire, pour fins d'humour, des montages de déclarations de personnages publics de manière à leur faire dire des choses qu'ils n'ont pas dites[R 4]. Drolet passe deux ans sur les ondes de CKVL 850 Montréal.

En 1970, Télémédia l'embauche et Drolet anime pour la première fois, sur les ondes de CKCH 970 Hull (maintenant Gatineau) une émission de tribune téléphonique, intitulée « Chacun son tour ». Il donne également pour la première fois des conférences[R 5],[4].

En 1972, il retourne à CKVL et sera animateur à cette station pour une période de plus d'un quart de siècle. Pendant vingt ans, il anime la nuit l'émission « Sommeil interdit » et, à partir de 1992, il anime le soir, jusqu'en 1998, l'émission « Le monde selon Roger Drolet »[R 6]. Au cours des années 1980, il y élabore sa théorie du « bag », selon laquelle les gens suivent trop souvent, malgré eux et à leur détriment, une forme de pensée unique. En 1985, il développe sa théorie, fort controversée, dite des « deux dimensions », qui peut se résumer en disant que la femme n'apprécie le sexe que dans l'amour alors que l'homme n'a pas d'être en amour pour apprécier le sexe[R 7].

Il fait un retour en ondes en 2001 sur les ondes de CKAC 730 Montréal, passe à CJMS 1040 en 2003, retourne à CKAC en 2006 et termine sa carrière sur cette station en 2007[4],[5].

Le , Roger Drolet meurt à l'âge de 75 ans, à la suite de problèmes cardiaques, à l'hôpital du Sacré-Cœur de Montréal[2].

Conférences[modifier | modifier le code]

  • Les attrapes du BAG.
  • La force du BUNKER.
  • L'art de la communication.
  • Les principales clefs du succès.
  • Les émotions et l'épuisement professionnel.

Publications[modifier | modifier le code]

Roger Drolet a publié trois livres :

Il a aussi publié au cours des années 1960 une série de compilations d'insolences téléphoniques intitulée « Moi j'ai du caractère », en format vinyle (RCA Victor) [4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Année de naissance (1935) telle qu'indiquée dans le catalogue de la Grande bibliothèque du Québec : [1].
  2. a et b « Décès de l'ancien animateur de radio Roger Drolet », Cyberpresse, avec La Presse Canadienne, (consulté le 15 avril 2011).
  3. France Levasseur-Oouimet (1999). Écoutez, vous verrez : en souvenir du 50e anniversaire de CHFA Radio-Canada, Les Éditions Félix, Chicoutimi, 275 pages.
  4. a b et c Animateurs de CKAC 730 : Roger Drolet, à CKAC.
  5. Roger Drolet perd son micro.
Sur Radio Ego

Entrevue accordée par Roger Drolet à Pascal Beausoleil : http://www.radioego.com/ego/listen/571

  1. 1:50 - 13:36 min
  2. 2:27 - 7:23 min
  3. 9:10 min
  4. 11:22 min
  5. 12:55 min
  6. 13:51 min
  7. 14:38 min

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]