Lanrigan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lanrigan
Château de Lanrigan.
Château de Lanrigan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Hédé
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de la Bretagne Romantique
Maire
Mandat
Jean Harel
2014-2020
Code postal 35270
Code commune 35148
Démographie
Population
municipale
143 hab. (2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 50″ N 1° 41′ 51″ O / 48.3972222222, -1.697548° 23′ 50″ Nord 1° 41′ 51″ Ouest / 48.3972222222, -1.6975  
Altitude 68 m (min. : 50 m) (max. : 85 m)
Superficie 3,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Lanrigan

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Lanrigan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lanrigan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lanrigan

Lanrigan est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne. Ces habitants sont nommés Lanriganais et Lanriganaises. La rivière de l'Ille, le Tamour et le Linon sont les seuls cours d'eau traversants la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Lanrigan fait partie du canton de Hédé et dépend de l'arrondissement de Rennes en Ille-et-Vilaine.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune située à une quarantaine de kilomètres au nord de Rennes et à une vingtaine de kilomètres à l’est-sud-est de Dinan. Elle est entourée par les villes de Combourg, Dingé et Saint-Léger-des-Prés.

Le bourg de la commune est traversé par la D 83.

Carte de la commune.
Communes limitrophes de Lanrigan
Combourg
Lanrigan Saint-Léger-des-Prés
Dingé

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lanrigan[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Lanno Rigano au XIe siècle, Lanrigant en 1111, Sanrigan en 1116, Lanrigan au XIIe siècle[1].

En breton, le nom de la commune reste Lanrigan[1].

Lanrigan est un toponyme issu de l'ancien breton lann « église » (breton moderne « lande (lande d'ermite, lieu consacré du village) », « ajonc »). Le second élément -rigan représente le nom d'un saint breton *Rican, non attesté (selon Joseph Loth).

Remarque : le mot brittonique lann s'est souvent confondu avec le mot lande d'origine gauloise et de sens proche. Le lieu-dit écrit Land'huan, Landehuan est un ancien Landuhan, c'est-à-dire une mécoupe du breton *Lann-duhan, le second élément étant peut-être un anthroponyme breton en Tud-.

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Du nord au sud, plusieurs lieux-dits sont répartis sur le territoire de la commune :

  • la Métairie
  • le Fresne
  • les Guerches
  • la petite Haie
  • les Rosais
  • la Touche
  • la Lande Longue
  • la Lande rose
  • la Haute Ruée
  • Chapelle de Landehuan
  • la Lande de Landehuan

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de la paroisse de Lanrigan date de 1070. Elle dépendait auparavant de celle de Combourg[2].

Vers 1080, la terre de Land'Huan (ou Landuhan) est donnée en fief par Jean Ier de Dol, seigneur de Combourg, à l'un de ses guerriers nommé Adam, fils d'Urvoi, qui en remet la moitié à l'abbaye Saint-Florent en Anjou. Cette dernière la transmet aux moines de l'abbaye de Dol (prieuré de l'Abbaye-sous-Dol). La paroisse de Lanrigan dépendait autrefois de l'ancien évêché de Saint-Malo.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 1919[3]  ?? de Kervers    
 ??  ??  ??    
15 mars 2008 en cours Jean Harel[4] SE Technicien territorial
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2009, Lanrigan comptait 133 habitants, soit l’avant-avant-dernière commune d’Ille-et-Vilaine en termes de population devant Le Lou-du-Lac et Bléruais. En 2010, Lanrigan a une population de 139 habitants dont 138 habitants dans le village. La densité de Lanrigan est de 34,9 hab/km². 51,8% des habitants sont des hommes donc 48,2% des habitants sont des femmes.

Le maximum de population a été atteint en 1886 avec 254 habitants.

En 2011, la commune comptait 143 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
160 167 205 196 206 207 204 175 174
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
187 213 204 206 232 248 254 218 229
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
223 228 223 178 160 161 177 178 147
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
123 132 128 107 104 108 119 120 143
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Classement[modifier | modifier le code]

Lanrigan est la 30 944e commune de France au niveau des habitants, la 33 348e au niveau de la superficie et la 20 266e au niveau de la densité. Au niveau de la Bretagne, elle est la 1 259e au niveau des habitants, la 1 200e au niveau de la superficie et la 1 065e au niveau de la densité.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Lanrigan.

La commune compte un seul monument historique protégé : le château de Lanrigan construit pour la famille de Vendel. Ce château se situe à l'emplacement d'une ancienne demeure fortifiée au XIe siècle. Sa façade est est en grand appareil et présente des corniches sur riches modillons imitant des mâchicoulis sommés d'arcatures trilobées, deux élégante gerbières, des ouvertures à archivoltes en accolade ornées de choux frisés et de fleurons, une petite tourelle d'angle en encorbellement et une grande tourelle octogonale. La seigneurie de Lanrigan possède un droit de haute justice. Propriété des seigneurs de Langan (au XIe siècle), de la famille de Vendel (vers 1501), de la famille Tréhal (vers 1540), de la famille Bois-le-Houx (vers 1568) qui le reconstruise. Il passe ensuite entre les mains des vicomtes de la Belinaye (en 1672 ou 1693), puis de la famille Fontlebon (au XVIIIe siècle). Il est aujourd'hui la propriété de la famille Hamon de Kervers ; . Il a été inscrit par arrêté du 26 mars 1973[7],[8].

On trouve plusieurs autres bâtiments dont :

  • l’église Saint-Martin, bâtie par Arthur Regnault en 1902[9],[10] L'ancienne église est citée au XIe siècle. L'église est donnée au XIe siècle pour moitié par les seigneurs de Combourg à l'abbaye de Saint-Florent en Anjou, et celle-ci achète peu après l'autre moitié. L'église est dédiée à saint Martin, évêque de Tours.
  • la chapelle de Landehuan qui remonte au XVIIe siècle[11]Notre-Dame de Land-Huan (ou Landuhan) est un ancien sanctuaire appartenant à la fabrique. Le pouillé ms. de Saint-Malo (1739-1767) le mentionne en disant qu'il n'était pas fondé. Il s'y tient une assemblée à la mi-août et l'on y va ce jour-là en procession dire les vêpres (pouillé de Rennes). Elle conserve des traces de peintures murales. L'autel date du XVIe siècle et la table d'autel est en pierre. Une statue représentant une "femme en prière" (dame agenouillée et les mains jointes) date du XVIe siècle ;
  • plusieurs croix de cimetière[12], de mission[13] et de chemins[14],[15],[16],[17]
  • la croix du Vivier (XVIIe siècle) ou la croix des Innocents. Cette croix a été édifiée dans un cimetière ouvert spécialement de 1630 à 1638 pour l'inhumation d'une centaine d'enfants, victimes d'une épidémie de dysenterie pestilentielle qui fit de grand ravage à l'époque. Ce cimetière est abandonné en 1827.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'ancienne noblesse de Lanrigan descend de Jehan de Langan et de son frère Geoffroy, un homme d'armes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Résultats concernant « Lanrigan » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le 28 octobre 2012).
  2. André Chédeville et Noël-Yves Tonnerre, La Bretagne féodale : XIe-XIIIe siècle, Rennes, éditions Ouest-France, coll. « université »,‎ 1987, 440 p. (ISBN 2-7373-0014-2), p. 288
  3. Les élections des maires : arrondissement de Rennes, L'Ouest-Éclair du 11 décembre 1919, no 7269 (lire en ligne).
  4. « Les maires élu du 1er tour », Dimanche Ouest-France, no 534,‎ 15 mars 2008, p. 10-11 (ISSN 1285-7688)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  7. « Notice no PA00090615 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Notice no IA35040080, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  9. « Notice no IA00130838 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Notice no IA00130838, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  11. Notice no IA35040088, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  12. Notice no IA35040101, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  13. Notice no IA35040082, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  14. Notice no IA35040084, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  15. Notice no IA35040124, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  16. Notice no IA35040089, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  17. Notice no IA35040085, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Liens externes[modifier | modifier le code]