Inés Arrimadas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Inés Arrimadas
Inés Arrimadas en 2017.
Inés Arrimadas en 2017.
Fonctions
Chef de l'opposition au Parlement de Catalogne
En fonction depuis le
(1 an, 11 mois et 26 jours)
Législature XIe
Prédécesseur Oriol Junqueras
Députée au Parlement de Catalogne
En fonction depuis le
(5 ans, 1 mois et 4 jours)
Élection 25 novembre 2012
Réélection 27 septembre 2015
21 décembre 2017
Circonscription Barcelone
Législature Xe, XIe et XIIe
Groupe politique Ciudadanos
Biographie
Nom de naissance Inés Arrimadas García
Date de naissance (36 ans)
Lieu de naissance Jerez de la Frontera (Espagne)
Nationalité espagnole
Parti politique Ciudadanos
Conjoint Xavier Cima
Profession Avocate

Inés Arrimadas García, née le à Jerez de la Frontera (Espagne), est une avocate et femme politique espagnole.

Elle est membre du parti libéral Ciudadanos et est élue députée au Parlement de Catalogne lors des élections catalanes de .

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et enfance[modifier | modifier le code]

Inés Arrimadas García est l'un des cinq enfants de Rufino Arrimadas et d'Inés García. Son père, d'origine léonaise, né en 1937 à Salmoral (comme sa mère), près de Salamanque, travaille à Barcelone comme policier scientifique[1], puis comme avocat.

Ses parents quittent Barcelone pour Jerez de la Frontera, en Andalousie en 1970. Son père poursuit son activité d'avocat[2]. Il devient conseiller municipal de Jerez entre 1979 et 1983, avec la première liste élue démocratiquement, pour le compte de l'Union du centre démocratique. Sa mère, fille de communiste[1], exploite un commerce à une quinzaine de kilomètres de Jerez.

Le cousin de son père, Moisés Arrimadas Esteban a été notamment gouverneur civil des provinces de Cuenca et d'Albacete dans les années 1970 (dernières années du régime de Franco)[3].

Études[modifier | modifier le code]

Au lycée, elle apprend le catalan. Elle étudie le droit et le management entrepreneurial à l'université Pablo de Olavide de Séville. Elle détient une licence en droit et une en direction d'entreprises. Elle passe également un diplôme de management dans une école de commerce, l'IPAG, à Nice, dans le cadre d'un programme d'échanges universitaires[4].

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Elle débute dans l'entreprise MAT, dans le secteur de la pétrochimie. Elle exerce ensuite durant six années comme consultante dans l'entreprise privée D'Aleph, pour des missions auprès du secteur public[5]. Elle s'installe durablement à Barcelone en 2008[4].

Elle n'a pas exercé le métier d'avocat. Indiquant que la politique n'est pas une profession, elle se présente comme « consultante »[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est mariée depuis le avec Xavier Cima, ancien député de la Convergence démocratique de Catalogne (CDC), parti favorable à l'indépendance[7].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Convaincue par le principe d’un « pays formé par des citoyens et non par des territoires », Inés Arrimadas souhaite incarner la voix des Catalans non catalanistes, rôle jadis dévolu aux socialistes ou au Parti populaire[8].

Adhésion à Ciudadanos et premiers mandats[modifier | modifier le code]

Inés Arrimadas déclare qu'Adolfo Suárez est l'une de ses références en politique, avec Albert Rivera, président de Ciudadanos[4].

Elle adhère à Ciudadanos en 2011 et devient porte-parole du mouvement jeune du parti[9]

Placée en quatrième position sur la liste du parti dans la circonscription de Barcelone, elle est élue députée au Parlement de Catalogne lors des élections du 25 novembre 2012. Elle devient alors porte-parole adjointe de Ciutadans au Parlement[10].

Candidate à la présidence de la Généralité[modifier | modifier le code]

Lors des élections au Parlement de Catalogne de 2015, elle est chef de file du parti et conduit la liste dans la circonscription de Barcelone. Son parti arrive en deuxième position avec 17,90 % des voix et 25 sièges au Parlement[11]. Elle est nommée chef de l'opposition par la présidente du Parlement, Carme Forcadell, le [12].

Le , elle participe à une grande manifestation à Barcelone contre l’indépendance de la Catalogne[13].

En vue des élections au Parlement de Catalogne du , elle est de nouveau investie candidate à la présidence de la Généralité. Elle mène campagne pour le maintien de la communauté autonome de Catalogne au sein de l'Espagne[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b https://www.elespanol.com/reportajes/20171223/rufino-arrimadas-padre-policia-cientifico-ines-cataluna/271473814_0_271502853_10.html
  2. (es) « Inés Arrimadas, la beneficiada del procés. », sur elnacional.cat, (consulté le 21 décembre 2017)
  3. « Catalogne : Inès Arrimadas, la femme qui fait trembler les indépendantistes », sur lefigaro.fr, (consulté le 21 décembre 2017)
  4. a, b et c (es) « Retrato familiar de Inés Arrimadas desde Jerez: 'La niña ya es imparable'. », sur elmundo.es, (consulté le 21 décembre 2017).
  5. (es) « Currículum Vitae de Inés Arrimadas. », sur modelocurriculum.net (consulté le 21 décembre 2017).
  6. (es) « Inés Arrimadas, ¿primera presidenta no nacionalista de la historia de Cataluña? », sur elespanol.com, (consulté le 21 décembre 2017).
  7. (es) « Xavier Cima, el hombre que dejó la política por amor. », sur abc.es, (consulté le 21 décembre 2017).
  8. « Inés Arrimadas, figure de proue des Catalans non catalanistes », sur libération.fr, (consulté le 21 décembre 2017)
  9. « Inés Arrimadas, l’autre Catalogne. », sur la-croix.com, (consulté le 21 décembre 2017).
  10. (es) « Entrevista a Inés Arrimadas. », sur libertaddigital.com, (consulté le 21 décembre 2017).
  11. (ca) « Eleccions al Parlament de Catalunya 2015 », résultats des élections au Parlement de Catalogne de 2015, Généralité de Catalogne.
  12. (ca) « Forcadell declara Arrimadas cap de l'oposició al Parlament. », sur ccma.cat, (consulté le 21 décembre 2017).
  13. Sandrine Morel, « En Catalogne, le silence des indépendantistes, la démonstration de force des anti », sur Le Monde,
  14. (es) « Arrimadas llama a despertar de la pesadilla del proceso soberanista. », sur elpais.com, (consulté le 21 décembre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]