Élections au Parlement de Catalogne de 2017

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections au Parlement de Catalogne de 2017
135 députés au Parlement de Catalogne
(majorité absolue : 68 sièges)
Type d’élection Élections parlementaires régionales
Corps électoral et résultats
Inscrits 5 554 455
Votants 4 392 891
79,09 %  +4,1
Votes exprimés 4 376 799
Votes blancs 19 431
Votes nuls 16 092
Dobles grados de las facultades de Derecho y Empresariales (34543100771) (cropped) 4.jpg Ciutadans – Inés Arrimadas
Voix 1 109 732
25,35 %
 +7,5
Députés élus 36  +11
Carles Puigdemont 2017 (cropped).jpg Ensemble pour la Catalogne – Carles Puigdemont
Voix 948 233
21,66 %
Députés élus 34  +5
Marta rovira verges.jpg ERC-CatSí – Marta Rovira
Voix 935 861
21,38 %
Députés élus 32  +11
Miquel Iceta 2015a (cropped).jpg PSC – Miquel Iceta
Voix 606 659
13,86 %
 +1,1
Députés élus 17  +1
Presentació de la candidatura (23106244771).jpg CatComú-Podem – Xavier Domènech
Voix 326 360
7,46 %
 −1,5
Députés élus 8  −3
Carles Riera a un miting per a l'1-O a Sant Cugat 02 (cropped).jpg CUP – Carles Riera
Voix 195 246
4,46 %
 −3,8
Députés élus 4  −6
Xavier García Albiol 2017 (cropped).jpg PP – Xavier García Albiol
Voix 185 670
4,24 %
 −4,3
Députés élus 4  −7
Résultats par circonscription
Carte
XIIe législature du Parlement
Diagramme
Président de la généralité de Catalogne
Sortant Élu
Vacant[N 1] Quim Torra
Ind.

Les élections au Parlement de Catalogne de 2017 (en catalan : eleccions al Parlament de Catalunya de 2017, en espagnol : elecciones al Parlamento de Cataluña de 2017, en occitan : eleccions ath Parlament de Catalonha de 2017) se tiennent le , afin d'élire les 135 députés de la XIIe législature du Parlement, pour un mandat de quatre ans.

À l'issue du scrutin, dont la participation atteint le record de 82 %, le bloc des formations indépendantistes (Ensemble pour la Catalogne, Gauche républicaine de Catalogne et Candidature d'unité populaire) arrive en tête avec 47,5 % des voix et conserve la majorité au Parlement avec 70 sièges, tandis que le bloc unioniste (Ciutadans — parti arrivé en tête —, Parti populaire catalan et Parti des socialistes de Catalogne) totalise 43,5 % des voix et obtient 57 sièges. La coalition CatComú-Podem qui défend l'idée d'un référendum sur l'indépendance sans se positionner pour ou contre celle-ci et affirme la prévalence de la défense des droits sociaux sur la question indépendantiste, obtient quant à elle 7,5 % des voix et huit sièges.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le , consécutivement à la validation des mesures présentées dans le cadre de l'article 155 de la Constitution espagnole par le Sénat, le président du gouvernement Mariano Rajoy destitue l'ensemble du gouvernement de Carles Puigdemont et impose la tenue d'un scrutin législatif régional le jeudi . Conformément aux dispositions de la loi organique sur le régime électoral général (LOREG), la loi électorale espagnole, un minimum de 54 jours doit s'écouler — la période séparant les samedi et jeudi  — entre la publication du décret royal portant convocation des élections au Bulletin officiel de l'État et la tenue des élections en question.

Le , le Parti démocrate européen catalan (PDeCAT) et la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), les deux principaux partis politiques soutenant l'indépendance catalane, annoncent à quelques heures d'intervalle qu'ils participeront aux élections. Le porte-parole d'ERC Sergi Sabrià qualifie cependant ce scrutin d'« illégitime » et la coordonnatrice générale du PDeCAT Marta Pascal indique que leur participation est uniquement destinée à « défendre les institutions catalanes »[1].

Enjeux[modifier | modifier le code]

Le Parlement de Catalogne est la législature décentralisée et monocamérale de la communauté autonome de Catalogne, dotée d'un pouvoir législatif en matière régionale tel que défini par la Constitution espagnole et le Statut d'autonomie de la Catalogne, ainsi que de la capacité de voter la confiance en un président de la Généralité ou de la retirer.

Dissolution du Parlement[modifier | modifier le code]

Le mandat du Parlement de Catalogne expire quatre ans après la date de son élection précédente, à moins qu'il n'ait été dissous plus tôt. Le président de la Généralité doit déclencher des élections quinze jours avant la date d'expiration des pouvoirs du Parlement, le jour des élections ayant lieu dans les quarante à soixante jours suivant la convocation. Les élections précédentes ont eu lieu le , ce qui signifie que le mandat de la législature aurait expiré le . L'élection devait être déclenchée au plus tard le , jusqu'au soixantième jour suivant la convocation, en fixant la date des élections législatives au plus tard au lundi .

Le président de la Généralité a néanmoins la possibilité de dissoudre le Parlement de Catalogne et de convoquer des élections à tout moment, à condition qu'aucune motion de censure ne soit en cours et que cette dissolution n'intervienne pas avant un an après la précédente. Si un processus d'investiture échoue à élire un président régional dans un délai de deux mois à compter du premier tour de scrutin, le Parlement est automatiquement dissous et une nouvelle élection déclenchée.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Circonscriptions Députés Carte
Barcelone 85 Nombre de députés par circonscription
Gérone 17
Lérida 15
Tarragone 18

Le Parlement est constitué de 135 députés élus pour une législature de quatre ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel d'Hondt à listes fermées par l'ensemble des personnes résidant dans la communauté autonome où résidant momentanément à l'extérieur de celle-ci, si elles en font la demande.

La Catalogne ne dispose pas de loi électorale propre ; il s'agit, dans ce cas, de la Loi organique du régime électoral général (LOREG) qui s'applique. Le décret de convocation répartit le nombre de sièges à pourvoir conformément à la deuxième disposition transitoire du statut d'autonomie de la Catalogne qui maintient en vigueur la deuxième alinéa de la quatrième disposition transitoire du statut de 1979 disposant que :

«  Les circonscriptions électorales seront les quatre provinces de Barcelone, Gérone, Lérida et Tarragone. Le Parlement de Catalogne sera intégré par 135 députés, desquels la circonscription de Barcelone élira un député pour 50 000 habitants, avec un maximum de 85 députés. Les circonscriptions de Gérone, Lérida et Tarragone éliront un minimum de six députés, plus un par tranche de 40 000 habitants, en s'attribuant respectivement 17, 15 et 18 députés. »

Comme dans toute l'Espagne, le vote blanc est reconnu et comptabilisé comme un vote valide. Il est par conséquent pris en compte pour déterminer si un parti a franchi ou non le seuil électoral. En revanche, conformément à l'article 96.5 de la LOREG, seuls les suffrages exprimés sont pris en compte pour la répartition des sièges à pourvoir.

Conditions de candidature[modifier | modifier le code]

La loi électorale prévoit que les partis, fédérations, coalitions et groupements électoraux sont autorisés à présenter des listes de candidats. Toutefois, les partis, fédérations ou coalitions qui n'ont pas obtenu de mandat au Parlement lors de l'élection précédente sont tenus d'obtenir au moins la signature de 0,1 % des électeurs inscrits au registre électoral de la circonscription dans laquelle ils cherchent à se faire élire, alors que les regroupements d'électeurs sont tenus d'obtenir la signature de au moins 1 % des électeurs. Il est interdit aux électeurs de signer pour plus d'une liste de candidats. En même temps, les partis et les fédérations qui ont l'intention d'entrer en coalition pour participer conjointement à une élection sont tenus d'informer la commission électorale compétente dans les dix jours suivant le déclenchement de l'élection.

Répartition des sièges[modifier | modifier le code]

Toute candidature qui n'a pas obtenu, au minimum, 3 % des suffrages valides — ce qui inclut les bulletins blancs — dans une circonscription n'est pas admise à participer à la répartition des sièges. La répartition se déroule de la manière suivante :

  • on ordonne les candidatures sur une colonne en allant de la plus votée à la moins votée ;
  • on divise le nombre de voix obtenues par chaque candidature par 1, 2, 3... jusqu'au nombre de sièges à pourvoir dans le but de former un tableau ;
  • on attribue les sièges à pourvoir en tenant compte des plus grands quotients selon un ordre décroissant ;
  • lorsque deux candidatures obtiennent un même quotient, le siège est attribué à celle qui a le plus grand nombre total de voix ; lorsque deux candidatures ont exactement le même nombre total de voix, l'égalité est résolue par tirage au sort et les suivantes de manière alternative.

Les sièges propres à chaque formation politique sont attribués aux candidats en suivant l'ordre de présentation sur la liste. En cas de décès, incapacité ou démission d'un député, le siège vacant revient au candidat ou, le cas échéant, au suppléant placé immédiatement derrière le dernier candidat élu de la liste.

