Dornes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dornes
Blason de Dornes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Canton Dornes
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Sologne Bourbonnais-Nivernais
Maire
Mandat
Max Chaussin
2014-2020
Code postal 58390
Code commune 58104
Démographie
Gentilé Dornois, Dornoise
Population
municipale
1 336 hab. (2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 42′ 57″ N 3° 21′ 12″ E / 46.7158333333, 3.3533333333346° 42′ 57″ Nord 3° 21′ 12″ Est / 46.7158333333, 3.35333333333  
Altitude Min. 207 m – Max. 261 m
Superficie 39,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Dornes

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte topographique de Bourgogne
City locator 14.svg
Dornes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dornes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dornes
Liens
Site web http://www.dornes.fr/


Dornes est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dornes est située dans le Sud du département de la Nièvre, dans la Sologne Bourbonnaise

Place de la Mairie

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Neuville-lès-Decize Saint-Parize-en-Viry Rose des vents
Toury-sur-Jour N Toury-Lurcy
O    Dornes    E
S
Aurouër (Allier) Saint-Ennemond
(Allier)

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la seigneurie de Dornes appartenait à la famille de Jaligny.
Guichard I de Jaligny eut deux fils dont un naturel, Claude Dauphin dit "le bâtard de Jaligny" à qui son frère Guichard II -un fils légitime- fit le don de Dornes. Claude Dauphin de Jaligny, seigneur de Dornes eut une fille, Marguerite, dame de Dornes morte vraisemblablement en 1407 et qui épousa Jean de Thoury (descendant du puissant seigneur Goussaut de Thoury), seigneur de Montgarnaud et donc, de Dornes. Jean eut trois fils dont Claudin qui hérita de Dornes. Claudin épousa Jeanne de Saint-Amour et mourut bien avant 1480 laissant quatre fils. Charles de Thoury, fils de Claudin hérita donc de Dornes qu'il vendit le 5 août 1480.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« Écartelé : au premier et au quatrième d'azur à la bande d'or frettée de gueules, au deuxième et au troisième de gueules aux trois rocs d'échiquier d'or. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Max Chaussin   Retraité
mars 2008 mars 2014 Max Chaussin   Retraité
juin 1995 mars 2008 Henry Zaghet    
1964 juin 1995 Hubert Gontard    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 336 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
810 864 778 906 1 083 1 183 1 104 1 308 1 241
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 383 1 562 1 640 1 795 1 885 1 949 2 088 2 237 2 355
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 204 2 213 2 051 1 717 1 608 1 549 1 572 1 518 1 318
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 388 1 360 1 295 1 257 1 257 1 219 1 300 1 323 1 336
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

  • L’agriculture et l’élevage sont très présents et se manifestent chaque année par un concours de Charolais et une fête éco-bio
  • Centre de services et commerces, marché le mercredi
  • Gîtes ruraux

Le retour au charbon[modifier | modifier le code]

Dans le canton de Dornes, sur les communes de Cossaye et de Lucenay-lès-Aix en particulier, un projet porté par des responsables économiques locaux d'ouverture d'une mine de charbon divise actuellement les élus, Verts et communistes en particulier. Accompagné d'une centrale thermique de 1 000 Mégawatts, elle promet la création d'environ 400 emplois pour 1,4 milliard d'euros d'investissement.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Place ombragée par les tilleuls
  • Étangs des Baillys
Étangs des Baillys
  • Deux fontaines, château, église

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :