Métro de Sydney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Métro de Sydney
(en) Sydney Metro
Image illustrative de l’article Métro de Sydney
Entrée de la station Hills Showground.

Situation Sydney (Nouvelle-Galles du Sud)
Drapeau de l'Australie Australie
Type Métro automatique à roulement sur fer
Entrée en service (phase I)
Mi-2024 (phase II)
Longueur du réseau 36 km en service
30 km en construction
Lignes 1
Stations 13 en service
18 en construction
Rames 22
Écartement des rails 1 435 mm
Propriétaire Gouvernement de Nouvelle-Galles du Sud
Exploitant Northwest Rapid Transit
Réseaux connexes Métro léger de Sydney
Train de banlieue de Sydney

Image illustrative de l’article Métro de Sydney

Le métro de Sydney (en anglais : Sydney Metro) est une ligne de métro automatique australienne desservant Sydney et ses banlieues, dans l'État de Nouvelle-Galles du Sud. La première phase de ligne à voir le jour, dénommée Sydney Metro Northwest et reliant Tallawong à Chatswood, ouvre le 26 mai 2019. Elle est exploitée par la société Northwest Rapid Transit.

La seconde phase, dénommée Sydney Metro City & Southwest, sera réalisée pour 2024, jusqu'à Bankstown via le centre d'affaires de Sydney. Une fois terminée, la ligne empruntera des infrastructures ferroviaires existantes qui seront converties entre Epping et Chatswood (comprises dans la première phase) ainsi que Sydenham et Bankstown (seconde phase), le reste étant de nouvelles infrastructures. Le métro de Sydney est le premier métro lourd en Océanie[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Premiers concepts de réseau[modifier | modifier le code]

Les premières propositions pour un système de métro à Sydney datent de 2001, lorsque le coordonnateur général des chemins de fer, Ron Christie, publie son rapport intitulé « Plan stratégique à long terme pour le rail », décrivant les objectifs à long terme pour l'expansion du réseau ferroviaire. Il estime qu'un certain nombre de lignes de métro — indépendantes du point de vue opérationnel du réseau existant — doivent être construites après 2020 en raison des contraintes de capacité du réseau de transports en commun d'alors. Cette suggestion est rejetée par le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud dirigé par Bob Carr car trop onéreuse.

L'idée d'un métro refait surface fin 2007, lorsque des discussions sur une ligne souterraine dit Anzac (en référence au corps d'armée australien et néo-zélandais) prennent place au sein du gouvernement de l'État de Morris Iemma. La ligne aurait traversé l'ouest de Ryde, dans le nord-ouest de Sydney, jusqu'à Malabar, dans le sud-est, mais ne se concrétise pas faute de moyens. Au début de l'année 2008, à la suite de la suppression de divers projets d'agrandissement de la voie ferrée lourde dans le cadre du programme d'agrandissement du réseau métropolitain de 2005, le gouvernement annonce officiellement le lancement d'une ligne de métro de 37 kilomètres. Avec un coût estimé à 12 milliards de dollars australiens, elle doit permettre de relier Rouse Hill, dans le nord-ouest de Sydney, au centre d'affaires. Le début des travaux est planifié pour 2010, avec une fin prévue en 2017.

Projet de ligne de Rozelle à Central[modifier | modifier le code]

La construction de la ligne de métro dépend toutefois de la privatisation du réseau d'électricité, censée rapporter les fonds nécessaires. Suite à l'entrée en fonction de Nathan Rees comme Premier ministre de Nouvelle-Galles du Sud en septembre 2008, la privatisation est annulée. Le projet de remplacement de la ligne Anzac est une ligne de 9 kilomètres de long, qui doit coûter 4 milliards de dollars australiens.

Le CBD Metro est en effet un itinéraire raccourci, allant de Rozelle, dans l'ouest intérieur, jusqu'à Central via le quartier d'affaires. La construction doit alors commencer en 2010, comme le projet prédécesseur, mais se terminer plus tôt, en 2015. Cette ligne doit alors constituer « l'épine dorsale » d'un futur réseau de métro, avec une extension prévue à l'ouest vers Westmead et Parramatta, à construire peu de temps après, sous réserve d'un financement fédéral. La réception du nouveau projets est mitigée, le chef de l'opposition, Barry O'Farrell, accusant le Premier ministre de « rattraper son retard » : la demande initiale de financement présentée par le gouvernement d'État à Infrastructure Australia est rejetée pour « manque de planification intégrée ». Il est plus tard révélé que le coût passe de 4 milliards $ à 5,3 milliards de dollars australiens en six mois, des estimations internes montrant que le métro ne fonctionnerait qu'à 15 % de sa capacité maximale. Des critiques viennent également des Verts au motif que le tracé semble conçu pour passer par des sièges électoraux marginaux.

