Beyrède-Jumet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Hautes-Pyrénées image illustrant les Pyrénées
Cet article est une ébauche concernant une commune des Hautes-Pyrénées et les Pyrénées.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Beyrède-Jumet
Vue de Beyrède.
Vue de Beyrède.
Blason de Beyrède-Jumet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Bagnères-de-Bigorre
Canton Neste, Aure et Louron
Intercommunalité Communauté de communes d'Aure
Maire
Mandat
Gilbert Rotge
2014-2020
Code postal 65410
Code commune 65092
Démographie
Gentilé Beyrèdois, Beyrèdoises
Population
municipale
192 hab. (2014)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 57′ 32″ nord, 0° 22′ 36″ est
Altitude Min. 635 m – Max. 1 924 m
Superficie 15,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Beyrède-Jumet

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Beyrède-Jumet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beyrède-Jumet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beyrède-Jumet

Beyrède-Jumet (en occitan gascon Veireda-Jumet) est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Beyrèdois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

 Beyrède-Jumet dans les Hautes-Pyrénées
Localisation de Beyrède-Jumet dans le département des Hautes-Pyrénées.
65 HP 00 7421.jpg
65 HP 00 7422.jpg
65 HP 00 7423.jpg

Commune située dans les Pyrénées en vallée d'Aure.
Le village est composé des hameaux de Beyrède et de Jumet situés à une altitude moyenne de 750 et 870 mètres. Ils se trouvent à quatre kilomètres d’Arreau, capitale historique de la vallée.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de Beyrède traverse le village d'ouest en est avant de se jeter dans la Neste et forme une partie de la limite nord avec la commune de Sarrancolin.
Le ruisseau de Meye Lègue traverse le village d'ouest en est avant de se jeter dans la Neste et forme une partie de la limite sud avec la commune d'Arreau.
La Neste traverse le village du sud au nord et forme la limite est avec les communes de Fréchet-Aure, d'Ilhet et de Camous.
Le ruisseau de l'Esperère traverse le village d'ouest en est avant de se jeter dans la Neste et le ruisseau du Mouné se jette dans le ruisseau de Beyrède.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Beyrède-Jumet et des proches communes.
Communes limitrophes de Beyrède-Jumet
Esparros, Hèches, Sarrancolin
Campan Beyrède-Jumet Ilhet, Camous, Fréchet-Aure
Aspin-Aure, Arreau

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Hautes-Pyrénées.

La commune jouit d'un climat montagnard caractérisé par des étés doux (température moyenne de 25 °C) et des périodes de beaux temps. Parfois des orages éclatent sous formes de fortes averses, imprévues et violentes. Quant aux hivers, ils sont frais ou froids avec des températures de 3 °C en moyenne, et souvent humides avec de fréquentes dépressions en provenance de l'Atlantique amenant de la pluie.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Vue de Jumet.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 175[1].
Parmi ces logements, 62.1  % sont des résidences principales, 30.5  % des résidences secondaires et 7.3  % des logements vacants.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Beyrède-Jumet au sud de Sarrancolin

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[2] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Beyrède[modifier | modifier le code]

Dénominations historiques :

Nom occitan : Veireda.

Jumet[modifier | modifier le code]

Dénominations historiques :

Nom occitan : Jumet.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jumet, d'abord commune du canton de Sarrancolin en 1790, est rattachée entre 1791 et 1801 à Beyrède.

Cadastre napoléonien de Beyrède-Jumet[modifier | modifier le code]

Le plan cadastral napoléonien de Beyrède-Jumet est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1946 mars 2001 Antoine Rumeau PCF  
mars 2001 en cours Gilbert Rotge    

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Sénéchaussée de Toulouse, élection de Comminges, canton de Sarrancolin (1790), d' Arreau (depuis 1801). Jumet, d'abord commune du canton de Sarrancolin en 1790, est rattachée entre 1791 et 1801 à Beyrède[4].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Beyrède-Jumet appartient à la communauté de communes d'Aure créée en décembre 2003 et qui réunit 10 communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 192 habitants, en diminution de -12,33 % par rapport à 2009 (Hautes-Pyrénées : -0,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
212 472 493 577 652 639 552 582 519
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
518 531 485 417 431 436 438 419 375
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
352 344 321 311 359 306 230 335 331
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
241 200 222 237 256 217 200 219 192
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'Église Saint-Martin de Beyrède.
L'Église Saint-Geniès de Jumet.
Le lavoir de Jumet.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Louis-Antoine de Pardaillan de Gondrin, 1er duc d'Antin (1711) fit ouvrir la carrière de marbre, mentionnée dans l'histoire du château de Versailles.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
d'azur à la chaîne de montagnes de même, les sommets enneigés d'argent, chargée de deux moutons arrêtés affrontés du même sur une terrasse ondée de sinople chargée d'un sabot aussi d'argent, au comble d'or chargé de quatre pals de gueules

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le Monument aux morts municipal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées - Michel Grosclaude, Jean-François Le Nail intégrant les travaux de Jacques Boisgontier - Conseil Général des Hautes-Pyrénées - Mission culture occitane - 4e trimestre 2000
  • Les sobriquets des villages aurois - Frantz-E. Petiteau - Editions Lacour - Cercle François Marsan - 3e trimestre 2003
  • Les vieilles inscriptions de la vallée d'Aure - Abbé François Marsan - Editions Lacour

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]