Xenia Alexandrovna de Russie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Xenia Alexandrovna de Russie
Grande-duchesse Xenia Alexandrovna de Russie
Grande-duchesse Xenia Alexandrovna de Russie

Titre Grande-duchesse de Russie
Biographie
Dynastie Maison Romanov
Naissance
Saint-Pétersbourg
Décès (85ans)
Londres
Père Alexandre III de Russie
Mère Dagmar de Danemark
Conjoint Alexandre Mikhaïlovitch de Russie
Enfants Irina Alexandrovna de Russie
Fiodor Alexandrovitch de Russie
Nikita Alexandrovitch de Russie
Andreï Alexandrovitch de Russie
Dimitri Alexandrovitch de Russie
Rostislav Alexandrovitch de Russie
Vassili Alexandrovitch de Russie

Lesser CoA of the daughters of the emperor of Russia.svg

Xenia Alexandrovna de Russie, en russe : Ксения Александровна Романова, née le à Saint-Pétersbourg, décédée le à Londres.

Sœur de Nicolas II, elle fut grande-duchesse de Russie.

Famille[modifier | modifier le code]

Fille d'Alexandre III et de Dagmar du Danemark (Maria Fedorovna).

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

La grande-duchesse Xenia Alexandrovna de Russie entourée de son époux et de ses enfants

Le Xenia Alexandrovna de Russie épousa le grand-duc Alexandre Mikhaïlovitch dit « Sandro » (1866-1933), (fils de Mikhaïl Nikolaïevitch de Russie et de Cécile de Bade).

Sept enfants sont nés de cette union : :

  • André (1897-1981), en 1918, il épousa morganatiquement Elisy Ruffo-Sasso (1886-tuée en 1940), (fille de Fabrizio Ruffo, duc Sasso), (trois enfants). Veuf, en 1942, il épousa morganatiquement Nadine Mac Dougall (1908-2000), (fille d'Herbert Mac Dougall).
  • Dimitri (1901-1980), en 1931, il épousa morganatiquement Olga Golenistchev-Koutouzov (1903-1969), (fille du comte Serge Golenistchev-Koutouzov) (divorcés en 1947), (un enfant). En 1954, il épousa morganatiquement Sheila Chrisholm (1898-1969), fille de Harry Chrisholm.
  • Rotislav (1902-1978), en 1928, il épousa morganatiquement Alexandra Galitzine (1905-2006), (divorcés en 1944), (un enfant). Il épousa morganatiquement Alice Eilken (1923-1996), (divorcés en 1952), (un enfant). En 1954, il épousa morganatiquement Hedwige von Chappuis (1905-1997), (fille de Karl von Chappuis)
  • Vassili (1907-1989), en 1931, il épousa morganatiquement Nathalie Galitzine (1907-1989), (fille d'Alexandre Galitzine), (un enfant).

Biographie[modifier | modifier le code]

Xenia Alexandrovna de Russie était la sœur de Nicolas II de Russie et du grand-duc Michel Alexandrovitch de Russie, tous deux assassinés par les bolcheviks en 1918.

Enfance[modifier | modifier le code]

Xenia Alexandrovna de Russie naquit le au palais Anitchkov à Saint-Pétersbourg. Elle fut baptisée le dans la chapelle du palais d'Hiver de Saint-Pétersbourg jour anniversaire de son grand-père le tsar Alexandre II de Russie. La grande-duchesse fut élevée avec ses frères et sœurs au palais de Gatchina. Enfant, elle fut une petite fille très timide.

Le , les nihilistes purent accéder au Palais d'Hiver, ils jetèrent une bombe dans la salle à manger qui explosa et causa de considérables dommages. La famille impériale dut la vie à un retard pris pour le dîner. Cet attentat frappa le peuple russe d'indignation. L'auteur de cet attentat put prendre la fuite, il se nommait Ivan Khaltourine. Le tsarévitch Alexandre Alexandrovitch (futur Alexandre III de Russie) envoya ses enfants au palais Yelaguine, qui se situait en dehors du centre-ville. Le , Xenia Alexandrovna, alors âgée de six ans assista donc au décès de son grand-père assassiné par Ignace Grinevistsky. Dès son accession au trône impérial, Alexandre III éloigna sa famille de Saint-Pétersbourg devenue dangereuse pour la sécurité de la famille impériale. Il s'installa avec son épouse et ses enfants au palais de Gatchina au sud-ouest de Saint-Pétersbourg. Ce château avait été construit par Paul Ier, il est vaste, flanqué de tours et ceint de remparts et de hauts murs. Ils vécurent dans une aile du château. Cette partie du palais fut détruite lors du siège de Leningrad par les nazis. La chambre de la grande-duchesse était identique à celle de ses frères, simplement meublée. Comme eux, elle dormait sur un lit de camp.

Éducation[modifier | modifier le code]

Comme ses frères et sœurs, Xenia Alexandrovna reçut une bonne éducation. Ses enseignants mettaient l'accent sur l'étude des langues étrangères. Elle apprit bien sûr le français et l'allemand, mais aussi l'anglais. Le couple impérial était convaincu sur la bonne utilisation des temps libres par leurs enfants. La grande-duchesse apprit à cuisiner, à faire de la menuiserie et du théâtre de marionnettes, dont elle confectionnait elle-même les vêtements. La jeune grande-duchesse partageait les jeux de sa fratrie, l'équitation et la pêche à la mouche dans la rivière voisine du château, la Moya. Elle était également une petite fille pieuse. Le , elle assista au couronnement de ses parents en la cathédrale de l'Assomption de Moscou, dans l'enceinte du Kremlin. La même année, la grande-duchesse accompagna ses parents à Copenhague pour la consécration d'une église orthodoxe russe à Bredgade.

Xenia Alexandrovna, comme le reste de la famille impériale, appréciait les vacances familiales au Danemark. Les réunions de famille au château de Fredensborg étaient animées et agréables. Souvent, la grande-duchesse se joignait à ses cousins pour faire du patin à roulettes dans la grande salle Cupola. Ce fut au cours de l'un de ces séjours que la grande-duchesse rencontra sa cousine Marie de Grèce (fille de Georges Ier de Grèce et d'Olga Constantinovna de Russie). Alexandre III acheta en 1885 une maison située près du château de Fredensborg. La jeune grande-duchesse était très appréciée au Danemark, ainsi le compositeur danois Vlademar Vater lui rendit hommage en composant la polka mazurka de Xenia. En dehors des vacances au Danemark, la famille impériale aimait s'évader à bord de son bateau dans l'archipel finlandais. En 1889, le gouvernement finlandais fit construire pour le tsar un pavillon près d'un rapide le Langinkoski. Dans ce lieu, Alexandre III pêchait le saumon.

En 1884, à l'occasion du mariage d'Élisabeth de Hesse-Darmstadt et du grand-duc Serge Alexandrovitch de Russie, Louis IV de Hesse vint au château de Peterhof avec sa famille. Ce fut la première rencontre de Xenia Alexandrovna, alors âgée de douze ans, avec sa future belle-sœur Alix (Alexandra de Hesse-Darmstadt). Elles jouèrent ensemble. En 1888, la grande-duchesse et Alix commencèrent à s'écrire. Xenia Alexandrovna de Russie était Poulet, Alix était Vieille Poule.

