Musique pour cordes, percussion et célesta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Musique pour cordes, percussions et célesta de Béla Bartók est une œuvre composée en 1936 et créée le 21 janvier 1937 à Bâle par Paul Sacher.

Cette pièce orchestrale est novatrice dans sa composition. La structure du premier mouvement est construite, comme de nombreuses autres œuvres du compositeur, sur des proportions en rapport avec le nombre d'or (analyses de Landvai et Solomon). On y trouve aussi une invention rythmique, un langage chromatique d'essence modale (une note servant toujours de polarité au discours) et des sources folkloriques et impressionnistes.

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Il s'y succède quatre mouvements : une fugue qui palpite, un allegro bondissant, un nocturne vertigineux et un final joyeusement « paysan » :

  • Andante tranquillo

Fugue rigoureuse et tendue en la majeur où les sections de cordes entrent séquentiellement et crescendo avec de fréquents changements de métrique à 5/8, 7/8, 8/8, 9/8, 10/8, 12/8, d'abord avec sourdine les premiers altos à 8/8 puis les premiers violons, ensuite les deuxièmes violons puis les premiers violoncelles ensuite les premières contrebasses et ainsi de suite jusqu'à l'entrée d'un trille de timbale crescendo suivi d'un trille des cymbales crescendo; et enfin le célesta qui en triples croches joue un motif chromatique ondulant, onirique et obsessionnel, répété 17 fois. La fin s'apaise sur la tonique 'la', diminuendo.

  • Allegro
  • Adagio
  • Allegro molto

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Instrumentation de Musique pour cordes, percussion et célesta
Cordes I
premiers violons, seconds violons, altos,

violoncelles, contrebasses,

Cordes II
premiers violons, seconds violons, altos,

violoncelles, contrebasses,

Claviers
1 Harpe, 1 piano, 1 Célesta,
Percussions
timbales, grosse caisse, Cymbale, Tam-tam, 2 Tambours piccolo, 1 Xylophone,
2' mouvement mesures 200 à 207Play

Discographie[modifier | modifier le code]


Utilisation de l'œuvre dans d'autres domaines[modifier | modifier le code]

Le cinéaste Stanley Kubrick a fait une utilisation ingénieuse de cette œuvre dans son film Shining (1980).