Pleugueneuc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pleugueneuc
Le château de la Bourbansais
Le château de la Bourbansais
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Canton Tinténiac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de la Bretagne Romantique
Maire
Mandat
Loïc Régeard
2014-2020
Code postal 35720
Code commune 35226
Démographie
Gentilé Pleugueneucois
Population
municipale
1 696 hab. (2011)
Densité 69 hab./km2
Population
aire urbaine
28 115 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 50″ N 1° 54′ 09″ O / 48.3972222222, -1.9025 ()48° 23′ 50″ Nord 1° 54′ 09″ Ouest / 48.3972222222, -1.9025 ()  
Altitude 70 m (min. : 17 m) (max. : 89 m)
Superficie 24,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Pleugueneuc

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Pleugueneuc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pleugueneuc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pleugueneuc
Liens
Site web www.pleugueneuc.com

Pleugueneuc (Plegeneg en breton) est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne.

Ses habitants se nomment les Pleugueneucois.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pleugueneuc vient du breton Plou qui signifie paroisse et de Guéhénoc du nom de son fondateur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Pleugueneuc est situé dans le département d'Ille-et-Vilaine à proximité de la route nationale 137 entre Rennes, à 40 km au nord, et Saint-Malo, à 33 km au sud.

La commune de Pleugueneuc est limitrophe de celles de Saint-Pierre-de-Plesguen et Meillac au nord, La Chapelle-aux-Filtzméens à l'est, Saint-Domineuc et Trévérien au sud et Plesder à l'ouest.

Climat[modifier | modifier le code]

Pleugueneuc est situé dans la zone d'influence du climat océanique.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de la commune est constitué de roches granitiques.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Pleugueneuc est séparé de Saint-Domineuc par le Linon.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune était desservie par une ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique des Tramways d'Ille-et-Vilaine reliant Rennes à Saint-Malo de 1901 à 1950

L'origine de Pleugueneuc est liée à Guéhénoc, ou Guéhéneuc, moine soldat, druide ou chef de guerre venu de Grande-Bretagne au VIe siècle.

La paroisse de Pleugueneuc faisait partie du doyenné de Dol relevant de l'évêché de Dol et était sous le vocable de saint Étienne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de quatorze membres, proportionnellement au nombre d'habitants.

Maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 André Blanchard    
2014 en cours Loïc Régeard[1] DvG Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Budget municipal[modifier | modifier le code]

Retrouvez la fiscalité de Pleugueneuc sur le site officiel des finances:
- Les taux et taxes
- Les comptes

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 696 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 360 1 398 1 418 1 453 1 693 1 563 1 589 1 669 1 676
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 759 1 843 1 915 1 941 2 000 2 074 2 020 1 991 1 937
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 859 1 882 1 938 1 699 1 678 1 649 1 523 1 485 1 421
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 365 1 232 1 151 1 103 1 132 1 283 1 537 1 696 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

La commune est essentiellement rurale mais comporte quelques entreprises :

  • Établissement Glory
  • Transports Masson

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Châteaux[modifier | modifier le code]

Château de la Bourbansais

Pleugueneuc compte plusieurs châteaux dont le château de la Bourbansais[4]. Construits sur des vestiges gallo-romains à la fin du XVIe siècle, le château et les jardins « à la française » sont classés Monument historique depuis 1959. Un parc zoologique jouxte le château. Des spectacles de fauconnerie et de meutes de chiens complètent la visite du château et du zoo.

Le château de La Motte Beaumanoir est situé sur les communes de Pleugueneuc et de Plesder. Il fut construit au XVe siècle par la famille Bouvier.

Un autre château se situe sur la commune : le château du Gage (XIXe siècle).

Église[modifier | modifier le code]

Église Saint-Étienne

L'église paroissiale Saint-Étienne[5] respecte un plan en croix latine. Les matériaux utilisés pour le gros-œuvre reflètent la géologie de la région avec du schiste et du granite, tout comme la couverture en ardoise. La nef et la façade Ouest sont du XVe siècle. Le transept et le chœur actuels sont édifiés en 1841.

Les éléments remarquables[6] de l'église sont l'autel, le dais d'autel et deux statues d'époques Louis XV . L'un des "curés de campagne", Eugène Brune, s'est occupé de ses paroissiens dès 1965 avant d'être muté sur la commune de Saint-Jouan des Guérêts. Il avait été l'animateur principal du cinéma le Drapeau de Fougères. Il était aussi descendant de Robert Surcouf.

Croix et calvaires[modifier | modifier le code]

On retrouve sur le territoire communal de nombreuses croix et calvaires dont la Croix chaude (près du cimetière) ou encore le calvaire du Terte Vilet.

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

  • Seigneurie de la Motte-Beaumanoir en Pleugueneuc, cotes 23 J 376, 23 J 559-560 > Fonds de La Bourdonnaye-Montluc (23 J), Archives I&V.
  • Seigneuries en Pleugueneuc, Meillac (voir répertoire) > Fonds de la Bourbansais, Archives I&V, fonds 71 J, (6,20 ml).
  • Juridiction de la Motte Beaumanoir en Pleugueneuc… > Fonds de Lorgeril, Archives I&V, fonds 36 J, (2,30 ml).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Canet, Histoire rurale de l'évêché de Dol : La Bourbansais au XVIIIe siècle, 1971, (Archives d'I&V - Mémoire 2 J 17).
  • Odile de Lorgeril, La Motte Beaumanoir au XIXe siècle .?.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'annuaire des élus 2014 d'Ille-et-Vilaine », Dimanche Ouest-France, 20 avril 2014
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. La Bourbansais
  5. église paroissiale Saint-Étienne
  6. Autel, dais d'autel, statues (2) (maître-autel, baldaquin) : Evêque (un), martyr (un)