Xenia Alexandrovna et sa famille vécurent dans la crainte des attentats terroristes révolutionnaires. Son père fut informé en 1887, alors qu'il était sur le point de prendre le train privé impérial pour Saint-Pétersbourg afin de se rendre à Gatchina, de la présence en ville d'étudiants transportant des bombes contenues dans des livres. Ceux-ci avaient l'intention de les lancer sur la famille impériale. L'un des cinq étudiants révolutionnaires arrêtés et pendus se nommait Alexandre Illitch Oulianov (frère aîné de Lénine). En octobre 1888, la famille impériale se rendit dans la région du Caucase, quand brusquement le train dérailla. La grande-duchesse fut la première à sortir de l'épave. Son père avait réussi à maintenir le toit du wagon suffisamment élevé pour leur permettre de ramper vers l'extérieur. Le rapport officiel déclara l'accident ferroviaire dû à des facteurs techniques, mais il ne fut jamais exclu qu'il pouvait s'agir d'une bombe clandestinement introduite à bord du train.

Physique et personnalité[modifier | modifier le code]

Portrait de la grande-duchesse Xenia Alexandrovna de Russie

La grande-duchesse Xenia était une femme de petite taille et fluette, avec un visage aux traits fins encadré de cheveux noirs, et de grands yeux noirs. D'une grande douceur et d'une extrême gentillesse, son caractère flexible facilita son éducation. Sa bienveillance empêchait toute forme de colère ou de résistance. Elle consentait à se plier à l'autorité de son père et fit de même avec son frère Nicolas II. De plus, elle accepta les infidélités de son époux.

Mariage de Xenia Alexandrovna et d'Alexandre Mikhaïlovitch[modifier | modifier le code]

Xenia Alexandrovna de Russie et son cousin, le grand-duc Alexandre Mickhaïlovitch de Russie dit : Sandro, jouaient ensemble dans les années 1880, lorsqu'ils commencèrent par lier des liens d'amitié. La grande-duchesse âgée de neuf ans s'éprit du grand-duc Alexandre. Sandro fut un ami de son frère, le tsarévitch Nicolas. En 1886, âgé de vingt ans, Alexandre Mickhaïlovitch de Russie servait dans la marine impériale russe. La grande-duchesse alors âgé de onze ans envoya à son cousin Sandro une carte au Brésil, pays où le navire du grand-duc avait fait escale : « Meilleurs vœux et retour rapide, Marin, Xenia ».

En 1889, Alexandre Mickhaïlovitch de Russie écrivait de la grande-duchesse : « Elle a quatorze ans, je crois qu'elle m'aime ». Xenia et Alexandre désiraient se marier depuis la quinzième année de la grande-duchesse. Jugeant la grande-duchesse trop jeune, le couple impérial n'était pas décidé à marier leur fille, en outre, il n'avait pas confiance dans le caractère d'Alexandre. En janvier 1894, le grand-duc Michel intervint auprès de l'empereur, afin d'obtenir la main de Xenia. L'impératrice Marie se plaignit de l'arrogance et de la grossièreté de Sandro. Xenia de Russie épousa le grand-duc Alexandre le au palais de Peterhof. Au cours de leur voyage de noces à Ai-Todor, l'empereur tomba malade et mourut le . Son frère aîné succéda à son père, il devint tsar sous le nom de Nicolas II de Russie.

Désunion du couple[modifier | modifier le code]

La grande-duchesse Ksenia Aleksandrovna de Russie.

L'attrait romantique entre Xenia et Alexandre ne dura pas.

Au cours de l'année 1907, la grande-duchesse fut enceinte de son dernier fils Vassili tandis qu'à Biarritz, Sandro nouait une liaison avec une femme nommée "Maria Ivanovna".

En 1908, la grande-duchesse eut une liaison avec un Anglais du nom de Fane. Ils correspondirent l'un et l'autre jusqu'au début de la Première Guerre mondiale.

Xenia Alexandrovna de Russie et son époux constatèrent le naufrage de leur mariage. Bien qu'ils éprouvâssent toujours des sentiments l'un pour l'autre, le couple fit chambre à part.

Alexandre Mikhaïlovitch fut déçu par le déroulement des événements en Russie et la vie à la Cour impériale, bien avant la révolution. Le grand-duc et son épouse passaient beaucoup de temps à l'étranger et rentrèrent en Russie avant que ne débute la Première Guerre mondiale. Après la Révolution d'Octobre, ils se séparèrent mais parvinrent à fuir la Russie.

Relations de Xenia Alexandrovna et du couple impérial[modifier | modifier le code]

Xenia Alexandrovna avait des relations étroites avec ses deux frères et son époux avant leur mariage. En 1894, Nicolas II et Alexandra emménagèrent au palais d'Hiver et, ce jour-là, la grande-duchesse et son époux passèrent la soirée dans le nouveeau salon de billard en compagnie du couple impérial. La tsarine vivait isolée au sein de la famille impériale, seule Olga tentait de comprendre l'impératrice.

Avec les années, l'hostilité grandissait entre Xenia et l'impératrice Alexandra. La grande-duchesse avait donné naissance à des fils en bonne santé, alors qu'Alexandra, en revanche, avait quatre filles, mais pas de prince héritier. En 1902, l'Empire russe attendait désespérément la naissance d'un tsarévitch. Le l'héritier tant attendu, Alexis naquit, mais pour ses parents, la joie se transforma très vite en inquiétude, car en septembre 1904, le couple impérial fut informé de la terrible maladie dont souffrait le tsarévitch, l'hémophilie.

Le fils malade d'Alexandra et les fils vigoureux de Xenia furent, entre la grande-duchesse et l'impératrice, une source constante d'antagonisme.

Pendant quelques années, la grande-duchesse ignora l'état de santé du petit Alexis Nikolaïevitch. En outre, la naissance du tsarévitch donna à Alexandra un ascendant presque total sur son époux. L'arrivée de Raspoutine créa de fortes tensions. Comme toute sa famille, Xenia fut très sceptique quant au « starets » Raspoutine.

Révolution russe[modifier | modifier le code]

L'impératrice douairière Marie Fiodorovna parvint à rassembler autour d'elle, à la Villa Ai Todor en Crimée, un grand nombre de membres de la famille impériale dont sa fille aînée, la grande-duchesse Xenia accompagnée de son époux et de ses enfants.

En février 1918, la grande-duchesse, son époux et ses enfants furent retenus prisonniers par les Bolcheviks à la Villa Dulber à Yalta, parmi les captifs figurait l'impératrice douairière.

Après la signature du traité de Brest-Litovsk le et après un mois de captivité, les membres de la famille impériale furent libérés par les troupes allemandes.

Au cours de l'été 1918, Xenia, son époux, ses enfants, sa mère, l'impératrice douairière, furent déplacés afin d'être installés à la Villa Harax située à Sébastopol.

En avril 1919, certains membres de la famille impériale purent quitter la Russie à bord du cuirassé de la Royal Navy le HMS Malborough affrété par le roi George V, neveu de l'impératrice douairière : 12 membres de la famille impériale montèrent à bord de ce bâtiment de guerre : l'impératrice Maria Fiodorovna, sa fille la grande-duchesse Xenia, le grand-duc Alexandre Mikhaïlovitch, leurs cinq fils : Les princes Théodore, Nikita, Dimitri, Rostislav, Vassili, leur fille la princesse Irène et son époux, le prince Félix Ioussoupov avec leur fille, la petite princesse Irène Felixovna, ainsi que les parents du prince : Félix Felixovitch (né comte Soumarokov-Elston) et son épouse la princesse Zénaïde.

Exil[modifier | modifier le code]

La grande-duchesse Xenia trouva donc refuge en Angleterre, où la famille royale anglaise, lui avait accordé avec parcimonie la jouissance d'un cottage à Hampton Court et de la villa d'Hividore où elle vécut avec sa mère. Elle y vécut modestement : pour se rendre à Londres, impossible d'avoir une voiture avec chauffeur, étant donné le fait que ses biens avaient été nationalisés en Russie et que la famille royale anglaise ne voulait lui accorder une rente suffisante. De plus ses avoirs à l'étranger étaient bloqués pour des raisons diplomatiques. Elle préféra donc le train ou l'autobus par nécessité/ Elle voyageait toutefois accompagnée d'une domestique ou d'un cosaque à la barbe bien fournie.

