Antoine Crozat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Crozat.
Antoine Crozat
Portrait d'Antoine Crozat (1655-1738), portant le collier de l'Ordre du Saint-EspritHuile sur toile de Alexis Simon Belle, Musée national du château de Versailles
Portrait d'Antoine Crozat (1655-1738), portant le collier de l'Ordre du Saint-Esprit
Huile sur toile de Alexis Simon Belle, Musée national du château de Versailles

Titre Marquis du Chatel
Autre titre Seigneur de Vaudeuil (1711),
Baron de Thiers (1714)
Seigneur de Montcornet (1720)
Successeur Louis François Crozat
Distinctions Ordre du Saint-Esprit
Autres fonctions Financier
Biographie
Dynastie Famille Crozat
Surnom Le Riche
Naissance vers 1655
Toulouse
Décès (à 83 ans)
Paris
Père Antoine Crozat, seigneur de Préserville
Mère Catherine de Saporta
Conjoint Marguerite le Gendre d'Armeny
Enfants Louis François Crozat
• Marie-Anne
Joseph-Antoine Crozat
Louis Antoine Crozat

Orn ext Marquis OSE.svg
Blason fam fr Crozat.svg

Antoine Crozat, marquis du Chatel, né vers 1655 à Toulouse et mort le à Paris, est un financier français des XVIIe et XVIIIe siècles. Il est l'acteur français le plus important de la traite négrière, le premier propriétaire de la Louisiane et la première fortune de France à la fin du règne de Louis XIV. Il fut le « plus riche homme de Paris », selon Saint-Simon.

Une ascension à l'ombre de Pennautier et de la ferme du tabac[modifier | modifier le code]

Antoine Crozat est le fils de Marc-Antoine Crozat, seigneur de la Bastide, marchand-banquier originaire de Castres et capitoul de Toulouse en 1674 et 1684, ex-protestant, repenti, devenu membre du consistoire en 1685, ami de Paul Pellisson et conseiller de Fouquet dans les années 1650, marié en 1654 avec Catherine de Saporta et décédé en 1690[1]. Il est le frère de Pierre Crozat dit « le pauvre ».

Antoine devient secrétaire, à l'âge de 17 ans, de Pierre Louis Reich de Pennautier, l'un des acteurs de l'affaire des poisons, puis caissier. Comme Pennautier, il deviendra à son tour trésorier des États de Languedoc.

Les deux hommes ont eu chacun leur hôtel particulier (ou leur parcelle) sur la Place Vendôme, qui peuvent toujours être admirés:

  • Au numéro 17, l'Hôtel Crozat, l'un des plus anciens de la place, construit avant 1703, par Pierre Bullet pour Antoine Crozat, acquéreur du terrain dès 1700 et qui y vécut avec son épouse jusqu'en 1738,
  • Au numéro 19, l'Hôtel d'Évreux, sur une parcelle vendue en 1700 à Pennautier, qui le 5 août 1706 céda le terrain et sa charge à Antoine Crozat, qui porta l'année suivante la parcelle à 3 800 mètres carrés et fit construire l'hôtel par Pierre Bullet pour y loger sa fille, alors âgée de douze ans, et son gendre, Louis Henri de La Tour d'Auvergne, comte d'Évreux. Au même moment, l'enceinte de Paris est élargie et la porte de Richelieu rasée, les remparts étant déplacés plus au nord, sous la forme d'un large boulevard de terre bordé d'ormes et il se fait aussi construire en 1704 l'Hôtel de Choiseul (Paris) à l'extrémité de la rue de Richelieu, ainsi prolongée[2].

Il fit partie dès 1675, à vingt ans, du consortium de financiers qui rachète la ferme du tabac[3] à la Marquise de Maintenon[3].

Cette toute nouvelle ferme du tabac a le monopole sur les 2,5 millions de livres de tabac vendus chaque année par Saint-Domingue. Elle abaisse le prix d'achat aux planteurs et relève le prix de vente, pour augmenter la rentabilité. Revers de la médaille, la production baisse et les acheteurs préfèrent le tabac concurrent, du Maryland, de Virginie et de la nouvelle colonie de Caroline fondée par des planteurs jacobites venus de la Barbade. Ces trois nouvelles régions de production, encore naissantes, en profitent pour supplanter complètement le tabac des îles françaises.

Il achète, en 1682, l'office de receveur des tailles du diocèse de Saint-Papoul, qu'il fil exercer par son frère, et devint en 1689 receveur général de la généralité de Bordeaux.

En 1701, il dirige la compagnie de Guinée[modifier | modifier le code]

La création en 1680 d'une ferme générale étend son influence. Antoine Crozat estime que le commerce du sucre, plus rentable que le tabac, doit dominer à Saint-Domingue. Dès 1701 il dirige la Compagnie de Guinée, créé en 1685 par Louis XIV, l'une des plus importantes sociétés de la traite négrière entre Nantes et Saint-Domingue, où il est associé avec la société Grou et Michel. En 1701, Louis XIV lui avait confié la mission d'intensifier l'activité de cette compagnie. Il la réussit, se débarrassant définitivement des planteurs de tabac qui entravaient l'essor du sucre. En 1706, il acheta sa charge de receveur général du clergé de France et construit deux hôtels aux nos 17 et 19 place Vendôme.

