Joseph-Antoine Crozat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph-Antoine Crozat
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
Activités
Magistrat, collectionneur d'artVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie

Joseph-Antoine Crozat, connu sous le nom de marquis de Tugny, né à Toulouse le , mort à Paris le , est un collectionneur d’art français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Second fils d’Antoine Crozat, Joseph-Antoine Crozat, maître des requêtes, lecteur de la chambre et du cabinet du roi, en 1719, enfin président aux enquêtes du Parlement de Paris, s’était consacré tout entier aux beaux-arts, dont il était grand amateur, comme son oncle, Pierre Crozat. Maître d’une fortune immense, il avait formé, depuis l’année 1683 jusqu’à sa mort. une riche collection de tableaux, dessins et pierres gravées en recueillant des chefs-d’œuvre de tous les grands maîtres, spécialement de l’école flamande.

Sa galerie de tableaux était célèbre. Non seulement Crozat possédait le plus beau cabinet du monde, mais encore il le fit graver à ses frais, comme un prince un recueil de gravures représentant les tableaux de sa collection, avec une notice sur les peintres, qu’il publia en 1729. Ce grand ouvrage qui porte encore aujourd’hui le titre de Cabinet de Crozat fut le guide suivi pour reconnaître les grands maîtres contestés. Après la mort de Crozat, le second volume fut publié en 1740 par Pierre-François Basan et Mariette sous les auspices de madame de Pompadour.

Ayant épousé Catherine Amelot de Gournay le , Crozat mourut sans laisser d’enfants. Sa collection est passée à son frère, le baron de Thiers, mort en 1770.

Sa collection qui fut vendue, avec celle de son oncle Pierre Crozat à Catherine II par l'intermédiaire de Diderot, a constitué le fonds principal du Musée impérial de l’Ermitage, à Saint-Pétersbourg.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Baptiste Honoré Raymond Capefigue, Madame la marquise de Pompadour, Paris, Amyot, 1858, p. 85.

Liens externes[modifier | modifier le code]