Tracker S-2FT

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tracker S-2FT de la sécurité civile française à Cazaux
Un Tracker S-2FT de la sécurité civile américaine larguant du retardant

Le Tracker S-2FT également appelé TurboFIRECAT est un avion bombardier d'eau.

Il s'agit d'une version dérivée de l'appareil de lutte anti-sous-marine Grumman S-2 Tracker, construit à l'origine pour l'US Navy dont le 1er vol remonte à décembre 1952.

Après leur retrait du service actif en 1976, des appareils déclassés furent rachetés par l'État de Californie pour être convertis en avion de lutte contre les incendies. La transformation est réalisée par la société canadienne Conair Aviation (en). C'est cette dernière qui affrète les Tracker de la sécurité civile française.

C'est un bi-turbopropulseur à aile haute, doté d'un train d'atterrissage tricycle. Les ailes sont repliables au sol. Les deux moteurs délivrent une puissance de 1 424 ch chacun permettant une vitesse de croisière de 300 km/h avec une autonomie de h 30. Il est piloté par une personne qui peut être assistée d'un copilote qui dispose des mêmes commandes de vol que le pilote.

Le réservoir de retardant a une capacité de 3 400 litres et comprend quatre soutes sélectionnables.

L'avion est équipé de deux turbopropulseurs Pratt & Whitney Canada PT6A-67AF à turbine libre, doté d'inversion de pas d'hélice, et développant 1 424 shp (1 509 eshp) jusqu'à ISA + 31 °C.

En France, les pilotes de Tracker sont d’anciens pilotes de chasse provenant soit de l’aéronautique navale soit de l’armée de l’air. En général les missions du Tracker s’effectuent à deux appareils en simultané. Ils sont déployés en général en première intervention lors des départs de feu, le largage de retardant et leur rapidité d'action aidant à la lutte de premier niveau, avant une éventuelle intervention de Canadair sur des sinistres plus étendus. Les Trackers sont retirés de la flotte de la sécurité civile depuis le [1].

Accidents[modifier | modifier le code]

Le , deux pilotes de la sécurité civile française ont été tués dans l'accident de leur avion Tracker bombardier d'eau qui s'est écrasé en Ardèche pendant une intervention contre un feu de forêt[2],[3].

Le le Tracker 22 de la sécurité civile française s'écrase à Générac lors d'une intervention sur un incendie dans le Gard tuant le pilote[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Lutte contre les feux de forêt : les Tracker basés à Nîmes retirés définitivement de la flotte de secours incendie », sur France 3 Occitanie (consulté le 26 avril 2020)
  2. Kitsune108, « Le vol du pélican », (consulté le 30 août 2017)
  3. Le Monde avec Reuters, « Le crash d'un Tracker en Ardèche tue deux pilotes », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  4. Incendie dans le Gard : un avion Tracker s'écrase à Générac, Francebleu.fr, 2 août 2019.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]