La grande-duchesse en exil consacrait son temps à ses enfants. De toute la famille Romanov, ils furent le seul couple à ne déplorer aucun décès parmi leurs enfants. Encore adolescents, ses six fils seront éduqués selon la tradition russe et elle fut une mère protectrice obligeant chacun de ses fils à garder entre eux des liens très étroits.

Au décès de sa mère, l'impératrice douairière (1928), Xenia reçut en héritage la moitié des bijoux sauvés par Maria Fiodorovna lors des perquisitions des soldats mutinés à la Villa Aïn Todor en Crimée, l'impératrice mère cachait ses joyaux dans une petite boîte posée sur son bureau au vu et au su de tous.

Relations de Xenia Alexandrovna avec la famille royale anglaise[modifier | modifier le code]

Afin d'estimer la valeur des bijoux, un expert en joaillerie fut diligenté par le roi George V et son épouse la reine Mary auprès de la grande-duchesse. En effet la reine Mary était une grande collectionneuse de bijoux et connaissant la modestie des moyens de la grande-duchesse, nourrissait l'envie de se les procurer. Le couple royal prétendait craindre une escroquerie à l'encontre de leur cousine par des marchands venus du monde entier très experts dans ce genre de transaction, car à cette époque un grand nombre de bijoux issus de la Couronne impériale de Russie ou de la noblesse russe circulaient sur le marché international. L'expert entra donc en relation avec grande-duchesse et comparativement à la valeur réelle des joyaux, offrit une somme dérisoire, mais l'expert en joaillerie argua qu'une telle offre ne se représenterait peut-être plus. Ayant pleine confiance dans le courtier envoyé par Georges V et son épouse, La grande-duchesse Xenia vendit ses bijoux.

Au fil des années, les bijoux de la famille impériale de Russie viendront enrichir le trésor de la famille royale anglaise, au grand étonnement de la grande-duchesse. Ainsi de nos jours, au cours de certaines cérémonies officielles, l'actuelle reine de Grande-Bretagne Élisabeth II est coiffée d'un diadème russe provenant des joyaux de la Couronne impériale de Russie[1]. Ainsi, d'une manière peu élégante, les Windsor s'octroyèrent les bijoux de la famille impériale de Russie à bas prix. Trop reconnaissante de l'hospitalité offerte par ses cousins, la grande-duchesse ne leur en tint pas rigueur. Plus tard, la reine Mary exposera son point de vue à ses enfants, prétextant du fait que c'était le seul moyen pour les cousins Romanov de payer leur loyer et l'hospitalité des souverains anglais.

Volontairement, la grande-duchesse Xenia dissimula d'autres joyaux et son époux, absent, ne put éviter cette transaction inélégante, mais plaça le reste de cette petite fortune en joyaux hors de portée des Windsor. Ses six fils vendirent ces bijoux à leur réelle valeur après sa mort, assurant ainsi à leur mère une vie certes modeste mais décente[2].

Chaque année au printemps, la grande-duchesse rendait visite à sa fille et à son gendre à Paris et à Biarritz, sur la côte basque avec son fils Théodore, sa bru, et son petit-fils, le prince Michel, le petit tsarévitch de Biarritz. Dans son existence d'exilée, à aucun moment, elle ne prit part à la politique du Royaume-Uni. Elle n'intervint jamais dans les différends qui opposaient les exilés russes. Le grand-duc Alexandre Mikhaïlovitch de Russie décéda le .

Décès et inhumation[modifier | modifier le code]

Le Xenia Alexandrovna de Russie décéda à sa maison, proche du château de Hampton Court en Londres, âgée de 85 ans. Elle fut inhumée en France à Roquebrune-Cap-Martin près de son époux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.passion-histoire.net
  2. Frédéric Mitterrand Mémoires d'exil pages 88-89

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]