Trémeheuc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trémeheuc
Mairie de Trémeheuc.
Mairie de Trémeheuc.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Canton Combourg
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de la Bretagne Romantique
Maire
Mandat
Pierre Sorais
2014-2020
Code postal 35270
Code commune 35342
Démographie
Gentilé Trémeheucois
Population
municipale
371 hab. (2011)
Densité 61 hab./km2
Population
aire urbaine
28 115 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 35″ N 1° 42′ 07″ O / 48.4263888889, -1.70194444444 ()48° 25′ 35″ Nord 1° 42′ 07″ Ouest / 48.4263888889, -1.70194444444 ()  
Altitude Min. 69 m – Max. 127 m
Superficie 6,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Trémeheuc

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Trémeheuc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trémeheuc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trémeheuc
Liens
Site web www.tremeheuc.a3w.fr

Trémeheuc est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Histoire[modifier | modifier le code]

Étymologie et origines[modifier | modifier le code]

Le nom Trémeheuc provient du mot trève (francisation d'un mot breton signifiant une subdivision de paroisse) et de saint Mieux, saint breton peu connu, également dénommé saint Mayeux, saint Maeoc, saint Maëc, saint Nic, etc[1]

La fondation d'un monastère érigé au VIe siècle par saint Maeoc est à l'origine de la commune[2].

En 1053, la langue bretonne y est encore parlée selon un texte qui parle de saint Martin qu'en langue bretonne on appelle Tramahou[3]. Le breton a été totalement remplacé par le gallo, une langue d'oïl, dans les décennies qui suivirent.

1053 est également la première mention de la paroisse de Trémeheuc, qui dépendait auparavant de celle de Combourg[4].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La paroisse de Trémeheuc faisait partie du doyenné de Dol relevant de l'évêché de Dol et était sous le vocable de saint Martin.

Les dîmes de la paroisse étaient au bénéfice de l'Abbaye Notre-Dame du Tronchet

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2014 Joël Saulnier[5]    
mars 2014 en cours Pierre Sorais[6]   Responsable juridique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 371 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
347 352 434 442 460 402 417 404 403
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
429 417 422 472 465 443 452 428 435
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
432 427 341 345 329 294 270 267 212
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011
219 232 286 308 313 330 334 359 371
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Les pierres tombales de l'église de Saint Martin ont des noms que l'on retrouve sur des croix de chemin du XVIIème.

Le 3 août 1862 lors d'une visite dans la paroisse le vicaire général du diocèse de Rennes remarque la grande pauvreté de l'église par le manque de statues et leur manque d'entretien. Il ordonne donc de les repeindre et de les remettre en état plus particulièrement celle de Saint Martin. Un des vitrail de cette église représente saint Martin en prélat qui tient une mitre et une crosse.

Événements[modifier | modifier le code]

Installation d'un parc de six éoliennes en mars 2008, d'une capacité de 2 000 kW chacune[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://marikavel.org/bretagne/guimaec/accueil.htm
  2. http://www.infobretagne.com/tremeheuc.htm
  3. Ar Men n°25
  4. André Chédeville et Noël-Yves Tonnerre, La Bretagne féodale : XIe-XIIIe siècle, Rennes, éditions Ouest-France, coll. « université »,‎ 1987, 440 p. (ISBN 2-7373-0014-2), p. 288
  5. « Ils ont été élus maires hier soir », Ouest-France (éd. Rennes), no 19320,‎ 22-23 mars 2008, p. 7 (ISSN 0999-2138)
  6. « L'annuaire des élus 2014 d'Ille-et-Vilaine », Dimanche Ouest-France, 20 avril 2014
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  9. Parc éolien de Trémeheuc, France