Suite de danses (Bartók)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Suite de danses

Béla Bartók compose sa Suite de danses (en hongrois: Táncszvit), Sz. 77, BB 86a, en 1923.

Pour célébrer le cinquantenaire de l'union de Buda, Pest et Óbuda, trois compositeurs sont invités à écrire une œuvre originale qui sera créée lors d'un concert, le 19 novembre 1923. Ernő Dohnányi écrit une Ouverture de festival, Zoltán Kodály le Psalmus Hungaricus, et Bartók une Suite de danses créée par Ernő Dohnány.

À rebours du nationalisme affiché de l'événement, Bartók nourrit son œuvre aussi bien des musiques roumaine et arabe que du folklore hongrois, célébrant la fraternité entre les peuples dans cette suite.

Il use de la forme rondo : une ritournelle unit les cinq danses entre elles, à l'exception de la troisième et de la quatrième qui s'enchaînent. Un finale s'ajoute aux cinq danses comme conclusion récapitulative.

Cette œuvre eut un grand succès, fut reprise par plusieurs orchestres et assura la renommée de Bartók en dehors des frontières de la Hongrie. Elle est vue comme un exemple particulièrement réussi de création d'un folklore imaginaire.

Mouvements[modifier | modifier le code]

  1. Moderato
  2. Allegro molto
  3. Allegro vivace
  4. Molto tranquillo
  5. Comodo
  6. Finale
  • durée d'exécution: 20 minutes

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Instrumentation de la Suite de danses
Cordes
premiers violons, seconds violons, altos,

violoncelles, contrebasses, 1 harpe

Bois
2 flûtes les deux jouant du piccolo, 2 hautbois le deuxième jouant du cor anglais,

2 clarinettes en si bémol la deuxième jouant de la clarinette basse, 2 bassons le deuxième jouant du contrebasson

Cuivres
4 cors en fa, 2 trompettes en si bémol, 2 trombones, 1 tuba
Percussions
timbales, percussions, piano (à quatre mains), célesta (jouant le second piano)[1]

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. dans la troisième danse, mesure 84 à 93, il y a deux pianos à quatre mains donc quatre pianistes