Chambre de justice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Chambre de justice était un tribunal extraordinaire apparu dès le Moyen Âge, puis chargé de poursuivre les financiers soupçonnés d'enrichissement à la mort de Louis XIV.

Histoire[modifier | modifier le code]

Juridiction spéciale apparue dès le Moyen Âge, la Chambre de justice était composée de magistrats de la Cour. L'une d'elles a eu lieu après l'arrestation du surintendant des finances, Nicolas Fouquet, en 1661. À la mort de Louis XIV, le régent Philippe d'Orléans (1674-1723), trouve les caisses de l’état vides. Il décide d'installer une commission ayant fonctions de tribunal, dans une salle du couvent des Augustins pour récupérer les montants dont auraient indûment bénéficié des favoris de Louis XIV.

L'édit de mars 1716 créa ainsi une Chambre de Justice, qui a pour mission de punir les exactions des «traitants et gens d'affaires», ainsi que les malversations des «officiers comptables, munitionnaires». Les banquiers sont les premiers visés.

Philippe d'Orléans (1674-1723) fait transférer des instruments de torture dans le couvent des Augustins. La chambre de justice torture 6 000 personnes pour récupérer leurs fortunes grandes ou petites[1]. Les délateurs des riches qui sont accusés de frauder pour s'enrichir reçoivent des primes. Les dénonciateurs recevraient un cinquième des amendes et confiscations.

Parmi les personnalités poursuivies, Claude François Paparel, conseiller du roi et trésorier de l'extraordinaire des guerres. La chambre de justice l'accuse aussi d'avoir prêté 1 600 000 livres aux ennemis de la France pendant la guerre de Succession d'Espagne[2]. Des scellés sont apposés sur ses biens, qui sont saisis en 1716, à la requête du conseiller général de la Chambre des Comptes, et mis en adjudication.

La Chambre de Justice engagea plusieurs procès criminels et prononça quelques condamnations aux galères et même à la peine de mort. Au début de 1717, le régent Philippe d'Orléans (1674-1723) décida que la Chambre de Justice avait accompli sa mission : elle fut dissoute le 22 mars 1717[3].

Quatre ans après la Chambre de justice est lancée en 1721 l'opération visa, sous la direction des frères Paris, et de Félix Le Peletier de La Houssaye, pour rétablir les finances de la France après le krach financier, consécutif au système de Law.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décadence de la monarchie, Par Eugène Pelletan, pages 237 et 238
  2. Chansonnier historique du XVIIIe siècle. Tome 2, Par Émile Raunié, p. 140 et 141
  3. « La Chambre de Justice de 1716 en Bretagne », par Henri Sée - Annales de Bretagne - 1930