Rauzan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rauzan
L'hôtel de ville (oct. 2012)
L'hôtel de ville (oct. 2012)
Blason de Rauzan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Arrondissement de Libourne
Canton Canton de Pujols
Intercommunalité Communauté de communes Castillon-Pujols
Maire
Mandat
Gérard César
2014-2020
Code postal 33420
Code commune 33350
Démographie
Gentilé Rauzannais
Population
municipale
1 172 hab. (2011)
Densité 180 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 46′ 47″ N 0° 07′ 25″ O / 44.7797, -0.12361111111144° 46′ 47″ Nord 0° 07′ 25″ Ouest / 44.7797, -0.123611111111  
Altitude Min. 5 m – Max. 100 m
Superficie 6,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rauzan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rauzan

Rauzan (Rausan en gascon) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Rauzannais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 40 km à l'est-sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 22 km au sud-sud-est de Libourne, chef-lieu d'arrondissement et à 11 km au sud-ouest de Pujols, chef-lieu de canton[2].

Les communes limitrophes en sont Saint-Vincent-de-Pertignas au nord-est, Blasimon au sud, Jugazan à l'ouest, Naujan-et-Postiac au nord-ouest, Saint-Aubin-de-Branne au nord-nord-ouest sur moins de 100 mètres et Saint-Jean-de-Blaignac au nord.

Communes limitrophes de Rauzan
                    Saint-Aubin-de-Branne

Naujan-et-Postiac
Saint-Jean-de-Blaignac Saint-Vincent-de-Pertignas
Jugazan Rauzan
Blasimon


Les principales voies de communication routière sont la route départementale D128 qui commence dans le village et mène vers l'ouest à Jugazan et la route départementale D670, ancienne route nationale 670 qui traverse l'est du territoire communal, à environ un km du village et mène vers le nord à Saint-Jean-de-Blaignac et vers le sud à Sauveterre-de-Guyenne.

L'accès à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) le plus proche est celui de sortie 2 Podensac qui se situe à 31 km vers le sud-ouest.
L'accès sortie 1 Bazas à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 45 km vers le sud.
L'accès le plus proche à l'autoroute A89 (Bordeaux-Lyon) est celui de l'échangeur autoroutier Sinnbild Autobahnkreuz.svg avec la route nationale 89 qui se situe à 20 km vers le nord-ouest.

La gare SNCF la plus proche est celle, distante de 21 km par la route vers le nord-ouest, de Libourne sur la ligne TGV Atlantique Paris - Bordeaux, la ligne Intercités ligne Lyon - Bordeaux et le réseau TER Aquitaine.
La gare de Cérons sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine est distante de 28 km par la route vers le sud-ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Rauzan se blasonnent ainsi :

D'azur au lion d'or à la queue léopardée, armé et lampassé de gueules, aux dix fleurs d'argent dites angevines ordonnées en orle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Gérard César[3] UMP Sénateur, conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 172 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 058 970 979 1 042 952 1 017 886 1 017 961
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 023 1 075 1 124 1 103 1 055 1 060 1 000 909 998
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 028 1 033 1 007 1 004 1 021 1 017 950 930 888
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
841 858 903 888 978 1 035 1 088 1 122 1 161
2011 - - - - - - - -
1 172 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château (fév. 2008)
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg Le château de Rauzan : édifié par Jean Sans Terre, duc de Normandie (1199-1204), duc de Guyenne (1199-1216) et roi d'Angleterre de 1199 à 1216, le château a été construit sur un rocher occupé dès l'Antiquité. Témoin de la guerre de 100 ans, le château de Rauzan a été pris par deux fois par les Français, dont Bertrand Du Guesclin en 1377. Classé en 1862 par les monuments historiques[6], il ne renaît dans les esprits qu'à partir des années 1970 lorsque la commune de Rauzan, propriétaire depuis 1900, et quelques passionnés d'architecture médiévale entreprennent des travaux de débroussaillage et de restauration.
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg L'église Saint-Pierre, construite aux XIIe et XIIIe siècles a été classée monument historique en 2003[7].
  • La grotte Célestine date de l'ère quaternaire et a été creusée dans la roche calcaire par une rivière souterraine. La grotte Célestine, ainsi nommée en hommage à la propriétaire des lieux, a été découverte par hasard en 1845par le grenetier du village qui a effectué les premières visites. elle a servi également de cachette à des résistants. Tombée dans l'oubli durant 70 ans, elle se visite désormais.
  • Cave coopérative viticole

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Farid Abdelouahab (dir.) (préf. Jack Lang), Regards objectifs : Mieusement et Lesueur photographes à Blois, Paris, Somogy,‎ 2000, 183 p. (ISBN 978-2-85056-436-9, LCCN 2001383774), p. 58
    Photographie de Séraphin-Médéric Mieusement du château en 1880.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants des communes françaises sur habitants.fr, consulté le 18 novembre 2011.
  2. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 36,1 km pour Bordeaux, 17,5 km pour Libourne et 8,1 km pour Pujols. Données fournies par lion1906.com, consulté le 8 novembre 2012.
  3. Commune de Rauzan sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 18 novembre 2011.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  6. « Classement du château », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 18 novembre 2011.
  7. « Classement de l'église », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 18 novembre 2011.


Galerie[modifier | modifier le code]