Dejima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

32° 44′ 37″ N 129° 52′ 23″ E / 32.74352, 129.87302

Ukiyo-e de Kawahara Keiga: Arrivée d'un navire hollandais (蘭船入港図): Philipp Franz von Siebold à Dejima en utilisant un teresukoppu (télescope) avec sa femme japonaise O'Taki San et sa toute petite fille O'Iné.

Dejima (出島) est une ancienne île artificielle située autrefois dans la baie de Nagasaki et englobée depuis par la ville elle-même. C'était le lieu où les Néerlandais commerçaient avec les Japonais de 1641 à 1853. Dejima qui signifie « île en saillie », est parfois aussi écrit Deshima (shima signifie « île » en japonais et se modifie phonétiquement en -jima).

Pendant cette période, les étrangers autres que les Néerlandais de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (Vereenigde Oost-Indische Compagnie ou VOC) n'avaient pas le droit de commercer avec l'archipel nippon. Ces derniers qui y étaient installés n'avaient pas le droit de quitter l'île.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Centre d'entrainement naval de Nagasaki avec l'île de Dejima au fond.
Article détaillé : VOC Opperhoofden au Japon.

Construite dès 1634 sous les ordres du shogun Iemitsu Tokugawa, Dejima était auparavant isolée des terres et a été peu à peu entourée de terrains gagnés sur la mer. Elle fera néanmoins une taille réduite de 120 mètres sur 75 et sera finalement reliée à la terre ferme par un pont, dont le franchissement était lui-même surveillé tant du côté japonais que du côté néerlandais (ces derniers ayant également installé une porte qui fermait l'accès de l'île).

Après une chute significative du commerce au cours du XVIIe siècle (deux navires par an seront autorisés à accoster à Dejima), la VOC fait finalement faillite en 1798 et ses actifs sont cédés au gouvernement néerlandais.

Durant la Révolution et les guerres napoléoniennes, lorsque les Pays-Bas furent occupés, puis annexés par les Français, Dejima rompit ses liens avec la métropole. Ainsi, l'île restera le seul endroit au monde où le drapeau néerlandais continuera de flotter durant cette période sous l´ordre de Hendrik Doeff.

Suite à l'ouverture forcée par le Comodore Perry en 1854, le Bakufu (le gouvernement des shoguns) y installe en 1855 le Centre d'entraînement naval de Nagasaki destiné à permettre aux Japonais d'assimiler les techniques navales occidentales. Le centre sera d'ailleurs équipé du premier navire à vapeur japonais, le Kankō Maru (offert par les Néerlandais). L'un des premiers amiraux nippons, Takeaki Enomoto, étudia dans ce centre de formation.

Après avoir obtenu des autorités nippones l'autorisation de faire du commerce dans la ville même de Nagasaki, les Néerlandais fermeront le poste de Dejima en 1857. L'île sera peu à peu englobée dans la ville de Nagasaki, par la récupération de terrains supplémentaires gagnés sur la mer. Au nord, elle est désormais baignée par la rivière Nakashima.

Organisation[modifier | modifier le code]

Hendrik Doeff, Opperhoofd de 1803 à 1817.

Dejima était essentiellement constituée d'entrepôts et de maisons d'habitation pour les Néerlandais, mais aussi de logements de fonction pour les fonctionnaires nippons.
Les marchands occidentaux étaient étroitement surveillés par des gardiens et autres veilleurs de nuit placés sous la responsabilité d'un superviseur, l'Otona.
Un certain nombre de commerçants assistés de 150 Tsuji (interprètes) y résidaient et étaient tous rémunérés par la VOC. Le représentant officiel de la compagnie, a été appelé Opperhoofd ou Kapitan. Cependant, le titre ne changea pas lorsque l'île tomba sous l'autorité de l'État néerlandais. Tout au long de cette période, le titulaire devait en changer tous les ans, mais cela ne fut pas toujours le cas.

