Jean-Marie Salamito

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Marie Salamito
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Formation
Activité

Jean-Marie Salamito est un historien français, spécialiste de l'histoire du christianisme antique.

Cursus universitaire[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d'Ulm (L 1979), agrégé de lettres classiques et ancien membre de l’École française de Rome, il a enseigné l'histoire romaine à l'université Marc Bloch (Strasbourg II) et la patristique à l'université de Fribourg (Suisse). Il est actuellement professeur d’histoire du christianisme antique à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV), où il a succédé à Pierre Maraval. Directeur de la collection Bibliothèque augustinienne, il oriente ses recherches sur la patristique mais aussi sur certains aspects de la vie sociale pendant l'Antiquité tardive comme la vie carcérale.

Polémique médiatique[modifier | modifier le code]

À la suite de la diffusion sur la chaîne de télévision Arte de l'émission L'Apocalypse, réalisée par Jérôme Prieur et Gérard Mordillat, également auteurs de l'ouvrage Jésus sans Jésus, Jean-Marie Salamito a engagé une polémique avec les deux réalisateurs, les accusant notamment d'avoir déformé et isolé de leurs contextes des propos d'experts et des citations d'auteurs, dans une perspective anti-chrétienne[1]. Cette thèse défendue également dans un compte rendu du livre par Maurice Sartre publié par Le Monde a suscité une tribune de protestation signée par plusieurs des chercheurs participants à la série, universitaires et spécialistes de la période dont Paul Veyne et Michel Tardieu (Collège de France) ainsi que par Pierre-Antoine Bernheim (Londres), Paula Fredriksen (Boston), Robin-Lane Fox (Oxford), Yves Modéran (Caen), Marco Rizzi (Milan) ou encore Guy Stroumsa (Jérusalem). Cette tribune a été publiée dans Libération le 18 mai 2009.

Engagement sociétal et politique[modifier | modifier le code]

Catholique[2], Jean-Marie Salamito milite depuis 2012 au sein du collectif La Manif pour tous. Il est notamment associé au mouvement des Veilleurs[3] et est un intervenant régulier du collectif (université d'été[4], radio[5], télévision[6], « Grenelle »[7]). Lors de ces interventions, il se défend de stigmatiser l'homosexualité, en se prononçant en faveur de l'union civile et pour la défense d'une vision traditionnelle de la famille. Contre une « certaine dictature de la Modernité », il appelle à « déconstruire la déconstruction ».

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Les Chevaliers de l'Apocalypse. Réponse à MM. Prieur et Mordillat. Lethielleux, Desclée de Brouwer, 2009.
  • Les virtuoses et la multitude. Aspects sociaux de la controverse entre Augustin et les pélagiens. Jérôme Millon, coll. « Nomina », Grenoble, 2009.
  • Monsieur Onfray au pays des mythes, Salvator, mai 2017 (ISBN 978-2-7067-1541-9).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]