Le premier actionnaire de la Louisiane[modifier | modifier le code]

Louis XIV lui accorde ensuite en 1712 le privilège du commerce de la Louisiane française, où vivaient des « gens de couleur » ayant fui Saint-Domingue, des boucaniers et des trappeurs. Premier propriétaire privé et directeur de la colonie de 1712 à 1717, il y est actionnaire à hauteur de 0,6 à 0,7 million de livres[4] et cherche des métaux précieux. Crozat obtint le privilège d'y faire venir chaque année un bateau de Noirs, et le monopole de la traite pour les Espagnols. Mais l'introduction d'esclaves déclenche l'inquiétude des Amérindiens avec lesquels commercent les trappeurs au Nord du Mississippi et une multiplication de conflits très violents, préludes au massacre du 28 novembre 1729, dit "massacre de Natchez", puis à la guerre de Sept Ans, qui commence en 1756.

Par ailleurs, les trappeurs canadiens l'accusent de relever le prix des fourrures, dont il a le monopole de la vente, et de les leur acheter à un prix trop bas[5] et de gâcher ainsi le formidable atout commercial qu'est le Mississippi.

Épuisé par ses avances, dépassant 1 250 000 livres, trompé dans son espoir d’ouvrir des communications avec le Mexique, il accepte l'idée que la Louisiane n'est pas une entreprise rentable, d'autant que ses affaires sont plus florissantes à Saint-Domingue.

Une dette fiscale de 6,6 millions de livres à la mort de Louis XIV[modifier | modifier le code]

La mort, en 1715, de Louis XIV le prive d'un soutien majeur. La taxe à laquelle il est assujetti en 1716 s'élève à 6 600 000 livres, selon le Journal de l'avocat Barbier (février 1723)[6]. C'est pour acquitter une dette vis-à-vis de l'État qu'il doit effectuer des cessions[7]. Crozat restitue en 1717 à la Couronne de France les privilèges accordés en 1712[8].

La Louisiane est récupérée par le banquier écossais John Law, qui obtient le la rétrocession des privilèges de la Compagnie de Louisiane et de la ferme du tabac pour créer le système de Law, destiné à convertir l'énorme dette du royaume en actions de la Compagnie d'Occident qui devient bientôt la Compagnie du Mississippi, au capital de 100 millions de livres, réparti en 200 000 actions payables en emprunts d'État. Law rachète aussi de force la ferme des impôts indirects aux frères Pâris[7]. Le Système de Law et ses spéculations se déroulent rue Quincampoix à Paris.

Dans la ligne de la décision de Crozat de se concentrer sur Saint-Domingue, les Français cèderont en 1764, après la guerre de Sept Ans, le Canada et l'immense Louisiane, afin de conserver la partie ouest de Saint-Domingue et sa très rentable industrie du sucre.

La rive ouest du Mississippi revient aux Espagnols, l'autre est cédée aux anglais, ouvrant la voie à la spéculation immobilière et la conquête de l'Ouest vingt ans plus tard. Les généraux américains de la guerre d'indépendance violeront en effet l'engagement anglais de ne pas coloniser l'Ouest des Appalaches, donné en gage à leurs alliés indiens lors de la guerre de Sept Ans.

De 1715 à 1724, il exerça aussi les fonctions de trésorier de l'Ordre du Saint-Esprit.

En 1726 après la fusion des fermes existantes, Antoine Crozat est devenu un des quarante fermiers généraux de la ferme générale.

Les difficultés du Canal de Picardie[modifier | modifier le code]

Crozat est placé en 1724 à la tête de la compagnie créée par Gagnard de Marcy, en vue d'ouvrir le canal de Picardie, qui devait réunir Saint-Quentin sur la Somme à Chauny sur l’Oise. Il obtint en la concession perpétuelle, mais les travaux prirent du retard. Seule fut achevée la partie comprise entre Saint-Quentin et Pont, mise en service en 1738, l'année de la mort d'Antoine Crozat. Elle ne rapporta même pas de quoi payer l'entretien du canal.

Parmi ses héritiers, la duchesse de Choiseul était l'épouse d'un ministre de Louis XV. En 1767, le canal de Picardie est rattaché aux biens de la couronne, ses héritiers recevant une indemnité égale aux sommes avancées, 3 millions de livres. Une rue Crozat reconnaît son œuvre à Saint-Quentin[9].

C'est pour sa fille que l'abbé A. Le François rédigea la géographie élémentaire connue sous le nom de Géographie de Crosat. Avec son frère Pierre Crozat, il finance les œuvres d'Antoine Watteau et d'artistes rococo, en accumulant une importante collection privée.

Armoiries[modifier | modifier le code]

De gueules, au chevron d'argent, acc. de trois étoiles du même[10],[11].

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Portrait de Mme Crozat (1670-1742) par Joseph Aved (exposé au Salon de 1741)
Montpellier, Musée Fabre

Antoine Crozat épouse Marguerite le Gendre d'Armeny en 1690. De cette union naissent :

  • Joseph-Antoine Crozat († 1750), qui épousa Catherine Amelot de Gournay, sans enfant ;
  • Louis François Crozat (1691-1750), marquis du Châtel, fut secrétaire du Roi en 1741. En 1722, il avait épousé Marie-Thérèse de Gouffier, décédée en 1746, fille de Charles-Antoine de Gouffier, marquis d'Heilly. Une de leurs filles, Antoinette-Eustachie Crozat du Châtel (1728-1747) épousa en 1744 Charles-Antoine-Armand, marquis, puis duc de Gontaut. Elle eut avant son décès prématuré le temps de donner naissance à un fils Armand Louis de Gontaut-Biron, duc de Lauzun[12].
  • Louis Antoine Crozat, baron de Thiers, qui épousa Louise Augustine de Montmorency-Laval ;
  • Marie-Anne qui épousa Louis Henri de La Tour d'Auvergne, comte d'Évreux et fils de Marie Anne Mancini

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]