Dejima était directement placée sous la supervision centrale d'Edo, représenté par un gouverneur appelé Nagasaki bugyō, qui était responsable de tous les contacts entre les VOC avec toute personne se trouvant dans l'archipel japonais. Celui-ci inspectait également tout navire néerlandais qui arrivait à Dejima, et donc les voiles étaient saisies jusqu'à ce que le bâtiment ait décidé de partir. Les livres religieux (comme la bible) et des armes étaient scellées et confisqués. De plus, aucun service religieux n'était toléré à Dejima.

Activités commerciales[modifier | modifier le code]

Les Néerlandais commercialiseront principalement de la soie, puis plus tard du sucre (qui deviendra alors la première denrée).
Des peaux de cerfs ou de requins seront également amenées du reste de l'Asie par les Occidentaux, qui feront aussi venir d'Europe des lainages et du verre (les Japonais leur fournissant essentiellement du cuivre et de l'argent.
Ce commerce sera d'ailleurs très profitable pour la VOC qui réalisera de confortables profits à hauteur de 50 %, voire plus. Ainsi, la charge financière que Dejima représentait pour la compagnie se trouvait largement amortie.

À cela s'ajoute à un système d'échanges commerciaux individuels organisé par le personnel de Dejima et les négociants néerlandais nommé Kanbang. Celui-ci était autorisé par le gouvernement japonais afin d'obtenir des livres et des instruments scientifiques, constituant ainsi une importante source de revenus pour les salariés. Plus de 10 000 ouvrages étrangers traitant de diverses questions scientifiques ont été vendus de cette manière, et deviendront pour les Japonais de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, une source pour les « Études hollandaises », le rangaku.

Reconstruction[modifier | modifier le code]

Photo aérienne présentant l'ancienne île de Dejima (dont les contours sont marqués en rouge) au sein de la ville moderne de Nagasaki.

C'est en 1922 que l'on prit conscience de l'importance historique du lieu. Le travail de restauration de l'île débuta en 1953.

Il existe actuellement un projet de restauration très avancé, qui comprend aussi bien la reconstruction des bâtiments que la reconstitution de l'île elle-même. À ce jour, le contour initial de l'île a été reconstitué, et les bâtiments ont été restaurés. Dejima est un des sites historiques majeurs de Nagasaki.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Blomhoff, J.C. (2000). The Court Journey to the Shogun of Japan: From a Private Account by Jan Cock Blomhoff. Amsterdam
  • Blussé, L. et al., eds. (1995-2001) The Deshima [sic] Dagregisters: Their Original Tables of Content. Leiden.
  • Blussé, L. et al., eds. (2004). The Deshima Diaries Marginalia 1740-1800. Tokyo.
  • Boxer. C.R. (195). Jan Compagnie in Japan, 1600-1850: An Essay on the Cultural Aristic and Scientific Influence Exercised by the Hollanders in Japan from the Seventeenth to the Nineteenth Centuries. Den Haag.
  • Caron, F. (1671). A True Description of the Mighty Kingdoms of Japan and Siam. London.
  • Doeff, H. (1633). Herinneringen uit Japan. Amsterdam. [Doeff, H. "Recollections of Japan" (ISBN: 1-55395-849-7)]
  • Leguin, F. (2002). Isaac Titsingh (1745-1812): een passie voor Japan, leven en werk van de grondlegger van de Europese Japanologie. Leiden.
  • Nederland's Patriciaat, Vol. 13 (1923). Den Haag.
  • Screech, Timon. (2006). Secret Memoirs of the Shoguns: Isaac Titsingh and Japan, 1779-1822. London: RoutledgeCurzon.
  • Siebold, P.F.v. (1897). Nippon. Würzburg e Leipzig.
  • Titsingh, I. (1820). Mémoires et Anecdotes sur la Dynastie régnante des Djogouns, Souverains du Japon. Paris: Nepveau.
  • Titsingh, I. (1822). Illustrations of Japan; consisting of Private Memoirs and Anecdotes of the reigning dynasty of The Djogouns, or Sovereigns of Japan. London: Ackerman.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]