Concerto pour orchestre de Bartók

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Concerto pour orchestre.

Le Concerto pour orchestre Sz.116/BB 123 de Béla Bartók est une œuvre composée en 1943.

Histoire[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

En 1940, Béla Bartók, fuyant le nazisme arrive aux États-Unis. Il n’y est pas heureux, n’appréciant pas le pays, se trouvant face à de sérieuses difficultés financières et, surtout, supportant mal l’éloignement de son pays. Dès fin 1942, une leucémie est diagnostiquée ; il doit alors renoncer à ses concerts.

Alors qu’il refuse l’aide financière de ses amis, la Société des auteurs américains le prend en charge et, grâce au chef d’orchestre Serge Koussevitzky, lui commande une nouvelle œuvre, le Concerto pour orchestre, auquel il travaille d’août à octobre 1943. La première a lieu au Symphony Hall (Boston) le par l’orchestre symphonique de Boston. Il écrit : « …l’exécution était excellente ». Koussevitzky est très enthousiaste au sujet du morceau, et indique que c’est « le meilleur morceau orchestral des 25 dernières années ».

Néanmoins Bartók révise l'œuvre, pourvue d'un final très court à l'origine (1 minute 42 seulement dans l'enregistrement de Koussevitzky du ) ce qui déséquilibre la forme générale de la pièce. Il compose un mouvement d'une durée semblable au premier, entre 9 et 10 minutes selon les tempi choisis[1].

L'œuvre est publiée chez Boosey & Hawkes à New York en 1945.

Analyse[modifier | modifier le code]

Le terme de concerto implique depuis le XVIIIe siècle un instrument soliste avec l’orchestre l’accompagnant. Mais on peut porter au crédit de Béla Bartók d’avoir inventé un modèle avec ce Concerto pour orchestre. Ici, chaque groupe est traité de façon concertante faisant montre de sa virtuosité : dans le fugato du premier mouvement (cuivres), le thème principal du dernier mouvement (cordes) ou le second mouvement dans lequel les paires d’instruments s’échangent consécutivement les passages brillants (tout d’abord, après une introduction de caisse claire, deux bassons goguenards à la sixte, puis deux hautbois caqueteurs à la tierce, deux clarinettes volubiles à la septième, deux flûtes claires et transparentes à la quinte, et enfin deux trompettes bouchées, qui nasillent à la seconde).

Béla Bartók nota à propos du Concerto pour orchestre: « L’atmosphère générale de l’ouvrage – mis à part le deuxième mouvement – présente une graduelle progression allant de l’austérité du premier mouvement et du lugubre chant de mort du troisième vers l’affirmation de la vitalité du dernier… »

Quant à Ernest Ansermet, il a dit du Final qu’ « il court à la coda, une coda vertigineuse : comme un grand coup de vent, des vagues de cordes aux couleurs phosphorescentes semblent emporter des bribes de la fugue jusqu’à ce que le thème de celle-ci éclate dans toute sa grandeur aux cuivres »[2]

Le chef d'orchestre Antal Doráti qui a été l'élève de Bartók en composition à Budapest, rapporte une conversation qu'il eut avec lui, lors d'une visite à New York, à propos du quatrième mouvement.

« Bartók m’a demandé : « – Savez-vous ce qu’est l’interruption de l’intermezzo interrotto ? » – Bien sûr que je le sais, professeur, cela vient de La Veuve joyeuse. – Qu’est-ce que cela ? Un moment déconcerté, j'ai établi ensuite, qu'après tout, il ne connaissait pas Lehár, et n'avais jamais entendu parler de La Veuve Joyeuse. Dans la mesure où sa musique lui était inconnue, elle n'a eu aucune incidence sur sa pensée et il n'avait pas compris ce à quoi je faisais allusion. De toute évidence, ce n'était pas cette citation dont il s'agissait. Qu'était-ce donc ? Après m'avoir fait promettre de n'en rien dire à personne tant qu'il était en vie... Il me confia qu'il avait caricaturé un morceau de la Septième Symphonie « Leningrad » de Chostakovitch, qui a bénéficié d'une grande popularité en Amérique, et, de l'avis de Bartók, plus que ce qu'elle ne méritait. « – Alors, je donnais libre cours à ma colère », dit-il[3]. »

Orchestration[modifier | modifier le code]

Instrumentation du Concerto pour orchestre
Cordes
premiers violons, seconds violons, altos,

violoncelles, contrebasses, 2 harpes

Bois
3 flûtes la troisième jouant du piccolo, 3 hautbois le troisième jouant du cor anglais,

3 clarinettes en si bémol et la la troisième jouant de la clarinette basse, 3 bassons le troisième jouant du contrebasson

Cuivres
4 cors en fa, 3 trompettes en ut, 3 trombones, 1 tuba
Percussions
timbales, percussion

Mouvements[modifier | modifier le code]

  1. Introduzione. Andante Non Troppo (à 3/4)
  2. Giuoco Delle Coppie. Allegretto scherzando (à 2/4)
  3. Elegia. Andante Non Troppo (à 3/4)
  4. Intermezzo Interrotto. Allegretto (à 2/4)
  5. Finale. Pesante, Presto (à 2/4)

Durée d’exécution[modifier | modifier le code]

La durée d’exécution du Concerto pour orchestre est d’environ 38 minutes en moyenne. Mais des chefs d'orchestre – pour la même partition – mettent 35 minutes 30 (Solti-1981 à Chicago) et d'autres presque 48 (Celibidache à Munich).

Note du compositeur[modifier | modifier le code]

« Cette œuvre orchestrale traite les instruments isolés ou les groupes d’instruments de manière « concertante » ou soliste. Ce trait en explique le titre de Concerto for Orchestra (Concerto pour orchestre). La manière « virtuose » apparaît, par exemple, dans les sections fugato du développement du premier mouvement (cuivres) ou dans les passages en style de « perpetuum mobile » du thème principal du dernier mouvement (cordes) et, surtout, dans le deuxième mouvement qui fait intervenir successivement les instruments par deux dans des passages de bravoure.

Quant à la structure de l’œuvre, les premier et cinquième mouvements respectent une forme sonate plus ou moins régulière. Le développement du premier mouvement comporte des sections fugato des cuivres et l’exposition du cinquième mouvement est quelque peu étendue, son développement consistant en une fugue construite sur le dernier thème de l’exposition. On rencontre des structures moins traditionnelles dans les deuxième et troisième mouvements. L’essentiel du deuxième mouvement est constitué d’un enchaînement de cinq sections brèves et indépendantes, correspondant aux cinq paires d’instruments solistes introduites alternativement (2 bassons, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 flûtes et 2 trompettes avec sourdine). Ces sections n’ont aucune thématique commune et on peut les désigner par les lettres a, b, c, d, e. Elles sont suivies d’une sorte de trio — choral court pour les cuivres et la caisse claire — à la suite duquel les cinq sections sont reprises dans une instrumentation plus élaborée. La structure du [troisième] mouvement est, de même, celle d’une chaîne : trois thèmes y apparaissent l’un après l’autre. Ils constituent le cœur du mouvement, encadré par un enchevêtrement diffus de motifs rudimentaires. L’essentiel du matériau thématique de ce mouvement est tiré de l’« Introduction » du premier mouvement. La forme du quatrième mouvement — Intermezzo interrotto — est parfaitement rendue par le schéma suivant : « A B A - interruption - B A ».

Le climat général de l’œuvre évoque — à l’exception de la badinerie du deuxième mouvement — le passage progressif de l’austérité du premier mouvement et du chant funèbre du troisième mouvement à l’affirmation de la vie du dernier mouvement. »

— Bartók, New York, 1944

Discographie[modifier | modifier le code]

La première version est celle de Serge Koussevitzky en 1944 (enregistrement d’un concert radiophonique à Boston, fait moins d’un mois après la création de l’œuvre). En 2007, il existe plus d’une soixantaine d’enregistrements du concerto[4].

Les références (seuls y sont cités les enregistrements primés[5]) :

Autres enregistrements notables :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce mouvement peut être entendu outre chez Koussevitzky, par l'enregistrement moderne de Daniele Gatti avec le RPO (1996 - Conifer).
  2. Ansermet, E, Les Fondements de la musique dans la conscience humaine, et autres écrits, Robert Laffont, 1989.
  3. Traduction des propos de Dorati, cités sur : http://www.laphil.com/philpedia/music/concerto-for-orchestra-bela-bartok
  4. Friédérich S., Le concerto pour orchestre de Bartók, Classica-Repertoire, octobre 2007, p. 70-73
  5. Biojout JP, F Pascal, Guide des CD récompensés, Bleu nuit éditeurs