Alain Deneault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alain Deneault

Alain Deneault est docteur en philosophie de l'université Paris-VIII[1]. Il est chargé de cours au département de science politique de l'université de Montréal, où il enseigne la pensée critique[2].

Thème principal de recherche[modifier | modifier le code]

Étudiant les activités douteuses de certaines sociétés minières en Afrique, en Amérique latine et en Europe de l'Est, Deneault montre que ces pratiques sont permises par un système législatif et financier qui a fait du Canada un refuge pour les compagnies minières du monde entier[3]. Cette dénonciation rejoint celle de diverses ONG, notamment KAIROS.

Le procès Barrick Gold et Banro[modifier | modifier le code]

L'essai Noir Canada: Pillage, corruption et criminalité en Afrique, publié en 2008 par Alain Deneault, Delphine Abadie et William Sacher, fait état d’allégations troublantes au sujet des agissements de compagnies minières canadiennes à l’étranger[4]. Dès sa publication, cet ouvrage fait l'objet d'une poursuite en diffamation de 11 000 000 $ intentée par les deux minières impliquées. Au bout de trois ans de procédure, les auteurs et les éditions Écosociété parviennent à un règlement hors cours avec la société minière Barrick Gold[5]. L'ouvrage est retiré de la circulation et les auteurs reconnaissent que Barrick leur a présenté des documents « indiquant qu’elle n’avait pas été impliquée dans les conflits au Congo » et qu'ils n'avaient pas de preuve appuyant leurs allégations[6].

L'affaire a toutefois secoué le public québécois et est à l'origine de la loi 9 (Loi modifiant le Code de procédure civile pour prévenir l'utilisation abusive des tribunaux et favoriser le respect de la liberté d'expression et la participation des citoyens au débat public) (voir l'article Poursuite stratégique contre la mobilisation publique). Elle a aussi inspiré le film documentaire Le prix des mots, du réalisateur Alain Fréchette, qui montre l'impact de cette poursuite sur la vie personnelle des auteurs[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paradis fiscaux: la filière canadienne, Alain Deneault, édition Écosociété, 2014.
  • Gouvernance : Le management totalitaire, Alain Deneault, Lux Éditeur, 2013.
  • Faire l'économie de la haine - Douze essais pour une pensée critique, Alain Deneault, édition Écosociété, 2012.
  • Paradis sous terre - Comment le Canada est devenu une plaque tournante pour l'industrie minière mondiale, Alain Deneault, édition Écosociété, 2012.
  • Georg Simmel et les sciences de la culture, Jean-François Côté et Alain Deneault, édition 2305, rue de l'Université, 2011.
  • Redéfinir l'économie: La "Philosophie de l'argent" de Georg Simmel, Alain Deneault, Éditions Universitaires Européennes, 2011.
  • Paradis fiscaux et souveraineté criminelle, Alain Deneault, La Fabrique Éditions, 2010.
  • Noir Canada: Pillage, corruption et criminalité en Afrique, Alain Deneault avec Delphine Abadie et William Sacher, éditions Écosociété, 2008.
  • Paul Martin & Compagnies, Alain Deneault, Vlb, 2005.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Le prix des mots, documentaire de Julien Fréchette, coproduction de MC2 Communication Média et de l’ONF, sorti le 8 février 2012.
  • Alain Deneault intervient dans le documentaire "La possibilité d'être humain" de Thierry Kruger et Pablo Girault, produit par Brut Productions, sorti en février 2013

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Paradis sous terre - Comment le Canada est devenu une plaque tournante pour l'industrie minière mondiale, Alain Deneault, Les Éditions Ecosociété, 2012.
  2. Département de sciences politiques. Université de Montréal
  3. Le Monde diplomatique, septembre 2013, L’industrie minière reine du Canada
  4. Huffington Post, 8 février 2013, Jean Philippe Angers, Un documentaire suit Alain Deneault dans la saga judiciaire de Noir Canada
  5. "Affaire Noir Canada : Écosociété et Barrick Gold règlent à l'amiable", Radio Canada, 19 octobre 2011
  6. Canoë, 19 octobre 2010, Noir Canada toujours publié, mais sur le web
  7. Le Devoir, 30 janvier 2013, Seuls contre un géant

Voir aussi[modifier | modifier le code]