Pompeo Batoni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pompeo Batoni

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait, Galerie des Offices, Florence, 1773-1774

Nom de naissance Pompeo Girolamo Batoni
Naissance 25 janvier 1708
Lucques, State flag simple of the Grand Duchy of Tuscany.svg Grand-duché de Toscane
Décès 4 février 1787
Rome, États pontificaux
Nationalité Italien Drapeau de l'Italie
Activités Peinture
Maîtres Sebastiano Conca, Agostino Masucci
Mouvement artistique Classicisme bolonais, Rococo français, Néoclassicisme
Influencé par Nicolas Poussin, Raphaël

Pompeo Girolamo Batoni (né le 25 janvier 1708 à Lucques en Toscane - mort le 4 février 1787 à Rome) est un peintre italien du XVIIIe siècle qui a fait la synthèse, dans son œuvre, d'éléments du classicisme bolonais, du rococo français et du néoclassicisme naissant.

Il fut l’un des premiers à rechercher une alternative au style rococo et vénitien alors au goût du jour en s’inspirant de l’antiquité, des peintres classiques français tel Nicolas Poussin et de Raphaël et fut en cela l’un des précurseurs du néoclassicisme. Il comptait Winckelmann, le théoricien et historien d’art parmi ses amis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Batoni commença sa formation avec son père, orfèvre de métier à Lucques. Il arriva à Rome en 1728 ou il étudie la sculpture ancienne. Il fut un temps l’élève de Sebastiano Conca, mais fut principalement autodidacte. Ses premières peintures sont principalement des copies des travaux de Raphaël et d'Annibale Carracci.

Au début des années 1740, cependant, il commence à recevoir des commissions de plus grand prestige, notamment la fameuse Chute de Simon le Magicien pour la basilique Saint-Pierre (actuellement dans Santa Maria degli Angeli). L'Extase de sainte Catherine de Sienne, qui est exposée maintenant au musée national de Lucques, a été réalisée en 1743.

Il réalisa de nombreuses commandes pour des décorations d’églises ainsi que des tableaux à thèmes mythologiques pour des clients privés.

Son atelier est fréquenté par des étrangers, surtout des Britanniques qui, à l'occasion de leur « Grand Tour », commandent des portraits dans des décors antiques ou de ruines et au milieu d'objets d'art. Ces portraits de Batoni prolifèrent dans les collections privées britanniques, assurant ainsi la popularité du genre au Royaume-Uni, dont Sir Joshua Reynolds devient la principale figure.

Batoni devient le peintre le plus couru de la ville, particulièrement après le départ pour l'Espagne, en 1761, de son plus sérieux rival, Anton Raphaël Mengs. Batoni se lie d'amitié avec Winckelmann qui, comme lui, préfère Raphaël et Nicolas Poussin aux artistes vénitiens en vogue.

Il fut conservateur des collections de peintures du Pape et son domicile fut un centre intellectuel, artistique et social important.

En 1769, le double portrait de Joseph II et de Léopold II d'Autriche lui permet de gagner les faveurs de la noblesse autrichienne. Il a également réalisé le portrait du pape Pie VI.

Il sera anobli en 1769 par Marie-Thérèse d'Autriche en remerciement pour le double portrait de Joseph II et Léopold II.

Ayant fait connaissance de Jacques-Louis David lors du séjour de celui-ci à Rome, il reconnut son talent et essaya, sans succès de le persuader de rester à Rome pour y continuer sa carrière. Selon la légende, il aurait légué sa palette et sa brosse à David.

Listes de ses tableaux[modifier | modifier le code]

(Par ordre chronologique)

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :