Épître de Barnabé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec l'Évangile (apocryphe) de Barnabé.
image illustrant la Bible
Cet article est une ébauche concernant la Bible.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L'Épître de Barnabé est une œuvre chrétienne du début du IIe siècle. Écrite en langue grecque, elle figure dans le Nouveau Testament du Codex Sinaiticus du IVe siècle. Elle ne figure pas dans le Nouveau Testament aujourd'hui.

Auteur[modifier | modifier le code]

Cette épître est traditionnellement attribuée au chef du premier voyage missionnaire que Paul de Tarse a effectué, selon les Actes des Apôtres, parfois désigné sous le nom de « Barnabé d'Alexandrie ». Barnabè est un personnage de rang quasi-apostolique lié à l'église de Jérusalem, puis à celle d'Antioche, qui outre l'évangélisation des territoires mentionnés dans les Actes des Apôtres, pourrait avoir évangéliser Alexandrie et l'Égypte avec son cousin Marc à qui est attribué l'évangile qui porte son nom. Toutefois certains l'attribuent à un Père apostolique qui aurait porté le même nom.[réf. nécessaire] Il est de toute façon fort probable que comme la plupart des autres textes chrétiens, y compris ceux figurant dans le Nouveau Testament, cette attribution à Barnabé soit pseudépigraphique.

L'épître se centralise principalement sur un point de vue antijudaïque[réf. nécessaire], insistant sur la non-nécessité de certaines pratiques juives comme la circoncision.

Datation[modifier | modifier le code]

Elle a été écrite après la destruction du Second Temple en 70, car elle fait référence à cet événement (chap. XVI.)[1], et avant la révolte de Bar Kochba en 132.

Elle est citée par Clément d'Alexandrie [2]. Origène la présente comme « une épître catholique » [3] et semble la classer parmi les écrits inspirés[4]. Eusèbe de Césarée, le premier, la range au nombre des livres contestés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "En effet, par suite de la guerre, le Temple fut détruit par leurs ennemis, et maintenant les serviteurs de ces ennemis le rebâtiront."
  2. Strom., II. 6, II. 7, …
  3. Cont. Cels., I, 63
  4. Com. Rom., I, 24

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]