Le projet de ligne est annulé au début 2010, après le remplacement du Premier ministre quelques mois auparavant, en décembre 2009. Le gouvernement dépense pourtant jusque-là près de 410 millions de dollars pour le projet. La nouvelle Première ministre, Kristina Keneally, fait le choix de plutôt se concentrer sur l'extension du réseau ferroviaire lourd existant, notamment les liaisons du nord-ouest et sud-ouest.

Adoption de l'itinéraire définitif[modifier | modifier le code]

Schéma du projet définitif.

Au milieu de l'année 2012, le gouvernement de coalition nouvellement élu annonce le Rail Future de Sydney, ainsi que le schéma directeur des transports de Nouvelle-Galles du Sud. En vertu de cette proposition, la liaison ferroviaire nord-ouest serait construite sous la forme d'un métro, exploité de manière privée (Metro Trains Sydney) bien que propriété du gouvernement. Ces projets font l'objet de critiques parce qu'ils peuvent ne pas avoir la capacité des trains à deux niveaux existants. Des préoccupations concernant l'incapacité des trains du réseau existant d'utiliser la nouvelle liaison sont également exprimées.

Construction[modifier | modifier le code]

Portes palières à la station Tallawong, terminus nord-ouest du métro de Sydney.
Rame du métro de Sydney à Chatswood.

La construction de la nouvelle liaison commence à la fin 2013. En 2014, le gouvernement annonce que la seconde phase du projet, incluant le passage sous le port Jackson (sous le nom de Sydney Rapid Transit) et Barangaroo, dans le cadre du plan d'infrastructure Rebuilding NSW et financé par la vente d'infrastructures électriques, rejoindra la ligne Bankstown qui sera convertie aux normes métropolitaines à l'horizon 2024.

Le système est officiellement renommé Sydney Metro en juin 2015 à la suite de l'adoption des projets de loi de privatisation de l'électricité. Les parties adverses avertissent le gouvernement que la vente de l'infrastructure électrique pourrait ne pas fournir le capital nécessaire. En juillet 2018, Sydney Metro est créée en tant qu'autorité légale chargée de diriger la livraison du système de métro. À compter d'avril 2019, Jon Lamonte est le directeur général de l'agence.

Mise en service de la première phase[modifier | modifier le code]

Le matériel roulant est automatique, c'est-à-dire sans conducteur. Durant la première phase des opérations, la ligne de métro relie Tallawong à Chatswood, où les passagers peuvent transiter vers les trains de banlieue. L'extension vers Bankstown permettra ensuite un accès direct au Central Business District. Le système de métros automatiques permet une cadence allant jusqu'à 30 trains par heure sur le réseau[2].

Réseau[modifier | modifier le code]

Stations de la première phase[modifier | modifier le code]

Norwest.
Castle Hill.
Cherrybrook.

Sydney Metro Northwest mesure 36 km de long et compte 13 stations. Huit de ces stations sont nouvelles, tandis que cinq existent déjà. Le tracé est tantôt aérien, tantôt souterrain. Les stations de la première phase sont[3] :

  • Tallawong
  • Rouse Hill
  • Kellyville
  • Bella Vista
  • Norwest
  • Hills Showground
  • Castle Hill
  • Cherrybrook
  • Epping (correspondance avec la ligne nord)
  • Macquarie University
  • Macquarie Park
  • North Ryde
  • Chatswood (correspondance avec la ligne North Shore)

Stations de la seconde phase[modifier | modifier le code]

Sydney Metro City & Southwest mesurera un total de 30 km et ajoutera 18 stations au réseau, tandis que 11 déjà existantes seront converties :

  • Crow's Nest
  • Victoria Cross
  • Barangaroo
  • Martin Place
  • Pitt Street
  • Central
  • Waterloo
  • Sydenham (station existante)
  • Marrickville (station existante)
  • Dulwich Hill (station existante)
  • Hurlstone Park (station existante)
  • Canterbury (station existante)
  • Campsie (station existante)
  • Belmore (station existante)
  • Lakemba (station existante)
  • Wiley Park (station existante)
  • Punchbowl (station existante)
  • Bankstown (station existante)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ne prenant pas en compte le métro léger de Sydney et métro léger de Gold Coast.
  2. (en) « North West Rail Link to be state of the art », sur Transport for New South Wales (consulté le 6 juin 2013)
  3. (en) « Photographs - North West Rail Line », sur Transport for New South Wales (consulté le 7 juin 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :