Dais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tombeau de Louis XII et d’Anne de Bretagne : le catafalque est couvert par un dais à arcades
Dais au fond de la salle de banquet
Statue couverte d'un dais sculpté

Le dais (du latin discus, « disque, plateau circulaire ») est un ouvrage d'architecture et de sculpture en pierre, en métal, de bois sculpté ou de tissus, qui sert à couvrir un trône, un autel, une chaire, un catafalque, une statue, une œuvre d'église ou la place où siègent, dans les occasions solennelles, certains personnages.

Origine et évolution du dais[modifier | modifier le code]

À l'origine, le dais désigne un « plateau où l'on disposait les mets », puis le mot évolue phonétiquement au XIIe siècle en deis, table d’honneur dressée sur une estrade, en usage du XIIe au XVIe siècle. Cette plateforme est généralement située au fond des salles de banquets médiévaux où le seigneur mange sur une table haute. Cette estrade est généralement surmontée d'une tenture, d'où l'assimilation du dais à un toit, une couverture (usage attesté avant 1350).

Cette assimilation fait que le dais a désigné par la suite une pierre saillante qui couvre des statues à l’extérieur ou à l'intérieur des édifices religieux et civils du Moyen Âge, les artistes de l'époque jugeant inconvenable d’adosser une figure de saint ou de personnage célèbre à un mur, sans préserver sa tête de la pluie ou de la poussière par une sorte de petit auvent. Sa forme est généralement empruntée de celle d'une tente ou d'un pavillon. Enfin, le dais a désigné toute couverture d'un mobilier honorifique[1].

Différents types de dais[modifier | modifier le code]

Le dais est le plus souvent suspendu (à la manière d'un ciel de lit) mais parfois porté de fond (s'appuyant sur des fondations) ou en surplomb (dais de statue). Tantôt isolé, tantôt adossé à un mur, il prend au XVIe siècle une spécialisation honorifique avec le sens moderne de baldaquin qui est généralement garni de tentures (étoffe ou tapisserie)[2].

Dais du Temple de Jérusalem[modifier | modifier le code]

Le dais du mythologique trône de Salomon est décrit comme « un grand trône d'ivoire recouvert d'or affiné, avec un dais rond derrière lui et des accoudoirs ».

Ce siège royal est peut-être réalisé en ivoire massif, mais la technique présentée comme généralement employée pour la construction du temple laisse penser qu'il aurait plutôt été en bois recouvert d'or affiné et richement décoré de panneaux d'ivoire incrustés.

Dais dans la liturgie[modifier | modifier le code]

Le dais portatif est également utilisé dans la liturgie catholique. Il s'agit d'un ouvrage à quatre pieds, recouvert de tentures. Employé lors des processions, il est alors porté par quatre hommes, tandis que le célébrant se tient dessous, tenant par exemple le Saint-Sacrement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle, Editeur B. Bance A. Morel, ome 5, 1858
  2. Antoine Quatremère de Quincy, Dictionnaire historique d'architecture, Le Clere, 1832, p.496

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène Viollet-le-Duc, « Dais », dans Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque carlovingienne à la Renaissance, t. I, Paris, Librairie centrale d'architecture,‎ 1873-1874 (lien OCLC?), p. 93-95 [lire sur Wikisource]

Voir aussi[modifier | modifier le code]