Carolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carolles
Église Saint-Vigor
Église Saint-Vigor
Blason de Carolles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Canton Sartilly
Intercommunalité Communauté de communes de Granville, terre et mer
Maire
Mandat
Jean-Marie Sevin
2014-2020
Code postal 50740
Code commune 50102
Démographie
Gentilé Carollais
Population
municipale
794 hab. (2011)
Densité 206 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 05″ N 1° 33′ 29″ O / 48.7513888889, -1.55805555556 ()48° 45′ 05″ Nord 1° 33′ 29″ Ouest / 48.7513888889, -1.55805555556 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 77 m
Superficie 3,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Carolles

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Carolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Carolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Carolles
Liens
Site web www.ville-carolles.fr

Carolles est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 794 habitants[Note 1] (les Carollais). Carolles est située au sud de la presqu'île du Cotentin, dans la baie du Mont-Saint-Michel.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue de la cabane Vauban sur le mont Saint-Michel.

Carolles est une commune située sur la côte ouest du Cotentin, à la limite nord de la baie du mont Saint-Michel. Originellement paysanne, elle s'est tournée vers la mer avec l'arrivée du tourisme balnéaire. Elle est entourée des communes de Jullouville et de Champeaux.

Le granite bleu de Carolles est utilisé dans la région pour faire les encadrements des ouvertures des maisons (portes et fenêtres), alors que les murs sont construits avec du granite de Vire.

Communes limitrophes de Carolles[1]
Mer de la Manche Jullouville Jullouville
Mer de la Manche Carolles[1] Jullouville,
Champeaux
Mer de la Manche Mer de la Manche Champeaux

Histoire[modifier | modifier le code]

Carolles, avec Saint-Pair-sur-Mer et Saint-Michel-des-Loups, s'associe à Bouillon le 1er janvier 1973. La commune créée prend alors le nom de Jullouville. Saint-Pair-sur-Mer se sépare de l'association en janvier 1978 et Carolles reprend son indépendance en janvier 2000.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Armes de Carolles

Les armes de Carolles se blasonnent ainsi :
D'azur à la nef équipée et habillée d'argent voguant sur des ondes du même, au chef de gueules portant un léopard d'or.[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 François Simon    
mars 2001 mars 2014 René Bagot   Cadre comptable
mars 2014[2] en cours Jean-Marie Sevin SE Directeur de société de transport retraité
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 794 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
637 618 622 560 528 523 552 503 532
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
445 464 452 423 397 430 448 450 503
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
468 518 535 491 532 585 628 714 675
1962 1968 2005 2006 2010 2011 - - -
651 653 711 711 788 794 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004.)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Cabane Vauban.
  • Corps de garde du XVIIIe siècle (dénommé cabane Vauban ou vigie) situé au nord de la baie du mont Saint-Michel et destiné à surveiller la mer.
  • La Croix Paqueray a été érigée en 1815 dans la solitude du Pignon Butor au lendemain de la guerre de l'empire. Il s'agissait d'un mémorial aux morts de cette guerre pour laquelle la commune de Carolles avait fourni un contingent de soldats particulièrement élevé. En été les jeunes gens se réunissaient après les vêpres près de la Croix Paqueray et se livraient à des jeux et à des danses qui firent l'objet de sermons réprobatoires de la part du clergé. La première croix érigée était en bois, elle fut remplacée en 1871 par la croix en granit actuelle.
  • Église Saint-Vigor du XVIe siècle dotée d'une tour avec un toit en bâtière, d'un porche du XVIIe siècle et d'un toit en carène de bateau renversée. Elle abrite quelques œuvres classées à titre d'objets aux Monuments historiques (notamment les fonts baptismaux et des sculptures)[4]. Cette église dépend de la paroisse Notre-Dame-de-la-Baie du doyenné du Pays de Granville-Villedieu[5].
  • La maison de l'oiseau migrateur, ouverte en 2003.

Lieux naturels[modifier | modifier le code]

If centenaire
  • Vallée du Lude : site protégé depuis le 22 août 1973. Encaissé entre deux hautes falaises, c'est un site sauvage d'une grande richesse naturelle. La légende voudrait qu'elle ait été ouverte d'un coup d'épée de l'Archange Saint-Michel dans sa lutte contre Satan, retranché sur le Rocher du Sard, appelé aussi Chaire du Diable.
La faune très variée de blaireaux, renards, petits rongeurs, vit dans les fourrés, mais ce sont surtout les oiseaux qu'on peut voir et écouter, ils y nichent en grand nombre.
Le ruisseau dit le Lude naît à Saint-Michel-des-Loups et ne parcourt que 4,5 km avant de se jeter dans la mer au milieu d'un éboulis de rochers et de galets appelé le Port du Lude.
  • Vallée des peintres : la vallée des peintres arrosée par le ruisseau du Crapeux, qui forme la limite de la commune se nommait Vallon Bouvet, au XVIIIe siècle et Ravin de la Trésorerie au XIXe siècle.
  • If de 754 ans (l'âge de l'arbre est précisé sur une pancarte, mais celle-ci n'est pas régulièrement mise à jour).
  • La plage : découverte par des amateurs de pêche, charmés par l'aspect pittoresque du paysage, elle devint dès lors une plage familiale. L'inauguration du Paris-Granville en 1870 et l'arrivée des réfugiés parisiens lors de la guerre de 1870 permirent à ceux-ci d'apprécier les plages de sable fin de la baie du mont Saint-Michel[6].


Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Spot de surf.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Simon (1875-1965), peintre et graveur, a réalisé les vitraux de l'église.
  • Pierre-Roland Giot (1919 à Carolles - 2002), préhistorien.
  • Edmond Debon (Condé-sur-Noireau 1846 - Carolles 1922 ), peintre et directeur artistique de la galerie de la Madeleine, il rejoint Carolles durant la Grande Guerre.
  • René Perchet (1898-1980), maire dans les années 1960-1970, directeur général de l'Architecture, directeur général du ministère des Affaires culturelles, grand officier de la Légion d'honneur, médaille militaire, croix de guerre 1914-1918, enterré à Carolles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. a et b « Carolles (50740) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 mai 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. « Œuvres mobilières à Jullouville », base Palissy, ministère français de la Culture : les fiches de la base ont été créées à l'époque où Carolles était associée à Jullouville, mais toutes ces œuvres, sauf une, concernent bien l'église Saint-Vigor de Carolles.
  5. Site du diocèse
  6. « Site officiel communal - Naissance et Développement de la Station Balnéaire » (consulté le 16 novembre 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :