Bombardier Q Series

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bombardier Dash 8)
Aller à : navigation, rechercher
Q Series / Dash 8
Image illustrative de l'article Bombardier Q Series

Constructeur Drapeau : Canada de Havilland Canada puis Bombardier
Équipage 2
Premier vol
Mise en service février 1989
Dimensions
Longueur 32,80 m
Envergure 28,40 m
Hauteur 8,30 m
Aire alaire 63,1 m2
Masse et capacité d'emport
À vide 17,185 t
Max. au décollage 29,260 t
Max. à l’atterrissage 28,010 t
Kérosène 6 616 L
Passagers 78
Motorisation
Moteurs 2 Pratt & Whitney Canada PW123A
Performances
Vitesse maximale 670 km/h
Autonomie 2 522 km
Altitude de croisière 8 230 m
Vitesse ascensionnelle 9 m/s

Le Bombardier Q Series ou de Havilland Canada DHC-8, aussi connu sous le nom de Dash 8 est un avion civil court-courrier doté de deux turbopropulseurs. Il fut développé au début des années 1980 par le fabricant de Havilland Canada et est produit actuellement par Bombardier Aéronautique qui a racheté la compagnie à Boeing en 1992.

Variantes[modifier | modifier le code]

Depuis le rachat de Havilland Canada, Bombardier Aéronautique continue de produire le Dash 8. Depuis 1996, un système actif de réduction de bruit et de vibrations est installé à bord, et l'avion est commercialisé sous le nom de Série Q (Q comme Quiet) : Q100, Q200, Q300 et Q400. Les avions de la série « Q » consomment moins de carburant et émettent moins de gaz. Le Q Séries a subi un certain nombre d'évolutions :

  • Séries 100 : première série, permettant de transporter 37 à 40 passagers, dont le premier vol eut lieu le et est entrée en service en 1984.
  • Séries 200 : appareil de type Séries 100 équipé de moteurs Pratt & Whitney Canada PW123 plus puissants
  • Séries 300 : modèle allongé de 3,4 m par rapport aux séries 100/200, la capacité atteint 50 à 56 passagers. Cette série est entrée en service 1989.
    • Q300A : version de série 300 dont la charge utile est augmentée.
  • Séries 400 : version allongée (longueur 32,80 m) pouvant accueillir 70 à 78 passagers, entrée en service en 2000. Envergure 28,40 m. Ses moteurs PW150A dotés de six pales sont nettement plus puissants que les précédents. Avec une vitesse de croisière maximale de 670 km/h le Bombardier Q400 est presque aussi rapide qu'un jet sur un trajet de moins d'une heure, tout en demandant moins de carburant. Cette série a souffert d'une faiblesse du train d'atterrissage chez SAS, ce qui a conduit à de nombreuses immobilisations fin 2007[1].
    • Q400-MR : version de guet aérien armé (GAAR) pour la lutte incendie. Il peut emporter 10 tonnes d'eau avec retardant et rêtre reconverti pour le transport de personnes (64 passagers) ou de fret (9 tonnes ou 14 palettes). Il convient autant pour contenir les limites latérales d'un feu que pour mettre en place des barrières de retardant. Sa grande capacité (10 tonnes de retardant) est contrebalancée par sa structure relativement faible : il n'est garanti que pour supporter une accélération de 2 g, alors que les normes françaises pour les avions bombardiers d'eau prévoient 3,25 g. Cet avion a été mis en service en France durant l'été 2005.
    • Q400CC : aussi surnommé Q400 Cargo Combi, cette version se distingue par la mise en place d'une soute de fret largement agrandie et située derrière la cabine passagers[2]. Elle offre un volume de 32 m3 contre 10 à 14 m3 pour les autres configurations et une charge utile de 3 720 kg. La cabine passagers est en conséquence réduite à 50 sièges contre 67 à 78 habituellement.
    • Version haute densité : aménagé pour accueillir jusqu'à 86 passagers contre 78 habituellement[3]. Trois versions existent : 82 passagers (76,2 cm d'espacement entre les sièges), 84 passagers (73,7 cm) et 86 passagers (73,7 cm).

Compagnies exploitant des Dash-8 et Q Series[modifier | modifier le code]

Numéro de série 24 338 348 352 358 455 494
Immatriculation N1000 N8300F N8300G N8300L N8300T N8200L N8200H

Incidents liés au Bombardier Dash 8[modifier | modifier le code]

Le , le Vol 5634 Lufthansa Cityline (en) reliant Brême à Charles de Gaulle s'écrase en approche finale à 1,8 km du seuil de la piste 28, tuant quatre des vingt-trois occupants de l'avion. L'enquête démontrera que les volets n'étaient pas sortis au moment de l'impact[14].

Le , le Vol 3407 Continental Airlines reliant Newark à Buffalo s'écrase en banlieue de Buffalo, faisant 50 morts. L'enquête a montré que la fatigue de l'équipage avait contribué à l'accident.

Le , le vol BE1284 opéré par Flybe, en provenance d'Edinburg, casse son train droit en tentant de se poser sur la piste 22 d'Amsterdam Schiphol. L’enquête est en cours.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) SAS grounds planes in safety fear - BBC News, 28 octobre 2007
  2. Léo Barnier, « Farnborough 2014 : Bombardier lance le Q400 combi », sur Air & Cosmos, .
  3. Léo Barnier, « DUBAI 2013 : Bombardier lance une nouvelle version du Q400 », sur Air & Cosmos, .
  4. Yann Cochennec, « Bombardier : deux clients chinois en trois jours », sur Air & Cosmos, .
  5. Léo Barnier, « DUBAI 2013 : Bombardier place six Q400 en Afrique », sur Air & Cosmos, .
  6. Léo Barnier, « DUBAI 2013 : l'aviation régionale en petite forme », sur Air & Cosmos, 22 nomvembre 2013.
  7. « Les très discrets Dash 8 de l’US Army », sur avions légendaires,
  8. a et b Léo Barnier, « Bombardier signe deux nouveaux contrats pour son Q400 », sur Air & Cosmos, .
  9. Yann Cochennec, « 6 Bombardier Dash 8 de plus pour la Sécurité Civile ? », sur Air & Cosmos, .
  10. « SpiceJet signe un contrat qui pourrait atteindre 50 Bombardier », sur Actualité Aéronautique Francophone, .
  11. « Un 11ème Bombardier Q400 rejoint la flotte Luxair », sur Actualité Aéronautique Francophone, .
  12. Jean-Baptiste Héguy, « Philippine Airlines reçoit son premier Q400 », sur Air & Cosmos, .
  13. Yann Cochennex, « Congo Airways va renforcer sa flotte », sur Air & Cosmos, .
  14. Rapport préliminaire relatif à l'accident survenu le 6 janvier 1993 sur l'aéroport de Roissy/Charles De Gaulle au DASH 8 immatriculé D-BEAT - Bureau enquêtes-accidents [PDF]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]