Beyrède-Jumet-Camous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Beyrede-Jumet-Camous)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Beyrède-Jumet-Camous
Beyrède-Jumet-Camous
Vue de Beyrède.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Bagnères-de-Bigorre
Canton Neste, Aure et Louron
Intercommunalité Communauté de communes Aure Louron
Code postal 65410
Code commune 65092
Démographie
Population
municipale
213 hab. (2016)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 57′ 32″ nord, 0° 22′ 36″ est
Altitude Min. 635 m
Max. 1 924 m
Superficie 19,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Beyrède-Jumet-Camous

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Beyrède-Jumet-Camous

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beyrède-Jumet-Camous

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beyrède-Jumet-Camous

Beyrede-Jumet-Camous est une commune nouvelle située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie, créée le [1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Beyrède-Jumet-Camous dans les Hautes-Pyrénées
Localisation de Beyrède-Jumet-Camous (en rouge) dans le département des Hautes-Pyrénées.
65 HP 00 7421.jpg
65 HP 00 7422.jpg
65 HP 00 7423.jpg
65 HP 00 7530.jpg

Localisation[modifier | modifier le code]

Village située dans les Pyrénées en vallée d'Aure en bordure de la route départementale 929, à une altitude moyenne de 600 mètres. Il se trouve à cinq kilomètres d’Arreau, capitale historique de la vallée.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Beyrède-Jumet-Camous[2]
Esparros Hèches Sarrancolin,
Ilhet
Campan Beyrède-Jumet-Camous Sarrancolin
Aspin-Aure Arreau Ardengost,
Fréchet-Aure

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Neste est le principal cours d'eau de la commune. Le ruisseau de l'Arrieu traverse Camous d'ouest en est avant de se jeter dans la Neste.
Le ruisseau de Beyrède traverse le village d'ouest en est avant de se jeter dans la Neste et forme une partie de la limite nord avec la commune de Sarrancolin.
Le ruisseau de Meye Lègue traverse le village d'ouest en est avant de se jeter dans la Neste et forme une partie de la limite sud avec la commune d'Arreau.
La Neste traverse le village du sud au nord et forme la limite est avec les communes de Fréchet-Aure, d'Ilhet et de Camous.
Le ruisseau de l'Esperère traverse le village d'ouest en est avant de se jeter dans la Neste et le ruisseau du Mouné se jette dans le ruisseau de Beyrède.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Hautes-Pyrénées.

La commune jouit d'un climat montagnard caractérisé par des étés doux (température moyenne de 25 °C) et des périodes de beaux temps. Parfois des orages éclatent sous formes de fortes averses, imprévues et violentes. Quant aux hivers, ils sont frais ou froids avec des températures de 3 °C en moyenne, et souvent humides avec de fréquentes dépressions en provenance de l'Atlantique amenant de la pluie.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Cette commune est desservie par la route départementale D929.

Logement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Beyrède-Jumet-Camous au sud de Sarrancolin

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[3] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Beyrède[modifier | modifier le code]

Dénominations historiques :

Nom occitan : Veireda.

Jumet[modifier | modifier le code]

Dénominations historiques :

Nom occitan : Jumet.

Camous[modifier | modifier le code]

Dénominations historiques :

Étymologie : probablement de Camon (= terrain fertile). Finale énigmatique.

Nom occitan : Camors.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une carrière de Beyrède, ouverte à l'initiative de Louis-Antoine de Pardaillan de Gondrin a fourni un marbre appelé « brèche d'Antin », qui fut le préféré de Louis XIV et fut utilisé pour de nombreuses cheminées au Château de Versailles, par exemple la cheminée monumentale du Salon d'Hercule.

Par un arrêté préfectoral du , la commune est créée au résultant du regroupement des communes de Beyrède-Jumet et Camous[1].

Cadastre napoléonien[modifier | modifier le code]

Les plans cadastraux napoléonien de Beyrède-Jumet et de Camous sont consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[4],[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Beyrède.
L'annexe de Camous.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Jusqu'aux prochaines élections municipales de 2020, le conseil municipal de la nouvelle commune est constitué de l'ensemble des conseillers municipaux des anciennes communes.

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
km2
Population
(dernière pop. légale)
Densité
hab./km2
Beyrède-Jumet
(siège)
65092 CC Aure Louron 15,9 188 (2016) 12
Camous 65122 CC des Véziaux d'Aure 3,29 25 (2016) 7,6

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
janvier 2019 En cours Gilbert Rotge   Maire de Beyrède-Jumet (2001-2018)

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Beyrède-Jumet : Sénéchaussée de Toulouse, élection de Comminges, canton de Sarrancolin (1790), d'Arreau (depuis 1801). Jumet, d'abord commune du canton de Sarrancolin en 1790, est rattachée entre 1791 et 1801 à Beyrède[6], fusion avec Camous le 1er janvier 2019.

Camous : Sénéchaussée d'Auch, pays des Quatre-Vallées, vallée d'Aure, canton de Sarrancolin (1790), d'Arreau (depuis 1801)[7], fusion de la commune avec Beyrede-Jumet le 1er janvier 2019.

Services publics[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle ne dispose plus d'école en 2018[9].

Santé[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le lavoir de Jumet.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Festivités[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Brice Blondel, « Arrêté portant création de la commune nouvelle de Beyrede-Jumet-Camous », Recueil des actes administratifs spécial n°65-2018-113,‎ , p. 23-27 (lire en ligne)
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2, notice BnF no FRBNF37213307).
  4. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Beyrède-Jumet en 1831
  5. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Camous en 1831
  6. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  7. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  8. « Liste des juridictions compétentes pour Beyrède-Jumet-Camous », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2015)
  9. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 14 janvier 2019).