Oleksiy Arestovytch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Oleksiy Arestovytch
Oleksiy Arestovych (cropped).jpg
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Олексій Миколайович АрестовичVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique
Bratstvo (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Grade militaire
Lieutenant-colonel (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée
Mark of Esteem Badge (d) ()
Silver Play Button
President's Award for Anti-Terrorist Operation Service (d)
Gold Play ButtonVoir et modifier les données sur Wikidata

Oleksiy Arestovytch (ukrainien : Олексій Миколайович Арестович) né le 3 août 1975 à Tsiteli-Tskaro en république socialiste soviétique de Géorgie en URSS, est un blogueur, acteur, journaliste politique et militaire et chroniqueur de médias en ligne ukrainien. Il est promu lieutenant-colonel des forces armées ukrainiennes en avril 2022[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Arestovytch naît à Tsiteli-Tskaro (aujourd'hui Dedoplistskaro) en république socialiste soviétique de Géorgie. Il est d'ascendance biélorusse et polonaise. Il termine en 1992 ses études à l'école n° 178 de Kiev, puis entre à la faculté de biologie de l'université Taras-Chevtchenko de Kiev. Il joue aussi à partir de 1993 au théâtre-atelier de Kiev, Le Carré noir et arrête finalement ses études de biologie. Il étudie également à l'institut d'infanterie militaire d'Odessa, obtenant un diplôme de traducteur[2]. Il sert de 1994 à 2005 au département du renseignement du ministère de la Défense d'Ukraine et atteint le grade de major[3],[4].

Durant les années 1990 et 2000, il continue à se produire sur les planches du théâtre Le Carré noir. Il tourne aussi des publicités et joue de petits rôles dans des séries télévisées comme Le Retour de Moukhtar (Повернення Мухтара), N'aie pas peur, je suis près (Не бійся, я поруч), Frère pour frère-2 (Брат за брата-2)...

Puis, il organise des séminaires et des entraînements en matière psychologique.

En 2007, il devient coorganisateur d'une compagnie de production de films, Aegis Artist Group[5].

En 2013, il participe régulièrement à l'émission télévisée Apprenez-nous à vivre sur la chaîne ICTV, en tant que psychologue familial et animateur des émissions[6],[7].

Début de carrière politique[modifier | modifier le code]

Il entre en 2005 au parti Fraternité (Братство, Bratstvo, en ukrainien), micro-parti d'opposition, et devient le numéro 2 de ce parti présidé par Dmitri Kortchinski[8]. Les deux hommes lancent au début de l'année 2009 une initiative populaire intitulée « Débarrassez-vous de tous » (Геть усіх) dont le but est de forcer le pouvoir à résoudre les problèmes des petites et moyennes entreprises et du transport routier[9].

En juillet 2009, il est nommé directeur adjoint de l'administration de district du conseil municipal d'Odessa[10], et démissionne de son poste trois mois plus tard[11].

Activités après 2014[modifier | modifier le code]

Après la révolution ukrainienne de 2014, il commence à apparaître comme expert militaire dans les différents médias ukrainiens et participe à des entretiens sur des sujets politico-militaires à la télévision, ainsi que dans des journaux, sur des radios et des sites Internet du pays. Il publie aussi régulièrement ses analyses sur Facebook et YouTube[12].

Il s'engage en 2014 comme volontaire dans la guerre du Donbass[13], s'investissant en particulier dans la préparation de formations militaires dans le cadre du programme « Le réserviste populaire », notamment des formations à des opérations psychologiques concernant le théâtre militaire du Donbass (2014-2017)[14].

De septembre 2018 à septembre 2019, il est engagé dans le conflit militaire et sert près de Kramatorsk où se trouve le quartier général des forces de l'est de l'Ukraine, dans la 72e brigade mécanisée, en tant qu'agent de renseignement[4].

Le , le directeur de cabinet de la présidence de la République, Andreï Yermak, le nomme conseiller des questions de communications stratégiques dans le domaine de la sécurité nationale et de l'armement[15].

Blogueur particulièrement suivi sur Internet en Ukraine, il compte plus d'un million d'abonnés sur Facebook et YouTube[16]. Après le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022, il est chargé de la propagande militaire à destination de la population ukrainienne.

En août 2022, Arestovytch annonce qu'il envisagerait une candidature à la prochaine élection pour la présidence de l'Ukraine si Volodymyr Zelensky ne se présentait pas pour un second mandat[17],[18].

Depuis 2022, le site Myrotvorets (en), qui liste nommément, parfois avec leurs adresses, des personnes considérées comme ennemies de la nation ukrainienne[19] (plusieurs d'entre elles ont d'ailleurs été assassinées, comme le journaliste ukrainien Oles Bouzina) a ajouté son nom à sa liste[20],[21].

