Colonisation néerlandaise des Amériques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article détaillé : Empire colonial néerlandais.

La colonisation néerlandaise des Amériques a commencé au XVIIe siècle, lorsque les Provinces-Unies mandatèrent en 1602, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (Vereenigde Oost-Indische Compagnie ou VOC), afin d'explorer un Passage du Nord-Ouest vers les Indes.

La Nouvelle-Néerlande[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nouvelle-Néerlande.
Carte politique du nord-est de l'Amérique du Nord en 1664.

Ainsi en 1609, l'anglais Henry Hudson travaillant pour la compte de la VOC, explore la côte la future « Nouvelle-Angleterre ». Entre la baie de New York et remonte le fleuve qui porte aujourd'hui son nom.

En 1614, les quatre compagnies commerciale néerlandaises se souciant de l’impact négatif d’une rivalité entre elles, s’unirent et reçurent des États généraux une charte de compagnie à monopole leur cédant l’exploitation entière du commerce des fourrures sur le territoire situé entre les 40e et le 45e parallèles pour trois années[1].

La même années, Adriaen Block qui faisait du commerce de peaux pour le compte de négociant d'Amsterdam reste sur l'ile de Manhattan. Mais l'endroit sera peu utilisée par les néerlandais, jusqu'à ce que les premières familles de colons s'y installe en 1624. On ne trouve que quelques plantations et un peu d’élevage.

Face à la menace, des autres puissances coloniales, la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales (West-Indische Compagnie ou WIC) créée en 1621, décide d'édifier un fort à la pointe sud de Manhattan, afin d'affirmer ses prétentions sur la région. Baptisé « Fort Amsterdam », celui-ci va bientôt prendre l'allure d'un véritable comptoir : la Nouvelle-Amsterdam.

Les Antilles[modifier | modifier le code]

Les néerlandais, s'établissent dès 1620 aux Antilles. Ils s'implantent sur les îles de Saint-Martin, Saint-Eustache, Saba, Tobago, aux Îles Vierges, dont à Sainte-Croix dans les Îles du Vent puis à Curaçao, Bonaire et Aruba dans les îles Sous-le-Vent.

L'Amérique du Sud[modifier | modifier le code]

En 1630, la WIC enlèvent au portugais les villes de Recife, Natal et Salvador au Brésil, afin de s'assurer une partie de leur production sucrière. Recife devient la capitale de la colonie sous le nom de « Mauritsstaad ». Les populations locales se révoltèrent (Insurreição Pernambucana ou « Insurrection de Pernambouc ») contre leur présence dès les années 1640 et à la faveur de la Première Guerre anglo-néerlandaise (1652-1654), la Nouvelle-Hollande redevient possession du Portugal. Cependant, la Guerre néerlando-portugaise se poursuivra en Asie jusque dans les années 1660.

En 1664, par le Traité de Breda, les Provinces-Unies récupèrent le Suriname (appelé aussi « Guyane néerlandaise »).

Références[modifier | modifier le code]