Rancune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La rancune est une émotion, parfois forte et vive[1], ressentie à l'égard d'un ou plusieurs individus pour une ou plusieurs raisons particulières. Elle est provoquée par un désir stabilisé de vengeance et survient lorsqu'une émotion négative telle que la jalousie, tristesse, la colère, d'émotion forte, de peur est ressentie. La rancune survient également lorsqu'un individu n'admet pas ce qui lui a été infligé, cela peut être une souffrance émotionnelle ou physique aussi bien dans les relations sociales qu'interactives. Une rancune peut impliquer quelques complexes de santé comme notamment l'anxiété, une faible estimation de soi et la nervosité. Elle peut avoir un impact psychologique selon l'intensité de la rancune et peut souvent mener à des troubles de la personnalité comme notamment une dépression clinique ou une paranoïa[2]. La rancune peut également alimenter de mauvaises relations sociales[3].

Michelle Larivey distingue la rancune, cette animosité durable et le ressentiment (ou encore rancœur), « qui contient en plus de la tristesse, même si elle est parfois peu apparente, car la colère lui sert de paravent ». Tandis que la rancune s'appuie en général sur un préjudice, le ressentiment provient d’un fait vécu comme une véritable injustice ou une profonde désillusion.

D'après certaines recherches faites par des psychologues, la rancune peut, à la place d'aider à avancer dans la vie, faire douter un individu sur une situation précédemment vécue et le rendre incertain et malheureux[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après l'ouvrage de Michael Price intitulé Revenge and the people who seek it, historiquement, il existe deux écoles concernant la vengeance. La Bible, dans l'Exode 21:23, instruit que « s'il arrive malheur, tu donneras vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied » pour punir toute offense. Mais plus de 2 000 ans plus tard, Martin Luther King Jr. répond que « L'ancienne loi du talion « œil pour œil... » rend tout le monde aveugle »[4].

Le sociologue Ian McKee, PhD, de l'université d'Adélaïde en Australie, étudie ce qui fait qu'un individu préfère chercher à se venger plutôt qu'à laisser passer. En mai 2008, il publie un article dans Social Justice Research (Vol. 138, No. 2) liant les tendances rancunières primaires avec deux attitudes sociales  : autoritarisme de droite et dominance sociale, et les valeurs motivantes qui y sont liés. Il rédige que « les individus qui sont rancuniers tendent à être ceux qui sont motivés par le pouvoir, l'autorité et le statut. Ils ne veulent pas perdre la face »[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « La rancune », sur Redpsy (consulté le 21 février 2011)
  2. Ne pardonne pas d'être blessé, et garde rancune
  3. (fr) « Rancune », sur Psychologies (consulté le 21 février 2011)
  4. a, b et c (en) Michael Price, Revenge and the people who seek it,‎ Juin 2009 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :