Weltschmerz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur les autres projets Wikimedia :

Weltschmerz (des mots allemands, signifiant Welt - "monde" et Schmerz - "douleur", allemand : ˈvɛltʃmɛɐ̯ts) est un terme intronisé par l'écrivain allemand Jean Paul dénotant une sorte de sensation ou émotion dont un individu fait l'expérience et qu'il comprend que la réalité physique ne peut satisfaire les demandes de l'esprit. Ce type de vision du monde pessimiste s'est répandu parmi des auteurs tels que Lord Byron, Giacomo Leopardi, François-René de Chateaubriand, Alfred de Musset, Nikolaus Lenau, Herman Hesse et Heinrich Heine. Le terme est également utilisé pour dénoter un sentiment de tristesse lorsqu'un individu pense à toute la misère du monde-comparable à l'empathie, la théodicée.

La signification moderne de Weltschmerz dans la langue germanique est la souffrance psychologique causée par la tristesse qui peut survenir lorsqu'un individu réalise que ses propres faiblesses sont causées par la cruauté du monde et par des circonstances (physiques ou sociales). Weltschmerz dans ce contexte peut entraîner une déprime, une résignation et escapisme, et peut devenir un problème psychologique (comparable au Hikikomori). Ce terme moderne peut être comparé au concept de l'anomie, ou d'une sorte d'aliénation, dont Émile Durkheim a auparavant fait part dans son ouvrage intitulé Le Suicide.

L'écrivain John Green définit ce terme dans son roman Will&Will comme "le sentiment d'abattement qu'on ressent quand le monde extérieur ne correspond pas au monde tel qu'on voudrait qu'il soit".