Stress chronique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le stress chronique est la réponse du cerveau aux évènements déplaisants d'une période prolongée sur laquelle un individu n'a aucun contrôle. Cela inclut une réponse du système endocrinien causant un afflux de corticoïdes. Si cet afflux continue durant une longue période, il peut engendrer des dommages sur la santé physique et mentale de l'individu.

Biologie[modifier | modifier le code]

Des animaux exposés à des évènements stressants durant lesquels ils ne possédaient aucun contrôle répondent pas un afflux de corticoïdes[1],[2]. Ceux-ci, si prolongés, conduisent à un changement structurel de leur cerveau. Ces changements apparaissent aux neurones et aux synapses de l'hippocampe[3] et du cortex frontal médian[4]. Ceux-ci produisent des diminutions au niveau de la mémoire de travail, la mémoire spatiale et atténue l'agressivité.

Symptômes[modifier | modifier le code]

Chez l'humain, les symptômes du stress chronique peuvent varier de l'anxiété, la dépression, l'isolement social, le mal de tête, les douleurs abdominales ou manque de sommeil au mal de dos et des difficultés de concentration. Les autres symptômes incluent :

Dans de cas sévères, cela peut conduire à des crises de panique ou d'un trouble panique. Le stress joue un rôle dans le déclenchement ou la dégradation de la dépression et de maladie cardiovasculaire ainsi que dans l'accélération de la progression de VIH/SIDA[6].

Traitements[modifier | modifier le code]

Il existe une variété de méthodes pour contrôler le stress chronique, incluant l'exercice, la diététique, le contrôle du stress, les techniques de relaxation, un repos adéquat et des activités relaxantes. Il est suggéré que le magnésium peut aider[7].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sapolsky RM. (1998). Why Zebras Don't Get Ulcers : An Updated Guide To Stress, Stress Related Diseases, and Coping. 2nd Rev Ed, W. H. Freeman ISBN 978-0-7167-3210-5
  2. McEwen BS. (2007). Physiology and neurobiology of stress and adaptation: central role of the brain. Physiol Rev. 87(3):873–904. PMID 17615391
  3. (en) Sousa N, Lukoyanov NV, Madeira MD, Almeida OF, Paula-Barbosa MM. (2000). Reorganization of the morphology of hippocampal neurites and synapses after stress-induced damage correlates with behavioral improvement. Neuroscience.97(2):253-66. PMID 0799757
  4. (en) Radley JJ, Sisti HM, Hao J, Rocher AB, McCall T, Hof PR, McEwen BS, Morrison JH. (2004). Chronic behavioral stress induces apical dendritic reorganization in pyramidal neurons of the medial prefrontal cortex. Neuroscience. 125(1):1–6.PMID 15051139
  5. a, b et c (en) C. Metcalfe, Self-reported stress and subsequent hospital admissions as a result of hypertension, varicose veins and haemorrhoids, vol. 25,‎ 2003, 62–68 p. (DOI 10.1093/pubmed/fdg013, PMID 12669921, lire en ligne)
  6. (en) Cohen S, Janicki-Deverts D, Miller GE, Psychological stress and disease., vol. 298,‎ 2007, 1685–7 p. (DOI 10.1001/jama.298.14.1685, PMID 17925521, lire en ligne) "Stress Contributes To Range Of Chronic Diseases, Review Shows" ScienceDaily.com (10 octobre 2007) [1]
  7. Cernak I, Savic V, Kotur J, Prokic V, Kuljic B, Grbovic D, Veljovic M. (2000). Alterations in magnesium and oxidative status during chronic emotional stress. Magnes Res. 13(1):29–36. PMID 10761188