Persécution des chrétiens dans la Rome antique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant le christianisme
Cet article est une ébauche concernant l’histoire et le christianisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La persécution des chrétiens sous l'Empire romain dura jusqu'au IVe siècle, de manière plus ou moins importante.

Premières communautés et situation de départ[modifier | modifier le code]

Principales causes de la persécution[modifier | modifier le code]

Aperçu général des persécutions[modifier | modifier le code]

Claude (41-54)[modifier | modifier le code]

En l'an 38, la religion juive est interdite en Italie. En l'an 49, dans un édit de l'empereur, les chrétiens sont assimilés à des juifs. À ce titre, ils sont également persécutés.

Ainsi lors de troubles à Alexandrie l'empereur menace-t-il les Juifs et donc indirectement les chrétiens :

« S'ils ne suivent pas mes ordres, je les poursuivrai par tous les moyens possibles les considérant comme introduisant une épidémie qui se répand sur tout le monde.[1] »

Néron (64-68)[modifier | modifier le code]

Domitien (81-96)[modifier | modifier le code]

Trajan (98-117)[modifier | modifier le code]

IIe siècle[modifier | modifier le code]

Marc Aurèle (161-180)[modifier | modifier le code]

Septime Sévère (193-211)[modifier | modifier le code]

Maximin le Thrace (235-238)[modifier | modifier le code]

Dèce (249-251)[modifier | modifier le code]

Valérien (253-260)[modifier | modifier le code]

Aurélien (270-275)[modifier | modifier le code]

Dioclétien et Galère (303-311)[modifier | modifier le code]

Fin de la persécution[modifier | modifier le code]

Constantin[modifier | modifier le code]

Passage à une religion d'État[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Historiens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Römisches Recht, Ein Lesebuch, P. Charwath, p. 540, Google Books

Articles connexes[modifier | modifier le code]