Châtel-de-Neuvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chatel.
Châtel-de-Neuvre
Châtel-de-Neuvre
Châtel-de-Neuvre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Allier
Arrondissement Moulins
Canton Le Montet
Intercommunalité Communauté de communes Bocage Sud
Maire
Mandat
Jacques Ferrandon
2014-2020
Code postal 03500
Code commune 03065
Démographie
Population
municipale
551 hab. (2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 24′ 26″ N 3° 18′ 46″ E / 46.4072222222, 3.31277777778 ()46° 24′ 26″ Nord 3° 18′ 46″ Est / 46.4072222222, 3.31277777778 ()  
Altitude Min. 214 m – Max. 301 m
Superficie 19,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Châtel-de-Neuvre

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Châtel-de-Neuvre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtel-de-Neuvre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtel-de-Neuvre

Châtel-de-Neuvre est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur la RD 2009 (ancienne RN 9), entre Moulins, à 18 km au nord, et Saint-Pourçain-sur-Sioule, à 12 km au sud, le village de Châtel-de-Neuvre domine la rive gauche de l'Allier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Xe siècle est attestée une viguerie dont le village actuel tire son nom (vicaria Denobrensis, pagus Donobrensis).

La commune porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom de Montagne-sur-Allier[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2014 Bernard Michel    
mars 2014 en cours Jacques Ferrandon[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 551 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
430 982 616 602 820 867 921 1 022 1 070
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 029 1 038 1 065 1 051 1 014 1 001 1 076 1 035 1 002
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
966 956 867 770 739 743 698 647 680
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
630 600 529 582 512 515 517 517 551
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L'une des activités de la commune est la viticulture : la commune fait partie du terroir de l'AOC saint-pourçain.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Laurent, datée des XIe et XIIe siècles, église romane classée Monument historique[4]. Dans la chapelle nord, on trouve une peinture murale du XVe siècle représentant Saint Sébastien.
  • Château de Moulin-Neuf (tour).
  • Château de Logère.
  • Château de Moncoquet à Chatel-de-Neuvre 03500
  • Pont sur l'Allier. Un premier pont, suspendu, est mis en service en 1870. Au début du XXe siècle, il est en si mauvais état que le département décide de le remplacer par un pont de la même série que les ponts construits par Eugène Freyssinet au Veurdre et à Creuzier-le-Vieux (pont Boutiron). Ce pont en béton armé, commencé par Freyssinet en 1914, n'est terminé, du fait de la guerre, qu'en 1923 ; il est dynamité en juin 1940 pour retarder l'avancée des troupes allemandes. Un bac le remplace pendant la guerre. Un pont provisoire est établi après la guerre et ouvre en juin 1947 ; ses neuf travées sont constituées de charpentes métalliques récupérées des pontons de débarquement d'Arromanches ; c'est l'un des quelque 180 "ponts Arromanches" qui furent ainsi construits à travers la France pour remplacer des ponts détruits. En novembre 1976, une pile cède. Il est alors démonté et remplacé par un pont en béton précontraint d'une portée de 188 m, mis en service en 1979[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notice communale de Châtel-de-Neuvre », sur la base Cassini (consulté le 29 juin 2012)
  2. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 26 juin 2014).
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. L'église de Châtel-de-Neuvre sur le site art-roman.net.
  5. Jean-Michel Delaveau, Franchir l'Allier : à la découverte de 130 ponts, Champetières, Éditions de la Montmarie,‎ 2009 (ISBN 9782915841381).

Liens externes[modifier | modifier le code]