Radio suisse romande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Radio suisse romande

Description de l'image  RTS_2010_2_logo.png.
Création 1922
Dates clés 2010 : fusion avec TSR pour créer RTS
Forme juridique Société anonyme publique
Siège social Drapeau de Suisse Lausanne (Suisse)
Activité Audiovisuel
Produits société de radio, production audiovisuelle
Société mère Société suisse de radiodiffusion et télévision
Sociétés sœurs TSR
Effectif 631 (2007)
Site web www.rts.ch/radio
Le bâtiment de la Maison de la Radio à Lausanne

La Radio suisse romande (RSR) était une division d'unité d'entreprise de la Radio télévision suisse (RTS), antenne romande du groupe audiovisuel public suisse SRG SSR idée suisse. Elle était chargée de la production et de la diffusion radiophonique des programmes de langue française en Suisse. Le 29 février 2012, les noms RSR et TSR ont été abandonnés par la RTS, dont le nom est désormais la seule marque des médias francophones de la SSR.

Historique[modifier | modifier le code]

Chaînes de radio[modifier | modifier le code]

Cinq programmes sont produits :

Animateurs vedette[modifier | modifier le code]

  • Pascal Bernheim, Sur le bout de la langue, Les après-midoux, VideoGames, Brunch, Airs de rien, Médialogues, La chronique satirique de Pascal Bernheim
  • Laurence Bisang, Couleur 3, Le journal du samedi, 17 grammes de bonheur, Electrons libres, On en parle, Les Dicodeurs, Synopsis
  • Madeleine Caboche, Atmosphères, Les enfants du 3e, Rien n'est joué,
  • Marcel Cellier, De la Mer Noire à la Baltique, Le mystère des voix bulgares,
  • Jean Charles, A votre service, Faites pencher la balance, Les après-midoux, Bon baisers de chez vous
  • André Charlet, émissions chorales
  • Raymond Colbert, Swing Sérénade, Entrons dans la danse, Discanalyse
  • Michel Dénériaz, Mardi les gars, Fête comme chez vous
  • Jacques Donzel, Micro sur scène
Thierry Meury et Laurent Flutsch, sur le plateau de la Soupe le ; en arrière-plan, Yann Lambiel, Sandrine Viglino et Laurent Nicolet.

Journalistes et reporters célèbres[modifier | modifier le code]

Le plateau de l'émission d'information « Le Grand 8 » de la Radio Suisse Romande, le 27 décembre 2007, avec les journalistes Fathi Derder et Didier Duployer, depuis la gauche, et leurs invités.

Célèbres acteurs du radio-théâtre[modifier | modifier le code]

Fréquences[modifier | modifier le code]

Option musique a été la dernière radio de la RSR à être encore diffusée en ondes moyennes. La diffusion s'est faite jusqu'au depuis l'émetteur de Sottens sur 765 kHz. Cette radio se recevait correctement sur cette fréquence la nuit entre 18h00 et 7h00 en région parisienne, entre autres.

Logos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Affaire des fichiers pédophiles[modifier | modifier le code]

En 2005, un informaticien employé à la Radio suisse romande informe sa hiérarchie de la présence d'images pornographiques, dont plusieurs seraient de nature pédophiles, dans les dossiers d'un collaborateur[1]. Deux ans plus tard, sans nouvelle de ses supérieurs, il s'inquiète des suites données à cette affaire; il se confie alors à un collègue de son département, soumis aux mêmes règles de confidentialité que lui, et informe son supérieur de son intention de s'adresser au groupe de médiation de l'entreprise. Quelques semaines plus tard, l'informaticien est licencié pour « rupture des rapports de confiance »[2].

La presse écrite locale s'empare alors de l'affaire, qui en fait ses gros titres en février et mars 2008[3]. Un mouvement naît autour de l'informaticien licencié pour dénoncer « la couverture d'une affaire d'abus sexuel d'enfants »[4]. L'ancien juge Jacques Reymond est alors mandaté le 2 avril par le conseil d'administration pour mener une enquête indépendante sur cette affaire. Dans son rapport remis le 2 juillet, il confirme d'une part que l'affaire a été traitée « comme un secret de famille », tout en confirmant le bien-fondé du licenciement. Il suggère également le licenciement du collaborateur auquel appartenait les fichiers, mais juge qu'il n'y a pas lieu de remplacer le directeur de la RSR.

Selon l'enquête instruite par le juge Philippe Vautier, une partie des fichiers incriminés aurait disparu entre 2005 et 2007[5] et, de ceux restants, treize ont été considérés par la justice comme représentant des jeunes filles dont « l'âge apparent se situe entre 12 et 14 ans » dans « des poses érotiques »[6]. En parallèle, une seconde enquête est ouverte suite d’une plainte déposée par la direction de la RSR[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La RSR embourbée dans une affaire à caractère pédophile », sur Le Matin (consulté le 14 août 2008)
  2. Communiqué de presse de SRG SSR idée suisse, . [tt_news=1267&tx_ttnews[backPid]=1 Affaire des fichiers litigieux : Résultats de l’enquête indépendante de l’ancien Juge Reymond et décisions prises par le Conseil d'administration RTSR]
  3. Voir en particulier des articles dans Le Matin, Le Matin Dimanche, 20 minutes, 24 heures, L'Hebdo, ou La Tribune de Genève
  4. Selon « Rappel des faits », sur Pétition online contre le licenciement de Jorge Resende (consulté le 14 août 2008)
  5. « RSR : des fichiers ont bel et bien disparu », sur Le Matin (consulté le 14 août 2008)
  6. « RSR : des fichiers pédophiles « punissables » », sur rsr.ch (consulté le 14 août 2008)
  7. « Crise à la RSR. La justice ouvre une deuxième enquête », sur presseromande.ch (consulté le 14 août 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Radios francophones publiques

Diffuseurs publics francophones[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]