Campagne[modifier | modifier le code]

Principaux partis[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file Résultat en 2015 Position
Autodétermination Déclaration d'indépendance Article 155 Statu quo constitutionnel et statutaire
Parti démocrate européen catalan Carles Puigdemont 39,6 % des voix
62 députés
Pour Pour Contre Contre
Gauche républicaine de Catalogne Marta Rovira Pour Pour Contre Contre
Ciutadans Inés Arrimadas 17,9 % des voix
25 députés
Contre Contre Pour Pour
Parti des socialistes de Catalogne Miquel Iceta 12,7 % des voix
16 députés
Contre Contre Pour Contre
Catalogne en commun Xavier Domènech 8,9 % des voix
11 députés
Pour Contre Contre Contre
Parti populaire catalan Xavier García Albiol 8,5 % des voix
11 députés
Contre Contre Pour Pour
Candidature d'unité populaire Anna Gabriel 8,2 % des voix
10 députés
Pour Pour Contre Contre
Parti Chef de file Résultat en 2015
Ensemble pour la Catalogne Carles Puigdemont 39,6 % des voix
62 députés
(Ensemble pour le oui)
Gauche républicaine - Catalunya Sí (ERC-CatSí) Marta Rovira
Ciutadans (Cs) Inés Arrimadas 17,9 % des voix
25 députés
Parti des socialistes de Catalogne (PSC) Miquel Iceta 12,7 % des voix
16 députés
Catalogne en commun-Podem (CatComú–Podem) Xavier Domènech 8,9 % des voix
11 députés
Parti populaire catalan (PP) Xavier García Albiol 8,5 % des voix
11 députés
Candidature d'unité populaire (CUP) Carles Riera 8,2 % des voix
10 députés

Sondages[modifier | modifier le code]

Les résultats des sondages sont présentés dans le tableau ci-dessous par ordre antéchronologique. La colonne +/- indique l'écart en points de pourcentage entre les deux premiers partis testés. Pour obtenir la majorité absolue au Parlement de Catalogne, 68 sièges sont nécessaires.

Sondages en vue des élections au Parlement de Catalogne de 2017.

En voix[modifier | modifier le code]

Projections en sièges[modifier | modifier le code]

Résultats[modifier | modifier le code]

Participation[modifier | modifier le code]

Taux de participation aux élections au
Parlement de Catalogne
Taux de participation En 2015 En 2017 Différence
à 13 heures 35,10 % 34,69 %  −0,41
à 18 heures 63,12 % 68,32 %  +5,2
clôture 74,95 % 81,94 %  +6,99

Voix et sièges[modifier | modifier le code]

Total régional[modifier | modifier le code]

Résultats des élections autonomiques de 2017 en Catalogne
Partis Voix % +/− Sièges +/−
Ciutadans (Cs) 1 109 732 25,35  +7,45 36  +11
Ensemble pour la Catalogne (JuntsxCat) 948 233 21,66 Nv 34  +4
Gauche républicaine - Catalunya Sí (ERC-CatSí) 935 861 21,38  +7,68 32
Parti des socialistes de Catalogne (PSC) 606 659 13,86  +1,14 17  +1
Catalogne en commun-Podem (CatComú-Podem) 326 360 7,46  −1,48 8  −3
Candidature d'unité populaire (CUP) 195 246 4,46  −3,75 4  −6
Parti populaire catalan (PPC) 185 670 4,24  −4,25 4  −7
Autres 49 607 1,13  −2,5 0  0
Blanc 19 431 0,44  −0,09
Total 135 Steady.svg
Votes Nombre Pourcentages
Votants Inscrits
Votes nuls 16 092 0,37 0,29
Votes valides 4 376 799 99,63 78,80
Participation 4 392 891 100,00 79,09
Abstention 1 161 564 20,91
Inscrits 5 554 455 100,00

Par circonscription[modifier | modifier le code]

Circonscriptions Barcelone Gérone Lleida Tarragone
Sièges 85  0 17  0 15  0 18  0
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
Inscrits 4 156 309 100,00 517 885 100,00 313 918 100,00 566 343 100,00
Abstentions 859 509 20,68 107 919 20,84 71 861 22,89 122 275 21,59
Votants 3 296 800 79,32 409 966 79,16 242 057 77,11 444 068 78,41
Nuls 10 925 0,33 1 863 0,45 1 002 0,41 2 302 0,52
Exprimés 3 271 712 99,67 406 270 99,55 239 714 99,44 444 068 99,48
Partis Voix % Sièges +/− Voix % Sièges +/− Voix % Sièges +/− Voix % Sièges +/−
Cs 868 365 26,43 24  +7 79 364 19,51 4  +2 40 908 16,97 3  +1 120 825 27,35 5  +1
JuntsxCat 624 261 19,00 17  +3 149 638 36,67 7  0 78 303 32,48 6  +1 96 031 21,74 4  0
ERC-CatSí 678 030 20,63 18 88 582 21,71 4 64 417 26,72 5 104 832 23,73 5
PSC 497 650 15,15 13  +1 35 197 8,62 1  0 21 795 9,04 1  0 52 017 11,77 2  0
CatComú-Podem 276 810 8,42 7  −2 16 482 4,04 0  −1 9 415 3,91 0  0 23 653 5,35 1  0
CUP 143 711 4,37 3  −4 21 708 5,32 1  0 12 140 5,04 0  −1 17 687 4,00 0  −1
PPC 142 934 4,35 3  −5 11 646 2,85 0  −1 10 902 4,52 0  −1 20 188 4,57 1  0
Autres 39 951 1,22 3 383 0,83 1 834 0,76 4 439 1,00
Blanc 14 163 0,43 1 833 0,45 1 341 0,56 2 094 0,47

Analyse[modifier | modifier le code]

La participation atteint les 82 %, établissant un nouveau record dont le précédant remonte aux élections de . L'augmentation de la participation des électeurs les moins favorables à l'indépendance aurait pu accroître le score des partis constitutionnalistes : mais cette hypothèse n'est pas vérifiée[2].

Les partis situés dans l'opposition sortante progressent de deux sièges, ce qui est insuffisant pour modifier la structure représentative issue des élections de 2015. Les partis indépendantistes conservent la majorité en sièges au Parlement avec 70 mandats.

Avec 47,5 % des voix, ces derniers atteignent un score presque équivalent à celui de 2015 (où ils avaient reçu 47,8 % des suffrages). Le parti du président sortant, Carles Puigdemont — qui a mené campagne depuis Bruxelles —, arrive en tête du bloc indépendantiste avec 21,7 % des voix, ce qui représente néanmoins le plus faible résultat pour le centre-droit indépendantiste depuis la fin du régime franquiste. La Gauche républicaine de Catalogne obtient pour sa part son meilleur résultat sur cette même période avec 21,4 % des voix. Le parti de gauche radicale Candidature d'unité populaire, présent au Parlement depuis seulement 2012, perd près de la moitié de son assise électorale au profit des deux grandes forces indépendantistes parlementaires mais maintient sa présence au Parlement. En prenant en compte la disparation du parti catalaniste Union démocratique de Catalogne en 2017 (une partie de ses membres a récemment rejoint le PSC[3]), qui avait obtenu 2,5 % des voix en 2015 et aucun siège, il apparaît néanmoins que les partis défendant l'indépendance ont perdu la majorité absolue en voix qu'ils avaient en 2015[4].

Le bloc unioniste, formé de Ciutadans (Cs), du Parti populaire catalan (PPC) et du Parti des socialistes de Catalogne (PSC), est à la hausse, passant de 39,5 % à 43,5 % des suffrages. Comme lors des précédentes élections, le PPC recule face à la montée de Cs, perd sept sièges et réalise sa plus mauvaise performance depuis la fin du régime franquiste (là où Cs gagne 11 sièges et réalise sa meilleure performance), ce qui marque une défaite pour le Parti populaire (PP) du président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, qui s'était personnellement impliqué dans la campagne électorale. Cela renforce également Cs dans sa rivalité à l'échelle nationale contre le PP, actuellement à la tête du pays avec un gouvernement minoritaire. Le PSC qui, bien que défendant une réforme constitutionnelle et le fédéralisme, est également opposé à l'indépendance de la Catalogne, progresse légèrement depuis 2015, où il avait obtenu son pourcentage de voix le plus faible depuis la fin du régime franquiste[5].

Enfin, la coalition électorale CatComú-Podem (7,5 %), après avoir défendu l'idée de référendum sur l'indépendance sans donner de consigne de vote et s'être opposée à la fois à la déclaration unilatérale d'indépendance d'octobre et à la mise sous tutelle de la Catalogne, marque un léger recul[6].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Aux premières annonces des résultats, Ciutadans, arrivé en tête sans majorité absolue annonce, par la voix de sa représentante « c'est la première fois en Catalogne que gagne un parti constitutionnel (...) À présent, nous pouvons dire que nous sommes les vainqueurs, en Catalogne. »[7]

Carles Puigdemont revendique, pour sa part, une victoire « que personne ne peut discuter (...) Rajoy a perdu le plébiscite qu’il cherchait. »[8] Il demande à rencontrer Mariano Rajoy ; lequel refuse en considérant que son interlocutrice est Inès Arrimadas, parce que sa liste obtient le meilleur score en valeur absolue (bien qu'elle soit cependant dans l'incapacité de briguer la présidence ni de ne former aucun gouvernement)[9].

Un porte-parole de la Commission européenne, Alexandre Winterstein, indique : « Notre position sur la question de la Catalogne est bien connue et a été réitérée régulièrement, et à tous les niveaux. Elle ne changera pas. S’agissant d’une élection régionale, nous n’avons pas de commentaire à faire »[10].

Pour sa part, le gouvernement allemand « reconnaît » la victoire des indépendantistes tout en espérant qu'un accord pourra être trouvé entre les parties dans le cadre de la constitution espagnole et de la légalité[11].

Sur le plan judiciaire, au lendemain des élections, six personnalités politiques et associatives indépendantistes sont mises en examen pour rébellion[12]. La garde civile signale au même juge s'occupant de ces cas de considérer une centaine de personnalités engagées dans l'indépendantisme pour leur participation aux manifestations annuelle de la Diada[13] dont l’entraîneur Pep Guardiola et le maire de Barcelone (qui ne s'est jamais déclarée ouvertement favorable à l'indépendance) Ada Colau [14].

La session constitutive du Parlement, qui doit se tenir au plus tard le [15], a lieu le et voit l'élection de Roger Torrent à la présidence.

Le , Ensemble pour la Catalogne fait adopter en première lecture la modification de la loi de la présidence de la Généralité et du gouvernement (70 voix pour, 64 contre)[16], ouvrant la voie à l'élection de Carles Puigdemont au poste de président et à son investiture à distance. Après avoir obtenu l'autorisation du Conseil d'État de présenter une demande d'invalidation de la loi devant le Tribunal constitutionnel[17], ce dernier accepte le recours, ce qui a comme effet immédiat la suspension de la nouvelle loi[18] en attendant l'examen approfondi du dossier.

Soupçons de fraude[modifier | modifier le code]

L'économiste David Ros a publié un article qui indique que seules la fraude et les pressions ont permis à Ciutadans d'arriver en tête. Il estime que six sièges auraient dû être répartis entre PSC, PP, Junts per Catalunya, ERC (un chacun) et la CUP (deux)[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Soraya Sáenz de Santamaría est chargée d'exercer les compétences par délégation du président du gouvernement, Mariano Rajoy.

Sondages[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Ciutadans se convertiría en la primera fuerza y los independentistas lograrían la mayoría », sur La Vanguardia, .
  2. (en) « Catalonia's pro-indy parties within touching distance of absolute majority according to our final world exclusive poll », sur The National, .
  3. (es) « ERC abre brecha con Ciutadans y la mayoría independentista se afianza », sur El Periòdic d'Andorra, .
  4. (en) « Pro-indy Catalan parties hold out despite strong unionist momentum in latest world exclusive poll », sur The National, .
  5. (es) « Ciutadans ganaría las elecciones en votos y ERC, en escaños », sur El Periòdic d'Andorra, .
  6. (en) « Pro-indy Catalan parties both closing in on unionists and are set to win combined majority in latest world exclusive poll from Catalonia », sur The National, .
  7. (es) « ERC se resiente y Ciutadans y Puigdemont le recortan distancia », sur El Periòdic d'Andorra, .
  8. (en) « New Catalan election poll sees three parties vying for top spot », sur The National, .
  9. (es) « ERC mantiene su ventaja sobre C's y Puigdemont retrocede », sur El Periòdic d'Andorra, .
  10. (es) « Última encuesta antes del 21-D: Ciudadanos aumenta su ventaja en primera posición », sur ABC, .
  11. (es) « Arrimadas se impone en votos y escaños por primera vez a una semana del 21-D », sur ABC, .
  12. (es) « CATALUÑA. Sondeo GAD3. Autonómicas. Diciembre 2017 (2) », sur Electograph, .
  13. (es) « ERC se despega y Puigdemont pierde fuelle », sur El Periódico de Catalunya, .
  14. (es) « Ciudadanos ganaría las elecciones del 21D en Cataluña y superaría en votos y escaños a ERC », sur laSexta, .
  15. (es) « CATALUÑA. Sondeo Invymark. Autonómicas. Diciembre 2017 », sur Electograph, .
  16. (es) « Encuesta digital: Ciudadanos ganará las elecciones catalanas », sur Top Position, .
  17. (es) « Una encuesta interna de ERC certifica el mano a mano con Cs por la victoria el 21-D », sur La Vanguardia, .
  18. (ca) « Triple empat entre Cs, ERC i JuntsXCat a sis dies de les eleccions », sur El Nacional, .
  19. (ca) « JuntsXCat guanya a Lleida i l'independentisme millora posicions al territori », sur El Nacional, .
  20. (es) « Ciudadanos crece hacia la victoria pero el separatismo roza la mayoría absoluta por el hundimiento del PP », sur El Español, .
  21. (es) « ERC y Ciudadanos se disputan la victoria electoral en Cataluña », sur 20minutos, .
  22. (es) « CATALUÑA. Sondeo A+M. Autonómicas. Diciembre 2017 », sur Electograph, .
  23. (es) « Ciudadanos acaricia la victoria el 21-D y amenaza la mayoría separatista en Cataluña », sur El Mundo, .
  24. (es) « ERC y Cs se disputan la victoria el 21-D », sur Cadena SER, .
  25. (es) « El ObSERvatorio de la Cadena SER. Preelectoral Cataluña (15/ 12/ 2017) », sur MyWord, .
  26. (es) « ERC ganaría en Lleida con 5 escaños y también en Catalunya, aunque empatando con Cs », sur Segre, .
  27. (es) « CATALUÑA. Sondeo Infortécnica. Autonómicas. Diciembre 2017 (2) », sur Electograph, .
  28. (es) « El bloque constitucionalista ganaría en votos, pero no en escaños », sur La Razón, .
  29. (es) « Radiografía del voto. Encuesta diciembre 2017 », sur La Razón, .
  30. (es) « El bloque de la Constitución roza el triunfo en Cataluña », sur El País, .
  31. (es) « Intención de voto y proyección de escaños en el Parlament », sur El País, .
  32. (ca) « La victòria de Cs el 21-D amenaça la majoria absoluta independentista », sur El Nacional, .
  33. (ca) « L'ímpetu de Cs ensorra el PP a Barcelona i guanya el pols a ERC a Tarragona », sur El Nacional, .
  34. (ca) « La llista de Puigdemont passa al davant d'ERC, segons una enquesta de JxCat », sur RAC1, .
  35. (ca) « Ciutadans seria el partit més votat, segons una enquesta de JxCat », sur RAC1, .
  36. (es) « Arrimadas lidera en intención de voto a costa del PP pero con mayoría separatista », sur El Español, .
  37. (es) « El voto útil catapulta a Arrimadas pero los separatistas siguen rozando la mayoría absoluta », sur El Español, .
  38. (ca) « ERC aguanta l'embranzida d'un Puigdemont que disputa a Cs la segona plaça », sur El Nacional, .
  39. (ca) « ERC guanya en 3 de les 4 demarcacions el doble duel amb Cs i JuntsXCAT », sur El Nacional, .
  40. (es) « Cs compite por el liderazgo con ERC mientras Puigdemont acorta distancias », sur El Español, .
  41. (es) « El sondeo del PP deja a un escaño de la mayoría absoluta a ERC, PSC y 'comunes' », sur El Confidencial, .
  42. (ca) « Esquerra guanyaria les eleccions a Lleida, amb empat tècnic entre JxCat i Ciutadans », sur Segre, .
  43. (es) « El soberanismo se aleja de la mayoría », sur La Vanguardia, .
  44. (es) « CATALUÑA. Sondeo GAD3. Autonómicas. Diciembre 2017 », sur Electograph, .
  45. (ca) « La majoria independentista entra en zona de perill per al 21-D », sur El Nacional, .
  46. (es) « ERC ganaría las elecciones sin posibilidad de formar un gobierno independentista », sur eldiario.es, .
  47. (es) « CATALUÑA. Sondeo Celeste-Tel. Autonómicas. Diciembre 2017 », sur Electograph, .
  48. (ca) « L'independentisme manté la majoria absoluta amb ERC al capdavant », sur El Nacional, .
  49. (es) « Puigdemont atrapa a Junqueras », sur El Periódico de Catalunya, .
  50. (es) « ERC ganaría las elecciones del 21D, pero el bloque independentista perdería la mayoría absoluta », sur laSexta, .
  51. (es) « CATALUÑA. Sondeo Invymark. Autonómicas. noviembre 2017 », sur Electograph, .
  52. (es) « La lista de Puigdemont pasa de 13 a 26 escaños con apurada mayoría separatista », sur El Español, .
  53. (es) « Preelectoral de Cataluña. Elecciones autonómicas 2017. (Estudio nº 3198. noviembre 2017) », sur CIS, .
  54. (es) « Puigdemont pincha y deja que un tripartito se sitúe a un solo escaño de la mayoría absoluta », sur Público, .
  55. (es) « PP, PSOE y C's obtendrían el 44'9% de los votos el 21-D frente al 43'4% de ERC, JxC y la CUP », sur La Razón, .
  56. (es) « Radiografía del voto. II Encuesta noviembre 2017 », sur La Razón, .
  57. (es) « Encuesta Cataluña: bajan los nacionalistas y suben poco los constitucionalistas, que no logran mayoría con Podemos », sur El Confidencial Digital, .
  58. (es) « El bloque constitucionalista alcanza en votos al independentismo », sur El País, .
  59. (es) « Sondeo sobre la situación política en Cataluña », sur El País, .
  60. (es) « Puigdemont recorta distancias con Junqueras a un mes del 21-D », sur El Periódico de Catalunya, .
  61. (es) « Los constitucionalistas suben hasta ocho escaños en el Parlamento catalán », sur ABC, .
  62. (es) « CATALUÑA. Sondeo GAD3. Autonómicas. noviembre 2017 (2) », sur Electograph, .
  63. (es) « Los independentistas superarían la mayoría absoluta el 21-D, aunque por un solo escaño », sur Público, .
  64. (es) « Encuesta 21-D: Los constitucionalistas suben tras el 155 y la prisión de Junqueras », sur La Razón, .
  65. (es) « Las coaliciones favorecerían sólo a los independentistas », sur La Razón, .
  66. (es) « CATALUÑA. Sondeo NC Report. Autonómicas. noviembre 2017 », sur Electograph, .
  67. (es) « ERC ganaría el 21D sin asegurar la mayoría absoluta independentista », sur La Vanguardia, .
  68. (es) « CATALUÑA. Sondeo GAD3. Autonómicas. noviembre 2017 », sur Electograph, .
  69. (ca) « Ajustada mayoría del independentismo en el primer sondeo tras huir Puigdemont », sur El Español, .
  70. (ca) « Baròmetre d'Opinió Política. 3a onada 2017 », sur CEO, .
  71. (es) « Los independentistas, lejos de la mayoría absoluta en las elecciones del 21-D », sur El Mundo, .
  72. (es) « CATALUÑA. Sondeo SigmaDos. Autonómicas. Octubre 2017 », sur Electograph, .
  73. (es) « Los soberanistas pierden la mayoría absoluta », sur La Razón, .
  74. (es) « Radiografía del voto. Encuesta octubre 2017 », sur La Razón, .
  75. (es) « CATALUÑA. Sondeo NC Report. Autonómicas. Octubre 2017 », sur Electograph, .
  76. (es) « El independentismo mantendría su mayoría sin llegar al 50% », sur El Periódico de Catalunya, .
  77. (es) « El independentismo tendría la mayoría sin llegar al 50% », sur El Periódico de Catalunya, .
  78. (es) « Los separatistas perderían 5 escaños y la mayoría absoluta en el Parlament », sur El Español, .
  79. (es) « El soberanismo pierde la mayoría », sur La Razón, .
  80. (es) « Radiografía del voto. Encuesta septiembre 2017 (1) », sur La Razón, .
  81. (es) « Radiografía del voto. Encuesta septiembre (2) », sur La Razón, .
  82. (es) « El bloque independentista se arriesga a perder la mayoría en el Parlament », sur eldiario.es, .
  83. (es) « CATALUÑA. Sondeo Celeste-Tel. Autonómicas. Septiembre 2017 », sur Electograph, .
  84. (es) « Los separatistas mantendrían su actual mayoría y el PP crecería a costa del PSC », sur El Español, .
  85. (es) « ERC rentabiliza el "procés" en las urnas », sur La Razón, .
  86. (es) « Radiografía del voto. Encuesta agosto 2017 », sur La Razón, .
  87. (ca) « Baròmetre d'Opinió Política. 2a onada 2017 », sur CEO, .
  88. (es) « La subida de ERC mantiene la mayoría soberanista y no excluye un tripartito », sur La Vanguardia, .
  89. (es) « ERC arrasaría en unas catalanas y la antigua Convergència se hunde por debajo del PP », sur El Confidencial, .
  90. (es) « ERC amplía la ventaja sobre el PDECat, que se disputaría la segunda plaza con Ciutadans », sur La Vanguardia, .
  91. (ca) « Baròmetre d'Opinió Política. 1a onada 2017 », sur CEO, .
  92. (es) « El repunte de ERC apenas sostiene el voto soberanista », sur El País, .
  93. (es) « Actitudes en Cataluña respecto de un hipotético referéndum », sur El País, .
  94. (es) « ERC ganaría las autonómicas con más de siete puntos sobre el PDECat y C's », sur La Vanguardia, .
  95. (es) « ERC se dispara y hunde al partido de Puigdemont hasta la tercera fuerza », sur La Razón, .
  96. (es) « Radiografía del voto », sur La Razón, .
  97. (ca) « Enquesta sobre context polític a Catalunya. 2016 », sur CEO, .
  98. (es) « ERC podría alcanzar los 50 escaños en el Parlament y el PDECat sería la quinta fuerza », sur El Periódico de Catalunya, .
  99. (es) « Las tensiones del 'procés' propulsan a ERC », sur El Periódico de Catalunya, .
  100. (ca) « Baròmetre d’Opinió Política 39. 3a onada 2016 », sur CEO, .
  101. (ca) « El Partit Demòcrata i la CUP s’enfonsarien en cas d’eleccions al Parlament, segons una enquesta interna d’ERC », sur Crític, .
  102. (es) « CATALUÑA (Autonómicas), Agosto 2016. Sondeo interno ERC », sur Electograph, .
  103. (es) « El independentismo ya no suma ni coaligados ni separados », sur La Razón, .
  104. (es) « CATALUÑA, Agosto 2016. Sondeo NC Report », sur Electograph, .
  105. (ca) « Baròmetre d’Opinió Política 38. 2a onada 2016 », sur CEO, .
  106. (es) « ERC adelantaría a CDC y la CUP se hundiría en unas nuevas catalanas », sur La Vanguardia, .
  107. (es) « ERC ganaría las elecciones catalanas y CDC podría ser tercera, según la encuesta del GESOP », sur El Periódico de Catalunya, .
  108. (es) « Esquerra ganaría las elecciones catalanas y CDC podría ser tercera », sur El Periódico de Catalunya, .
  109. (ca) « Baròmetre d’Opinió Política 37. 1a onada 2016 », sur CEO, .
  110. (es) « ¿Quién ganará las nuevas elecciones en Catalunya? », sur El Mundo, .
  111. (ca) « Unes eleccions al març deixarien un país ingovernable », sur El Nacional, .
  112. (es) « La gran mayoría de los catalanes pide no apoyar a Mas », sur La Razón, .
  113. (es) « Encuesta 31 de diciembre de 2015 », sur La Razón, .
  114. (es) « ¿Cree que se deberían repetir las elecciones al Parlament de Cataluña? », sur La Razón, .
  115. (es) « Ciudadanos disputaría la victoria a ERC si se adelantan las elecciones en Cataluña », sur El Confidencial, .
  116. (es) « La mitad de los catalanes quiere votar de nuevo para salir del punto muerto », sur La Vanguardia, .
  117. (ca) « Enquesta sobre context polític a Catalunya. 2015 », sur CEO, .
  118. (es) « Un mes después del 27-S », sur La Razón, .
  119. (es) « CATALUÑA, Octubre 2015. Sondeo NC Report », sur Electograph, .
  120. (es) « CATALUÑA, Octubre 2015. Sondeo CEO/Opinòmetre », sur Electograph, .

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « ERC y PDeCAT aseguran que se presentarán a las "elecciones ilegítimas" del 21-D », Público,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2017).
  2. (es) « Por qué el aumento de participación no cambió la mayoría independentista. », sur elpais.com, (consulté le 25 décembre 2017).
  3. (ca) « El PSC y Units per Avançar cierran un acuerdo para las elecciones del 21D », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 22 décembre 2017).
  4. « Élections en Catalogne : Puigdemont vante « un résultat que personne ne peut discuter ». », sur Le Monde.fr, (consulté le 22 décembre 2017).
  5. « Élections en Catalogne : le pari perdu de Mariano Rajoy. », sur Le Monde.fr, (consulté le 22 décembre 2017).
  6. « Podemos pourrait être le faiseur de roi en Catalogne. », sur Le Monde.fr, (consulté le 22 décembre 2017).
  7. (es) « Arrimadas: “Por primera vez en Catalunya gana un partido constitucionalista” », sur lavanguardia.com, .
  8. « Elections en Catalogne : Puigdemont vante « un résultat que personne ne peut discuter » », sur Le Monde, .
  9. (es) Anabel Díez et Juan MatéoMateo, « Rajoy ofrece diálogo dentro de la ley al nuevo Govern de Cataluña », sur elpais.com, .
  10. « Élections en Catalogne: la position de l’Union européenne « ne changera pas » », sur lesoir.be, (consulté le 24 décembre 2017).
  11. (ca) « Alemanya reconeix la majoria independentista i crida al diàleg Catalunya-Espanya », sur ccma.cat, .
  12. (es) Reyes Rincón, « El juez imputa por rebelión a Artur Mas, Marta Rovira y Anna Gabriel », sur elpais.com, .
  13. (ca) « La Guàrdia Civil considera les últimes manifestacions de la Diada actes de rebel·lió », sur ccma.cat, .
  14. (es) Óscar López-Fonseca, « La Guardia Civil señala a más de 100 personas en su último informe al juez Llarena », sur elpais.com, .
  15. « Catalogne : les 5 impasses de la crise », sur lejdd.fr, .
  16. (ca) « El Ple aprova modificar la Llei de la presidència i designa els vuit senadors que representaran la Generalitat », sur parlament.cat, .
  17. (es) « El Consejo de Estado avala ahora la estrategia del Gobierno para frenar la investidura de Puigdemont », sur La Vanguardia, .
  18. (es) « El Constitucional suspende la reforma de la ley que permitía la investidura a distancia de Puigdemont », sur El País, .
  19. (ca) « "Estudi de l’impacte del frau electoral el 21-d sobre els resultats I la composició del Parlament de Catalunya", Revista de Catalunya », sur http://www.revistadecatalunya.cat, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]