Frédéric II de Hesse-Cassel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frédéric II de Hesse-Cassel

Frédéric II de Hesse-Cassel (en allemand Landgraf Friedrich II. von Hessen-Kassel), né le 14 août 1720 à Cassel où il est mort le 31 octobre 1785, au château de Weißenstein (devenu Wilhelmshöhe), fut landgrave de Hesse-Cassel de 1760 à 1785.

Famille[modifier | modifier le code]

Coat of arms of Hesse.svg Fils de Guillaume VIII de Hesse-Cassel et de Dorothée de Saxe-Zeist (Sachsen-Zeitz), il épousa en 1740 Marie de Hanovre (1723-1772), fille de George II de Grande-Bretagne. Quatre enfants sont nés de cette union :

Veuf, il épousa en 1773 Philippine de Brandebourg-Schwedt (1745-1800), fille du margrave Frédéric Guillaume de Brandebourg-Schwedt, premier prince du sang prussien, et de Sophie Dorothée de Prusse, sœur du roi Frédéric le Grand.

(Veuve, Philippine épousa en 1794 le comte du St. Empire Georges Ernest Levin de Wintzingerode (1752-1834), ministre d'État et grand chancelier du roi Frédéric Ier de Wurtemberg).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fridericianum à Kassel

Frédéric II de Hesse-Cassel fit ses études à Genève puis à Lausanne. Au cours de la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748), il combattit contre l'Autriche aux côtés de Charles-Albert de Bavière, élu empereur grâce au soutien de la France.

En 1749, il se convertit au catholicisme. Cette conversion eut de graves conséquences pour lui. Son épouse le quitta avec ses trois fils, il ne revit jamais Marie de Hanovre quant à ses fils il ne les revit qu'en 1782.

En 1736, le dernier comte de Hanau-Münzenberg, Johann Reinhard III von Hanau-Münzenberg décéda sans héritier. Auparavant, celui-ci refusa de léguer son comté à Frédéric II de Hesse-Cassel converti au catholicisme. En 1754, Guillaume VIII de Hesse-Cassel força son fils à signer l'Assekurationsakte de Hesse le dépossédant du comté de Hanau-Münzenberg.

Lors de la Guerre de Sept Ans, Frédéric II de Hesse-Cassel combattit dans les rangs de l'armée prussienne jusqu'en 1760, date où il succéda à son père.

Après la guerre, Frédéric II de Hesse-Cassel fit implanter dans le langraviat de Hesse-Cassel des manufactures et des industries. En 1777, il fonda l'Académie des Arts. En 1779, il créa le Fridericianum, premier musée librement accessible en Europe. La même année, il fut élu associé libre de l'Académie royale des inscriptions et belles-lettres.

Statue de Frederick II de Hesse, dans Cassel

Pour financer ses projets, Frédéric II de Hesse-Cassel loua les soldats de son armée, prioritairement à l'Angleterre qui utilisa ses troupes pour lutter contre les insurgents de sa colonie d'Amérique en 1776.

Frédéric II de Hesse-Cassel et d'autres princes allemands eurent souvent recours à ce genre de pratique. Ils louèrent à George III du Royaume-Uni pendant la période de la guerre d'Amérique plus de 20 000 soldats. Le prêt de ces soldats valurent à Frédéric II de Hesse-Cassel certaines critiques.

Frédéric II de Hesse-Cassel mourut d'une apoplexie, il fut inhumé dans une église catholique qu'il avait fait construire. Il est le seul prince de Hesse à ne pas être inhumé à l'église Saint-Martin à Cassel.

Frédéric II de Hesse-Cassel appartint à la première Maison de Hesse, elle-même issue de la première branche de la Maison de Brabant. Cette lignée de Hesse-Cassel est la plus ancienne des branches de la Maison de Hesse. Les actuels descendants de la première branche ont pour ancêtre son troisième fils Frédéric. Il y a de plus la branche cadette des langraves de Hesse-Philippstal.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]