Démission et licenciement[modifier | modifier le code]

Le , Arestovytch déclare que l'explosion qui a suivi la frappe aérienne du 14 janvier 2023 à Dnipro et a détruit un immeuble résidentiel de plusieurs étages, tuant plus de 40 personnes avait été causée par une contre-attaque de la défense aérienne ukrainienne. Il s'en excuse le lendemain, mais retire ensuite ses excuses quelques heures plus tard[22]. La position officielle ukrainienne est qu'il s'agit d'un missile anti-navire Kh-22 tiré par la Russie qui a frappé le bâtiment[23]. Les personnes qui vivaient dans l'immeuble rejettent également la version des événements d'Arestovytch[24]. Le , le secrétaire de presse du président russe Vladimir Poutine et porte-parole de la fédération de Russie, Dmitri Peskov réfute l'implication russe dans le bombardement et se réfère aux explications d'Arestovytch du 14 janvier sur ce qui s'est passé à Dnipro[25]. Le même jour, divers députés ukrainiens préparent un appel collectif au Service de sécurité d'Ukraine (SBU) concernant les déclarations d'Arestovytch du 14 janvier[26]. Du fait de l'indignation concernant ses commentaires, ce dernier présente sa démission le [27]. Le Bureau du président de l'Ukraine accède à sa demande le jour même[28].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il se marie une première fois et a une fille, puis divorce. Il se marie en secondes noces en 2015 avec Anastasia Gribanova, directrice du développement dans une maison d'édition, dont il a un fils[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (uk) Article du 3 avril 2022.
  2. (ru) « Увернуться от укуса кобры — DSnews.ua », sur www.dsnews.ua,‎ (consulté le ).
  3. (uk) « Спікером української делегації з питань Донбасу став Арестович », sur ua-news.liga.net, Лига.net,‎ .
  4. a et b (uk) Олексій Арестович (речник ТКГ) у Рандеву з Яніною Соколовою, YouTube, 21 novembre 2020.
  5. (ru) « Арестовича назначили советником в украинской делегации ТКГ », sur 24tv.ua, 24 канал,‎ .
  6. (uk) « Блог > Олексій Арестович - «Навчіть нас жити» — Соціальне реаліті-шоу, психологічна допомога родинам », sur web.archive.org,‎ (consulté le ).
  7. (uk) Инна Долженкова, « Не вчіть нас жити! », sur detector.media,‎ (consulté le ).
  8. (ru) Русская линия / Библиотека периодической печати / Одна днепровская купель.
  9. (ru) « Общественное движение "" в феврале проведет акции гражданского неповиновения в Сумах, Одессе и Киеве », sur Интерфакс-Украина (consulté le ).
  10. (ru) « Замглавы Приморской райадминистрации Одессы стал человек с говорящей фамилией », sur timer-odessa.net (consulté le ).
  11. (uk) « Розпорядження Одеського міського голови №1146/К-01 р від 08.09.2009р. », sur www.omr.gov.ua.
  12. (ru) Олег Павлюк, « В украинской делегации ТКГ в Минске появился спикер. Им стал военный обозреватель и актёр Алексей Арестович », sur hromadske.ua, Громадське ТВ,‎ .
  13. (uk) « «Є свідки»: Арестович заявив про 33 свої бойові виходи у зоні ООС, але розкрити подробиці відмовився », sur nv.ua (consulté le ).
  14. (uk) Як «янголи Тайри» рятують життя на передовій: розповідь легендарного парамедика.
  15. (ru) « Ермак назначил Арестовича своим внештатным советником », sur pravda.com.ua, Украинская правда,‎ .
  16. (ru) « Факты ICTV запускают голосование ТОП-100 блогеров Украины 2019 », sur ФАКТЫ ICTV,‎ (consulté le ).
  17. (ru) « Arestovytch a déclaré son intention de se présenter à la présidence de l'Ukraine », Новости,‎ (consulté le )
  18. (ru) « Arestovytch affirme être prêt à participer à l'élection à la présidence de l'Ukraine (Арестович заявил о готовности баллотироваться в президенты Украины (видео)) », sur FOKUS (ФОКУС),‎ (consulté le )
  19. « Qu’est-ce que la plateforme Myrotvorets, présentée comme la «liste des personnes à abattre» des autorités ukrainiennes ? »,
  20. (ru) « Arestovytch inscrit sur la liste Myrotvorets(Aрестовича внесли в базу "Миротворець") », Novynarnia / Новинарня,‎ (consulté le )
  21. (ru) « Арестович загримів у "Миротворець" », Unitaire,‎ (consulté le )
  22. (uk) « M. Arestovitch a justifié ses propos concernant l'explosion à Dnipro due à la défense aérienne ukrainienne, mais retire ses excuses », sur [Agence de presse ukrainienne], (consulté le )
  23. (uk) « Le Bureau du Procureur général a nommé l'unité de la fédération de Russie, qui a lancé une fusée à la maison à Dnipro », (consulté le )
  24. (en) Viktoriia Roshchyna, « "La haine pour la Russie est plus forte que la peur". Un rapport de Dnipro, où les forces russes ont attaqué un immeuble », articles/2023/01/15/7384972/, Ukrainska Pravda, (consulté le )
  25. (en) « Le Kremlin réfute les accusations d'attaque au missile sur un immeuble d'appartements à Dnepropetrovsk », sur TASS (consulté le )
  26. (en) « Des députés préparent un appel à la SSU contre Arestovytch à cause de sa déclaration sur l'explosion à Dnipro », (consulté le )
  27. (uk) « Арестович звільняється з ОП після скандального коментаря про ракету у Дніпрі », sur ipress.ua (consulté le )
  28. (en) « Le bureau du président démet Arestovych de son poste de conseiller », [Ukrainska Pravda] (consulté le )