Joseph-Antoine Crozat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Joseph-Antoine Crozat, connu sous le nom de marquis de Tugny, né à Toulouse le , mort à Paris le , est un magistrat et collectionneur d’art français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Second fils d’Antoine Crozat, Joseph-Antoine Crozat, maître des requêtes, lecteur de la chambre et du cabinet du roi, en 1719, enfin président aux enquêtes du Parlement de Paris, s’est consacré en partie aux beaux-arts, dont il était amateur.

Il hérite en effet en 1740 de son oncle, Pierre Crozat, qui avait formé, depuis l’année 1683 jusqu’à sa mort une riche collection de tableaux, dessins et pierres gravées en recueillant des chefs-d’œuvre de tous les grands maîtres, spécialement des écoles italienne et flamande, ainsi que des peintres français contemporains. La cabinet de Pierre Crozat devient célèbre, car il le fait graver à ses frais, ajouté à celui d'autres collections privées, qu’il fit publier en 1729 avec Pierre-Jean Mariette et le comte de Caylus. Le Recueil Crozat est suivi d'un second volume publié en 1740 par Pierre-François Basan et Mariette sous les auspices de madame de Pompadour. Par testament, Pierre Crozat donne ses tableaux et sculptures à Joseph-Antoine, tandis que ses dessins et lapidaires sont vendus en 1741.

Joseph-Antoine Crozat épouse Catherine Amelot de Gournay le , mais ne laisse pas d’enfants. Sa collection passe donc à son frère, Louis Antoine Crozat, baron de Thiers.

Il est également connu pour avoir donné des concerts fameux chez lui et constitué une belle bibliothèque de musique, dispersée en 1751.

La collection Crozat finira en 1771 vendue à Catherine II par l'intermédiaire de Diderot, et constitue le premier fonds du Musée impérial de l’Ermitage, à Saint-Pétersbourg.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Baptiste Honoré Raymond Capefigue, Madame la marquise de Pompadour, Paris, Amyot, 1858, p. 85.
  • Catalogue des livres de Monsieur le président Crozat de Tugny. Dont la vente qui se fera au commencement du mois d'août 1751, au plus offrant et dernier enchérisseur, sera indiquée par affiches. Paris : Thiboust, 1751. 8°, 442 p. pour 5002 lots. Numérisé sur Gallica.

Liens externes[modifier | modifier le code]