Montviron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montviron
La mairie de Montviron
La mairie de Montviron
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Canton Sartilly
Intercommunalité Communauté de communes Avranches - Mont-Saint-Michel
Maire
Mandat
Gaëtan Lambert
2014-2020
Code postal 50530
Code commune 50355
Démographie
Gentilé Montvironnais
Population
municipale
360 hab. (2011)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 18″ N 1° 25′ 09″ O / 48.7383333333, -1.4191666666748° 44′ 18″ Nord 1° 25′ 09″ Ouest / 48.7383333333, -1.41916666667  
Altitude Min. 27 m – Max. 121 m
Superficie 5,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Montviron

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Montviron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montviron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montviron

Montviron est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 360 habitants[Note 1] (les Montvironnais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au nord-ouest de l'Avranchin. Son bourg est à 3,5 km au sud-est de Sartilly, à 8,5 km au sud de La Haye-Pesnel et à 9 km au nord-ouest d'Avranches[1].

Communes limitrophes de Montviron[2]
La Rochelle-Normande Champcervon Les Chambres
Sartilly Montviron[2] Lolif
Champcey Bacilly Lolif

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mont- est issu du latin mons, « mont », « montagne »[3]. L'origine de -viron fait débat : René Lepelley l'attribue à l'ancien français viron, « rond », issu du latin vibrare, « faire tournoyer »[4], Albert Dauzat et Charles Rostaing lui préfèrent l'antroponyme gaulois Virius[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'une des premières mentions descriptives de Montviron, sans donner hélas, l'origine véritable du nom de la commune, apparaît dans l'histoire du diocèse de Coutances et Avranches publiée à la fin du XIXe siècle, elle-même étant une compilation d'ouvrages et de documents anciens : l'église Notre-Dame-de-Montviron fut donnée à l'abbaye de la Luzerne au moment de la fondation par les frères Philippe et Henri de Saint-Pierre-Langers, et Richard de Subligny, évêque d'Avranches. Cette paroisse eut une chapelle au manoir de la Colomberie, dont le relevé de 1752 parle ainsi : « Chapelle de la Colorobrie, sous l'invocation de saint Pierre ; revenu deux cents livres. Chapelle en bon état et bien entretenue. M. d. e du Mottet, à laquelle appartient la terre de la Colomberie, fait desservir ladite chapelle. » La cure était estimée à un revenu de cinq cents livres en 1648 ; elle fut portée à six cents en 1698. Montviron est sans conteste, à partir du Moyen Âge et jusqu'au XVIIIe siècle un lieu de passage pour les pèlerins en route pour le Mont-Saint-Michel. De nombreux calvaires, dont celui situé au lieu-dit la Furetière en reste une des meilleures preuves. Malheureusement, ce calvaire a été gravement abîmé lors d'un accident automobile en 2011 mais réparé et remis en place en 2013.

Avec le temps et les transcriptions, on s'aperçoit que quelques lieux-dits ont quelque peu changé : ainsi les Rondelières s'appelaient jusqu'au XVIIIe siècle « L'Érondelière » changeant ainsi du tout au tout la signification de l'appellation. Montviron a été l'objet de fouilles archéologiques à la fin du XIXe siècle puisque des bulletins de la Société archéologique de Normandie mentionnent la découverte de haches en pierre polies datant du Néolithique. Haches dont on a aujourd'hui perdues la trace. Par ailleurs, dans le canton de La Haye-Pesnel, des pointes taillées, elles aussi du Néolithique, ont été trouvées en 2013.

Au XIXe siècle, Montviron a vu une première réalisation d'envergure, la construction d'une station du télégraphe optique Chappe [5]. Cette tour (poste n°3) d'une hauteur de de 105 mètres (par rapport au niveau de la mer) abritait un mécanisme de bras articulé de 9,65 mètres. Cet ensemble faisait partie de la ligne Avranches-Cherbourg et a fonctionné entre 1834 et 1853. Cette tour était située à environ 5 kilomètres de la tour relais d'Avranches Sa localisation semble aujourd'hui difficile, mais il semble qu'elle aurait pu se situer auprès de l'actuelle station de pompage, au lieu-dit la Perrière.

Dans la deuxième partie du XIXe siècle, nouvelle réalisation d'importance avec la construction du tronçon de ligne de chemin de fer Avranches-Folligny (ligne Lison-Lamballe), induisant la construction d'une gare de marchandises et d'une gare voyageurs (desservant la commune voisine de Sartilly). Fin juin 1944, un train militaire allemand, arrêté dans cette gare, fut mitraillé et sévèrement endommagé par des avions de chasse américains. Des douilles ont d'ailleurs été retrouvées aux alentours lors de travaux de construction dans les années 1990. Aujourd'hui, cette gare est désaffectée et a été vendue à un particulier. La halle à marchandises, elle, a été détruite à la fin des années 1990 pour faire place à une déchèterie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Jean Soudée    
mars 2001 novembre 2013[6] Serge Robidat SE Dirigeant d'entreprise
novembre 2013 mars 2014 Édith Lemaître SE Intérim en tant que première adjointe[7]
mars 2014[8] en cours Gaëtan Lambert SE Technicien
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 360 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Montviron a compté jusqu'à 698 habitants en 1793.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
698 486 571 529 539 532 512 512 516
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
485 470 448 408 372 365 373 371 332
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
302 328 343 305 340 341 340 367 340
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
290 281 239 224 255 265 293 307 335
2011 - - - - - - - -
360 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame
Gisant de l'Abbé Louis Lebrec

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Fête communale le 15 août : vide-greniers, jeux, restauration, coucours hippique[13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[14].
  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  4. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 182
  5. www.ClaudeChappe.fr : Tour n° 472 Montviron
  6. « Ouest-france.fr - Nécrologie. Serge Robidat, maire de Montviron est décédé » (consulté le 2 décembre 2013)
  7. « Gaëtan Lambert présente sa liste « Agissons pour Montviron » », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 mai 2014)
  8. a et b « Montviron (50530) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 mai 2014)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  11. « Œuvres mobilières à Montviron », base Palissy, ministère français de la Culture.
  12. Site du diocèse
  13. « Ouest-france.fr - Grande fête villageoise aujourd'hui 15 août - Montviron » (consulté le 1er janvier 2012)
  14. « Montviron sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :