Blasimon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blasimon
La mairie (août 2012)
La mairie (août 2012)
Blason de Blasimon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement de Langon
Canton de Sauveterre-de-Guyenne
Intercommunalité Communauté de communes du Sauveterrois
Maire
Mandat
Daniel Barbe
2014-2020
Code postal 33540
Code commune 33057
Démographie
Gentilé Blasimonais
Population
municipale
877 hab. (2011)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 59″ N 0° 04′ 23″ O / 44.7497, -0.0731 ()44° 44′ 59″ Nord 0° 04′ 23″ Ouest / 44.7497, -0.0731 ()  
Altitude Min. 22 m – Max. 130 m
Superficie 29,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Blasimon

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Blasimon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blasimon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blasimon

Blasimon (Blasimont en gascon) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Blasimonais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 46 km à l'est-sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 31 km au nord-est de Langon, chef-lieu d'arrondissement et à 7 km au nord de Sauveterre-de-Guyenne, chef-lieu de canton[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Ruch au nord-est, Mauriac à l'est, Cleyrac au sud-est, Sauveterre-de-Guyenne au sud, Frontenac au sud-ouest, Lugasson à l'ouest, Jugazan à l'ouest-nord-ouest sur moins d'un km, Rauzan au nord-ouest et Mérignas au nord.

Communes limitrophes de Blasimon
Rauzan Mérignas Ruch
Jugazan          

Lugasson
Blasimon Mauriac
Frontenac Sauveterre-de-Guyenne Cleyrac

Communications et transports[modifier | modifier le code]

La principale voie de communication routière est la route départementale D17 qui traverse le village et mène vers le nord-nord-est en direction de Castillon-la-Bataille et vers le sud à Sauveterre-de-Guyenne ; la route départementale D127 permet de rejoindre Mérignas vers le nord et Cleyrac vers le sud-est, la route départementale D236 permet de rejoindre Lugasson vers l'ouest et la route départementale D127e3 permet de rejoindre Rauzan vers le nord-ouest ; l'ouest du territoire communal est traversé par la route départementale D670 qui relie Saint-Jean-de-Blaignac au nord-ouest à Sauveterre-de-Guyenne au sud en croisant ladite RD236.

L'accès à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) le plus proche est le no 4, dit de La Réole, qui se situe à 30 km vers le sud.
L'accès no 1, dit de Bazas, à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 45 km vers le sud-sud-ouest.
L'accès le plus proche à l'autoroute A89 (Bordeaux-Lyon) est celui de l'échangeur autoroutier avec la route nationale 89 qui se situe à 25 km vers le nord-ouest.

La gare SNCF la plus proche est celle, distante de 21 km par la route vers le sud, de Gironde-sur-Dropt sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine. Sur la même ligne mais offrant plus d'opportunités de liaisons, la gare de La Réole se situe à 22 km par la route vers le sud-sud-est.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la paroisse Saint-Nicolas de Blasimon (avec la chapelle Saint-Jean) forme la commune de Blasimon. La paroisse Saint-Martin de Piis forme la commune de Piis (186 habitants au recensement de 1793[3]), celle de Saint-Martin de La Veyrie forme la commune de La Veyrie (100 habitants au recensement de 1793[4]) et celle de Notre-Dame de Cazevert, précédemment annexe de Saint-Sulpice de Bellefond, forme la commune de Cazevert (154 habitants au recensement de 1793[5]). Ces trois communes sont rattachées à la commune de Blasimon avant 1800[6],[7].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Blasimon se blasonnent ainsi :

D'azur aux trois besants d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1922 mars 1965 Louis Saint-Jean    
mars 1965 mars 1983 Volny Favory PS Conseiller général (1975-1985)
mars 1983 juin 1995 Pierre Lhomme    
juin 1995 mars 2008 Rodolphe Struk   Médecin
mars 2008 en cours Daniel Barbe[8] PS Vice-président de la CC du Sauveterrois

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 877 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
886 1 209 1 182 1 112 1 238 1 126 1 050 1 050 1 016
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 037 1 009 1 119 1 023 1 068 1 039 944 835 888
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
981 1 059 1 014 1 015 960 1 034 988 972 906
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
867 836 782 666 701 711 843 877 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Le chiffre de 1793 ne tient pas compte des habitants des communes absorbées avant 1800, Piis pour 186 habitants, La Veyrie pour 100 habitants et Cazevert pour 154 habitants, soit un total de 440 âmes.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nicolas abrte une cloche en bronze de 1622 classée à titre objet aux monuments historiques en 1942[12].
  • Moulins à eau
  • Église Saint-Martin de Piis, au sud-est du village, sur la route départementale D127 qui mène à Cleyrac.
  • Domaine départemental Volny Favory (promenade, pêche, baignade, tennis...)
Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg L'abbaye et l'église Saint-Nicolas
Autres lieux
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 9 novembre 2011.
  2. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 40,8 km pour Bordeaux, 26 km pour Langon et 6,4 km pour Sauveterre-de-Guyenne. Données fournies par lion1906.com, consulté le 19 octobre 2012.
  3. Piis sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 29 mars 2013.
  4. La Veyrie sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 29 mars 2013.
  5. Cazevert sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 29 mars 2013.
  6. Historique des communes, p. 7, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 29 mars 2013.
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Commune de Blasimon sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 9 novembre 2011.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  10. « Classement de l'abbaye Saint-Nicolas », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 28 août 2012.
  11. « Classement de l'église Saint-Nicolas », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 28 août 2012.
  12. « Classement MH de la cloche », base Palissy, ministère français de la Culture
  13. « Classement du moulin de Labarthe », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 28 août 2012.